Batman: 10 choses que vous devez absolument savoir sur la trilogie du Chevalier Noir

par Patrick Robert le 23 janvier 2015

En l’espace de trois longs-métrages, Christopher Nolan a démontré qu’un film de super-héros pouvait être digne des plus grands chefs-d’œuvre du septième art. Alors que le premier volet, Batman Begins, paraissait il y a dix ans, voici dix choses que vous ne saviez peut-être pas sur la trilogie du Chevalier Noir.

Une histoire d'origine

Batman Begins

Plusieurs réalisateurs, dont Darren Aronofski, proposent de relancer Batman au début des années 2000, sans succès. Avec son approche réaliste et son intrigue retraçant les années de formation du justicier au sein de la Ligue des ombres, il n’aura fallu que 15 minutes à Christopher Nolan pour convaincre Warner de lui confier le reboot. Avant de débuter le tournage du premier film, le réalisateur montre Blade Runner à son équipe, et annonce son intention d’aborder Batman de la même façon.

De sombres dessins

The Long Halloween

Trois bandes dessinées ont eu une influence directe sur la trilogie de Nolan. Il emprunte à The Man Who Falls l’idée d’un canevas planétaire dépassant la simple ville de Gotham. L’avènement des super-vilains, qui remplacent peu à peu les bandits traditionnels, est calqué sur l'arc narratif The Long Halloween. Finalement, la version de Jim Gordon luttant contre un corps policier entièrement corrompu s’inspire du classique Batman: Year One de Frank Miller. 

Fatman Begins

The Machinist / Batman Begins

Suite à son rôle dans The Machinist, Christian Bale ne pèse qu’un rachitique 124 livres lorsque Nolan l’engage. Suivant avec un peu trop de zèle la consigne du réalisateur de « devenir le plus gros possible », le comédien atteint 220 livres en moins de six mois, ce qui lui vaut le sobriquet de « Fatman » sur le plateau. En dépit d’un entraînement intensif, le costume est tellement serré que Bale souffre de migraines constantes durant le tournage.

Inspecteur Gadget

Batman Begins

Contrairement à la majorité des super-héros, Batman ne possède aucun pouvoir surhumain, et s’appuie principalement sur une panoplie de gadgets sophistiqués pour combattre le crime. Par chance, Bruce Wayne dispose d’une petite fortune, puisqu’au moment de la sortie de Batman Begins, le très sérieux magazine économique Forbes estime qu’il coûterait autour de 3,5 millions de dollars américains pour acheter l’équipement du Chevalier Noir.

Un véhicule vraiment hybride pour Batman

The Dark Knight

Mesurant 9 pieds de largeur et 16 de longueur, munie de pneus de 44 pouces et pouvant atteindre une vitesse de 170 kilomètres à l’heure, la Batmobile réinventée par l’équipe de Christopher Nolan se veut un croisement entre une Lamborghini et un tank. Lors du tournage de The Dark Knight dans les rues de Chicago, un chauffard paniqué est entré en collision avec le véhicule surnommé le Tumbler, persuadé qu’il assistait à une invasion extraterrestre.

Sur la ligne entre folie et génie

The Dark Knight

Pour son interprétation du Joker, qui lui a valu 32 prix posthumes, dont un Oscar, Heath Ledger s’est basé sur Sid Vicious, le bassiste des Sex Pistols, et Alex De Large, le violent personnage principal d’Orange Mécanique. S’investissant à fond dans le rôle, l’acteur a lui-même conçu son lugubre maquillage à l’aide de cosmétiques achetés à la pharmacie, et a également réalisé les deux vidéos que le Joker fait parvenir à la chaîne GNC dans The Dark Knight.

La magie du cinéma

The Dark Knight

Bien que le film soit coté 13 ans et plus, le « tour de magie » du Joker dans The Dark Knight (qui consiste à enfoncer un crayon à mine dans le crâne d’un mafieux pour le faire disparaître) a choqué plusieurs cinéphiles par sa violence inouïe. En Angleterre seulement, cette scène est responsable de 42% des plaintes reçues par le British Board of Classification en 2008, établissant le record du plus grand nombre de plaintes de la décennie au Royaume-Uni.

Dans ma caméra

The Dark Knight

The Dark Knight est le tout premier long-métrage à utiliser des caméras IMAX. Offrant une résolution inégalée, leurs moteurs sont par contre si bruyants qu’il a fallu réenregistrer tous les dialogues en postproduction. Évaluées à 500 000 dollars chacune, il n’existait que quatre caméras IMAX dans le monde entier à l’époque, et la production a trouvé le moyen d’en détruire une en filmant la poursuite effrénée dans les rues de Gotham, et une autre durant le tournage de The Dark Knight Rises.

Une idole déchue

The Dark Knight Rises

The Dark Knight Rises devait originalement relater le procès du Joker, mais suite au décès d’Heath Ledger, Nolan choisit plutôt d’opposer le Chevalier Noir au seul vilain capable de lui donner une raclée, Bane. En dehors de l’inconfortable masque, le comédien Tom Hardy avoue que les scènes de batailles furent la partie la plus difficile de son rôle, non pas parce qu’elles étaient exigeantes physiquement, mais parce qu’il ne s’habituait pas à frapper sauvagement Batman, son héros d’enfance.

Identité secrète

The Dark Knight Rises

Si Batman Begins explore le thème de la peur, The Dark Knight celui du chaos et The Dark Knight Rises la douleur, chacun des volets de la trilogie s’ouvre de la même manière, avec le vilain principal (Ra’s Al Ghul, Joker, Bane) qui se fait passer pour l’un de ses hommes de main et parle de lui-même à la troisième personne. L’affrontement final dans le dernier film marque la première apparition du Chevalier Noir en plein jour depuis Batman: The Movie en 1966.

Christian Bale