10 choses à savoir sur Coeur Vaillant

par Patrick Robert le 15 mai 2015

En 1995, un drame « historique » consacrait la carrière de réalisateur de Mel Gibson en décrochant pas moins de 5 Oscars, dont celui du meilleur film. Même s’il est paru il y a maintenant 20 ans, voici 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur Cœur vaillant (vo. Braveheart).

Une leçon de courage, pas d'histoire

Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

L’auteur de Cœur vaillant, Randall Wallace (aucun lien de parenté avec le personnage principal du film), n’a recherché les faits véritables entourant l’histoire de William Wallace qu’après avoir terminé l’écriture de son scénario. C’est sans doute ce qui explique que l’œuvre, constituée à plus de 90% de fiction, est considérée comme le drame historique le moins exact de toute l’histoire du cinéma.

Erreur sur la personne

Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

Contrairement à ce que son titre peut laisser penser, « Cœur vaillant » n’est pas le surnom de William Wallace, mais bien celui de Robert the Bruce, interprété par l’acteur Angus Macfadyen. Robert the Bruce n’a jamais trahi son compatriote Wallace comme on peut le voir dans le film, et ce portrait injuste et peu flatteur a choqué le public en Écosse, où il est considéré comme un héros national.

Conflit de génération

Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

William Wallace n’avait que 28 ans au moment de son exécution. Âgé de 39 ans, Mel Gibson se considérait un peu trop vieux pour jouer un jeune héros dans la vingtaine et souhaitait plutôt confier le rôle au comédien Jason Patric, mais puisqu’il n’en était qu’à ses débuts comme réalisateur, les studios Paramount ont refusé de financer le projet si Gibson n’incarnait pas le personnage principal.

Entre l'arbre et l'Écosse

Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

À part quelques scènes filmées dans les Highlands de l’Écosse, la grande majorité de Cœur vaillant a ironiquement été tournée en Irlande. Réputé pour ses affrontements sauvages et épiques, le long-métrage regroupe jusqu’à 1 600 figurants à l’écran, dont une quarantaine de descendants de William Wallace lui-même. À elle-seule, la bataille de Stirling a nécessité six semaines de tournage.

Le choc des armées

Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

Afin de gonfler les rangs de ses combattants, la production de Cœur vaillant a fait appel à différentes factions locales de l’armée irlandaise. Nourrissant une saine rivalité entre eux, les militaires d’un peu partout à travers le pays ont profité de l’occasion pour se taper dessus amicalement et sans ménagement, ce qui explique que les scènes de batailles soient aussi viscérales dans le film.

(Ana)chronique de tournage

Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

Il n’est pas évident de contrôler une foule comptant des milliers de figurants, et on a dû recommencer plusieurs scènes à cause d’une personne ayant oublié de retirer sa montre-bracelet ou ses lunettes de soleil. Malgré toute la vigilance du réalisateur, une camionnette blanche à réussi à se faufiler jusqu’au montage final. On peut la voir dans le coin inférieur gauche de l’écran, lors d’un assaut à cheval de l’armée anglaise.

Des amours impossibles

Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

Le véritable nom de l’épouse de William Wallace, Marian, a été modifié pour Muronn dans Cœur vaillant afin d’éviter toute confusion avec l’amour de Robin des Bois. Le film laisse entendre que, suite à son aventure avec Isabelle de France, Wallace serait le père d’Édouard III, mais le futur roi d’Angleterre ne naîtra qu’un bon 10 ans après l’exécution du rebelle écossais, ce qui rend la chose biologiquement impossible.

Licence to kilt

Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

C’est sans doute pour les distinguer sur le champ de bataille que les troupes de Wallace portent le kilt dans Cœur vaillant, même si l’intrigue se déroule entre 1296 et 1305 et que ce costume traditionnel ne sera inventé qu’au 17ème siècle. Appelés des « Woads », les fameux maquillages bleus ont été abandonnés par les guerriers écossais à l’époque des Romains, soit des siècles avant les événements du film.

À cheval sur ses principes

Cheval mécanique utilisé pour Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Dominic Wheadon

Pour les besoins du long-métrage, l’artiste Dominic Wheadon a fabriqué des chevaux mécaniques pesant 200 livres chacun, et capables de se déplacer sur rails à une vitesse avoisinant les 50 km/heure. Le résultat final à l’écran est tellement réaliste que plusieurs associations de défense des droits des animaux ont porté plainte contre Mel Gibson après la sortie de Cœur vaillant, l’accusant de cruauté!

Mad Mel

Tournage de Coeur Vaillant (v.o. : Braveheart)

Crédit photo : Paramount Pictures

Malgré le ton grave du film, Mel Gibson a fait honneur à sa réputation de farceur lors du tournage de Cœur vaillant. En plus d’imiter la voix d’Elmer Fudd pour diriger certaines scènes et d’interrompre les funérailles de Muronn en criant à une comédienne d’arrêter de pleurer, il a aussi lancé une fausse rumeur sur le plateau, selon laquelle Sophie Marceau était la fille du célèbre mime Marcel Marceau.