10 choses à savoir absolument sur Mad Max

par Patrick Robert le 28 avril 2017

Issu d’un univers post-apocalyptique où les criminels les plus tordus font la loi à bord de leurs bolides modifiés, Max Rockatansky n’est pas un héros comme les autres, et même si le premier des quatre films le mettant en vedette date de 1979, voici dix choses que vous ne saviez peut-être pas sur Mad Max.

Docteur Miller

Warner Bros. Pictures

Avant de devenir réalisateur, George Miller exerçait le métier de… médecin. En plus de financer une partie du premier Mad Max en faisant des heures supplémentaires aux urgences, il s’est inspiré des nombreuses victimes de la route qu’il a dû traiter pour donner une facture plus réaliste aux accidents du film.

Des airs de fin du monde

Warner Bros. Pictures

C’est simplement pour dissimuler le fait qu’il ne disposait que d’un budget de 350 000 dollars que George Miller a eu l’idée de transposer l’action de Mad Max dans un monde post-apocalyptique. Malgré tout, le film a réussi à récolter plus de 100 millions de dollars, un exploit qui ne sera détrôné que par Le Projet Blair en 1999. 

À fond la caisse

Warner Bros. Pictures

Comme il manquait d’argent, George Miller a engagé une vraie bande de motards australiens, nommée les Vigilanties, pour interpréter les vilains du premier Mad Max, et ceux-ci ont fournis leurs propres motos. La production avait si peu de moyens que la grande majorité des figurants ont été payés… en caisses de bière!

Mel qui?

Warner Bros. Pictures

Mel Gibson était si peu connu à l’époque du premier Mad Max que les bandes-annonces ne le montrait pas, se concentrant plutôt sur les poursuites et les accidents. Pour sa participation au film, l’acteur a reçu 10 000 dollars, alors que le bolide qu’il conduit, l’Interceptor, a couté 35 000$ à construire, soit trois fois plus que son salaire.

À un poil de la mort

Warner Bros. Pictures

Le bouvier australien qui accompagne Max dans le second film de la série a été sauvé de la fourrière par George Miller à la veille de son euthanasie. Comme le bruit des moteurs lui faisait peur, la production a dû confectionner des bouchons de coton pour ses oreilles. Après le tournage, l’un des membres de l’équipe l’a adopté.

Max et les enfants sauvages

Warner Bros. Pictures

George Miller ne voulait pas réaliser un troisième Mad Max, mais plutôt une version apocalyptique de L’Île oubliée (v.o. : Lord of the Flies), où un adulte tomberait sur un groupe d’enfants sauvages. Quand on lui a suggéré que l’adulte pourrait bien être Max Rockatansky, le troisième volet, Au-delà du dôme du tonnerre, était né.

Une voix de velours dans une robe de fer

Warner Bros. Pictures

Le réalisateur a hésité entre Tina Turner et Jane Fonda pour le rôle d’Aunty Entity dans le troisième Mad Max, mais est-ce que Jane Fonda aurait, comme la chanteuse, accepté de se raser la tête, de porter une robe en cotte de mailles pesant 121 livres, en plus de composer la chanson-thème? On peut en douter…

On the Road Again

Warner Bros. Pictures

À l’origine, le tournage de La route du chaos, le quatrième Mad Max, était prévu pour 2003. Mel Gibson devait reprendre son célèbre personnage, mais la réalisation du film La Passion du Christ l’a forcé à se retirer du projet. Heath Ledger a accepté de le remplacer, mais suite à la fin tragique de l’acteur, le rôle est revenu à Tom Hardy.

Un film féministe?

Warner Bros. Pictures

Si les Mad Max peuvent être qualifiés de « films de gars », plusieurs personnages féminins forts se retrouvent dans La route du chaos, à commencer par Furiosa (Charlize Theron). Pour s’assurer que son portrait respectait les femmes, le réalisateur a engagé Eve Ensler, l’auteure des Monologues du vagin, comme conseillère au scénario.

En route pour la gloire

Warner Bros. Pictures

Avec un budget se situant entre 100 et 150 millions de dollars, La route du chaos a coûté plus cher que les trois premiers Mad Max combinés, mais le pari fût payant, puisqu’il s’agit du seul volet à avoir été nommé aux Oscars, où il a remporté six statuettes. Max n’a pas dit son dernier mot, puisque Tom Hardy a accepté de reprendre le rôle pour encore deux autres films.