10 choses à savoir sur Scott Pilgrim vs le monde

par Patrick Robert

Mélangeant humour, jeux vidéo, bande-dessinée, romance et bands de garage, Scott Pilgrim vs le monde est une véritable apothéose de la culture geek. Pour célébrer ce classique qui se regarde avec autant de plaisir aujourd’hui, voici 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur le film d’Edgar Wright.

Une histoire 7X

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

Lorsque l’auteur de la bande-dessinée Scott Pilgrim, le torontois Bryan Lee O’Malley, commence à fréquenter Hope Larson, sa future épouse, il s’aperçoit que cette dernière a déjà sorti avec trois hommes différents nommés Matthew. C’est ce qui lui donne l’idée de la ligue des ex maléfiques, que son personnage devra affronter après être tombé amoureux de Ramona Flowers.

Le bâton du pèlerin

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

À l’origine, Scott Pilgrim est le titre d’une pièce de la formation Plumtree, parue sur leur album de 1997 intitulé Predicts the Future. Brian Lee O’Malley aimait tellement cette chanson qu’il a emprunté le nom pour le héros de sa bande-dessinée, dont le premier volume sort en 2004. En hommage, Scott porte d’ailleurs un chandail du groupe de Halifax dans le film.

Une légère infidélité

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

Seulement deux des six volumes de Scott Pilgrim avaient été publiés au moment de produire l’adaptation cinématographique. Le réalisateur Edgar Wright (Shaun et les zombies, Superflic) et le scénariste Michael Bacall ont donc travaillé de très près avec Bryan Lee O’Malley pour demeurer fidèle au reste de l’histoire, bien que, contrairement au film, Scott finit avec Knives, et non pas Ramona, dans les comics. 

Ballade à Toronto

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

Plusieurs long-métrages sont tournés à Toronto, mais au lieu de déguiser la métropole pour lui donner des airs de Boston ou de New York, Edgar Wright a décidé de filmer aux mêmes endroits que Bryan Lee O’Malley avait utilisés dans les bandes-dessinées. La production a été jusqu’à recréer entièrement le Lee’s Palace, une salle de spectacle miteuse et légendaire de la scène underground torontoise.

Nouveau développement

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

C’est en regardant des épisodes d’Arrested Development que le réalisateur Edgar Wright décide d’embaucher Michael Cera pour interpréter Scott Pilgrim, un choix instantanément approuvé par Bryan Lee O’Malley. La comédienne Mae Whitman, qui jouait la petite amie de Cera dans la série télévisée, compte également parmi les ex de Ramona dans le film, où elle campe le personnage de Roxy Richter.

Voir double

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

Lorsque Scott doit combattre les sept doublures de la prétentieuse vedette de films d’action Lucas Lee dans Scott Pilgrim vs le monde, ce sont les vraies doublures de Chris Evans qu’on peut voir à l’écran, même si un bon tiers ne lui ressemble pas beaucoup. Evans n’était jamais monté sur un skateboard avant de jouer l’odieux personnage, calqué sur l’ancien planchiste devenu acteur, Jason Lee. 

Un manga musical

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

Edgar Wright confie avoir réalisé le film dans le style d’une comédie musicale, sauf qu’au lieu de se mettre à chanter et à danser quand l’émotion devient trop forte, les protagonistes de Scott Pilgrim vs le monde se mettent plutôt à se battre. Pour préserver l’esthétique manga des comics avec ses personnages aux grands yeux, Wright a demandé aux acteurs de ne pas cligner des paupières durant leurs scènes.

L'effet d'une Bob-ombe

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

Le nom du groupe de Scott Pilgrim vient d’un ennemi du jeu Super Mario Bros. 2, nommé Bob-omb, qui est d’ailleurs dessiné sur la batterie de Kim. À l’exception de Michael Cera, un musicien accompli ayant accompagné différents groupes à la basse, la guitare et la mandoline, tous les comédiens membres de Sex Bob-Omb ont dû apprendre les rudiments de leur instrument pour les besoins du film.

Le combat des groupes

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

Primordiale à l’intrigue, la musique de Scott Pilgrim vs le monde a été confiée à plusieurs artistes. Les chansons de Crash and the Boys (dont la très comique « We Hate You Please Die ») sont de la formation Broken Social Scene, celle de The Clash at Demonhead par Metric, un autre groupe canadien, et les pièces de Sex Bob-Omb, tout comme la chanson acoustique que Scott compose pour Ramona, sont signées Beck.

Vie de gamer

Scott Pilgrim vs le monde (v.o. : Scott Pilgrim vs. the World)

Crédit photo : Universal Pictures

Bien qu’il soit bourré de références aux vieux classiques 8-bits de Nintendo et que le réalisateur Edgar Wright ait convaincu la compagnie de lui laisser utiliser plusieurs effets sonores de ses jeux vidéo dans le long-métrage, ainsi que le thème de The Legend of Zelda: Link to the Past, Scott Pilgrim vs the World: The Videogame sera ironiquement lancé sur toutes les consoles, sauf celles de Nintendo.

Catégories