Les 10 moins pires adaptations de jeux vidéo au cinéma

par Patrick Robert le 24 juillet 2015

Bien que les jeux vidéo possèdent plusieurs points en commun avec le cinéma, la transition d’un médium à l’autre n’est pas toujours évidente. Afin de se réconcilier avec un genre cinématographique qui a trop souvent mauvaise réputation, voici les 10 moins pires films tirés d’un jeu vidéo.

Doom

Doom

Crédit photo : Universal Pictures

Doom ne plaira pas au commun des cinéphiles, mais cette adaptation très fidèle du jeu vidéo a tout pour combler les gamers : un laboratoire sur Mars, d’horribles créatures génétiquement modifiées, et la participation de Dwayne Johnson (The Rock). Le film recrée même la fameuse vue à la première personne du FPS, avec une séquence complète où la caméra est centrée au-dessus du canon de l’arme.

Kombat mortel (v.o. : Mortal Kombat)

Kombat mortel (v.o. : Mortal Kombat)

Crédit photo : New Line Cinema

En plus de donner la chance aux adeptes du jeu Mortal Kombat de voir Liu Kang, Johnny Cage, Scorpion, Sub-Zero et leurs personnages préférés en chair et en os, le long-métrage de 1995 permettait aussi pour la première fois de connaître l’issue du tournoi visant à déterminer le sort du monde, sans risquer la tendinite à force de marteler les boutons de sa manette pour effectuer un combo de mise à mort.

Need for Speed

Need for Speed

Crédit photo : Touchstone Pictures

Son scénario est peut-être mince, mais il faut avouer que personne n’a jamais joué à l’un des vingt-deux jeux Need for Speed pour l’histoire, mais bien pour ses bolides exotiques, ses cascades spectaculaires, et la sensation grisante de vitesse, trois ingrédients qu’on retrouve en abondance dans le long-métrage inspiré de la populaire franchise de course.

Tueur à gages (v.o. : Hitman)

Tueur à gages (v.o. : Hitman)

Crédit photo : 20th Century Fox

Mettant en vedette Timothy Olyphant dans le rôle de l’iconique assassin au crâne tatoué d’un code barre, le cinéaste Xavier Gens a livré un thriller politique plus que convenable avec la première adaptation du jeu Hitman au cinéma. Alors qu’une suite, Hitman: Agent 47, prendra l’affiche d’ici la fin de l’été, c’est le moment parfait pour voir (ou revoir) le long-métrage de 2007.

Lara Croft : Tomb Raider, le film

Lara Croft : Tomb Raider, le film (v.o. : Lara Croft: Tomb Raider)

Crédit photo : Paramount Pictures

Qui d’autre qu’Angelina Jolie aurait pu incarner l’héroïne des jeux Tomb Raider aussi parfaitement? Dès sa première aventure au grand écran, l’archéologue Lara Croft sera confrontée à des cryptes souterraines, des pièges anciens et des créatures mythologiques, prouvant qu’elle n’a rien à envier à Indiana Jones, si ce n’est que son film soit un peu moins bon que Les Aventuriers de l’arche perdue.

Prince of Persia : Les Sables du temps (v.o. : Prince of Persia: The Sands of Time)

Prince of Persia : Les Sables du temps (v.o. : Prince of Persia: The Sands of Time)

Crédit photo : Walt Disney Pictures

Dans le rôle de Dastan, un orphelin adopté par le roi de Perse qui tombe en possession d’une dague permettant de reculer le temps, Jake Gyllenhaal s’adonne à toutes sortes d’acrobaties avec grâce et agilité dans Prince of Persia : Les Sables du temps, sans être confronté aux problèmes de contrôle que tous ceux et celles ayant traversé le jeu éponyme d’Ubisoft ont éprouvé. Le chanceux!

Max Payne

Max Payne

Crédit photo : 20th Century Fox

Malgré quelques légères différences avec l’histoire originale, Max Payne rend un bel hommage au jeu vidéo responsable d’avoir introduit le Bullet time dans la culture populaire, par le biais d’un polar aussi sombre que violent où le détective suit la piste d’une mystérieuse drogue nommée Valkir, tandis que la neige incessante transforme la ville de New York en enfer blanc.

Final Fantasy : Les Créatures de l’esprit (v.o. : Final Fantasy: The Spirits Within)

Final Fantasy : Les Créatures de l’esprit (v.o. : Final Fantasy: The Spirits Within)

Crédit photo : Columbia Pictures

S’il délaisse les personnages androgynes et les coupes de cheveux défiant la gravité pour une version plus américanisée de l’univers des jeux de rôle japonais, le film d’animation Final Fantasy : Les Créatures de l’esprit propose tout de même de la science-fiction très imaginative, et des rendus époustouflants que même les consoles de jeu actuelles sont incapables de livrer.

Silent Hill

Silent Hill

Crédit photo : TriStar Pictures

Que vous soyez déjà familiers avec la franchise de Konami ou que ce soit votre toute première visite à Silent Hill, l’adaptation cinématographique de Christophe Gans reproduit à merveille l’ambiance sinistre des jeux vidéo, avec sa ville fantôme aux rues nappées d’un épais brouillard blanc, ses lugubres sirènes d’alarme, et ses créatures à glacer le sang, parmi lesquelles l’infâme Pyramid Head. 

Resident Evil : L'Extinction

Resident Evil : L'Extinction (v.o. : Resident Evil: Extinction)

Crédit photo : Screen Gems

Axé autour d’Alice (Milla Jovovich), un personnage qui n’existait pas dans les jeux vidéo, la franchise Resident Evil est celle qui a connu le plus de succès au cinéma. Des cinq longs-métrages parus jusqu’à maintenant, L’Extinction reste, et de loin, le plus abouti, grâce à ses idées novatrices (dont une nuée de corbeaux zombies), et ses nombreux clins d’œil aux classiques de l’horreur.