3 histoires de Spider-man à lire absolument

par Pier-Luc Ouellet

Spider-man est l’un des héros les plus populaires au monde depuis sa création en 1962, mais depuis la sortie de l’excellent jeu Spider-man sur Playstation 4, qui suit un tout aussi excellent film mettant en vedette Peter Parker, j’ai l’impression que l’araignée connaît un regain de popularité.

Mais même si on a tous l’impression de connaître le héros en rouge et bleu, peu d’entre nous ont lu les comic books d’où il tire son origine.

Pourquoi ne pas commencer maintenant?

Voici les trois histoires qu’il vous faut lire absolument.

 

1. Spider-man No More

Par Stan Lee et John Romita

L’image de Peter Parker qui marche sous la pluie, laissant son costume derrière lui dans la poubelle, est probablement la page la plus connue de l’histoire de la BD. Publiée à l’été 1967, soit 5 ans après la création du héros, et écrite par le créateur de Spidey lui-même, Stan Lee, « Spider-man No More» nous présente un Peter Parker à bout de sa vie de super-héros, au point d’abandonner son costume dans une poubelle.

Mais un nouveau venu, Wilson Fisk (oui oui, le méchant de Daredevil) profite de l’absence du héros pour mettre New York sous sa botte, si bien que Peter doit reprendre le costume…

Si Spider-man est si populaire, c’est qu’il est un héros auquel les lecteurs peuvent s’identifier. Vouloir abandonner notre vie et nos responsabilités, on a tous vécu ça. C’est un fardeau qu’on partage avec l’homme-araignée.

C’est juste que nous, on ne peut pas grimper sur les murs.

Si cette histoire vous dit quelque chose, c’est peut-être parce qu’elle a été largement reprise dans le scénario de Spider-Man 2 en 2004.

 

2. The Death of Jean DeWolff

Par Peter David et Rich Buckler

Oui, « The Death of Jean DeWolff » se déroule dans la période «emo» de Peter Parker, alors qu’il arborait le célèbre costume noir.

Par contre, dans cette histoire, au lieu de danser dans la rue comme dans Spider-man 3, il tente de tuer à mains nues des criminels.

C’est un peu plus grave.

L’histoire commence par l’assassinat de Jean DeWolff, une capitaine de police alliée à Spider-man.

Le cœur brisé, Spidey se promet de retrouver l’assassin, et de lui faire payer le prix de son crime.

Ici, pas de méchants en spandex qui lancent des éclairs ou qui se déguisent en animaux; seulement un meurtrier avec une cagoule et un shotgun qui empile les victimes.

Spider-man croise aussi la route de Daredevil, qui pour sa part entend bien laisser le système judiciaire suivre son cours, et empêcher Peter Parker de commettre l’irréparable.

Une histoire humaine, et qui donne une dimension nouvelle à Spider-man.

 

3. The Night Gwen Stacy Died

Par Gerry Conway et Gil Kane

Non seulement cette histoire est-elle la plus influente de la carrière de Spider-man, mais il s’agit peut-être du titre le plus important de l’histoire de la bande-dessinée.

Avant la publication de «The Night Gwen Stacy Died» à l’été 1973, les comic books étaient encore destinés aux enfants avant tout. La demoiselle se faisait kidnapper par le méchant, et le héros sauvait sa belle à la dernière minute, et ils repartaient en se donnant des bisous tandis que les policiers passaient les menottes au vilain.

«The Night Gwen Stacy Died» change tout. Dans ce titre, le Goblin vert (Green Goblin) kidnappe Gwen Stacy. Je ne vous volerai pas le punch de ce qui se passe ensuite, mais si vous lisez le titre, vous allez en avoir une bonne idée.

Cet événement a été un tel changement de paradigme qu’on estime que ce comic a mis fin à «l’âge d’argent» des comics books, signalant l’arrivée de «l’âge de bronze».

 


À LIRE AUSSI:

UNE DEMANDE EN MARIAGE RATÉE AVEC LE JEU MARVEL’S SPIDER-MAN          L’EXTRAORDINAIRE SPIDER-MAN 2: UNE PREMIÈRE PHOTO DU BOUFFON VERT
 
VOYEZ LES DÉBUTS DE BATMAN DANS LA PREMIÈRE BANDE-ANNONCE DE GOTHAM