10 choses que vous ne savez pas sur Shaun of the Dead, Hot Fuzz et The World’s End

Après nous avoir donné Shaun of the Dead et Hot Fuzz, le trio Edgar Wright, Simon Pegg et Nick Frost est de retour pour une aventure rocambolesque qui mélange science-fiction, nostalgie, humour, paranoïa et houblon, avec The World’s End (lire notre critique ici). Alors que le dernier volet prend l'affiche, voici dix choses que vous ne savez peut-être pas sur la trilogie Cornetto.

 

1. De la crème glacée et du sang

Hot Fuzz

La trilogie Cornetto prend son nom d’une marque de cornets de crème glacée vendue en Angleterre. Comme Nick Frost en mange à l'écran dans Shaun of the Dead, la compagnie leur a gracieusement envoyé quelques boîtes pour la première du film. Les comparses ont donc décidé d’inclure la friandise glacée deux fois plutôt qu’une dans Hot Fuzz. Même s’ils n’ont jamais reçu d’autres cornets gratuits par la suite, la référence obligatoire se trouve tout de même dans les dernières minutes de The World’s End.

 

2. Une vraie « bromance »

Shaun of the Dead

Tous les films de la trilogie ont la romance fraternelle comme thème commun, et celle que partage Simon Pegg et Nick Frost depuis des années n’est pas simulée. C’est alors qu’il travaillait chez Chiquitos, une chaîne de restaurants mexicains, que Frost a fait la connaissance de Simon Pegg. Shaun of the Dead s’inspire de la période où ils partageaient le même appartement. Sur le tournage d’Hot Fuzz, les deux comparses dormaient dans leur roulotte respective, mais se parlaient par walkie-talkie chaque soir avant de s’endormir. Inséparables, vous dites?
 

3. Avoir de bonnes références

Shaun of the Dead

Shaun of the Dead contient plusieurs clins d’œil aux films de zombies classiques. Un visionnement privé a été organisé en présence de George Romero avant la sortie du long-métrage. Lorsque le personnage de Nick Frost crie : « We’re coming to get you, Barbara », le réalisateur n’a étonnamment pas relevé « l’emprunt » de la ligne de dialogue, repiquée presque mot pour mot de son Night of the Living Dead. Romero a par la suite donné un petit rôle à Simon Pegg et Edgar Wright dans Land of the Dead
 

4. L'homme qui venait du froid

Shaun of the Dead

Chris Martin, de la formation Coldplay, apparaît à plus d’une reprise dans Shaun of the Dead. Un reportage télévisé vers la fin du long-métrage le montre brièvement en train d’expliquer comment il est devenu porte-parole de l’événement-bénéfice ZombAid, après que deux membres de son groupe aient été attaqués et tués par des morts-vivants. On peut aussi le voir parmi les zombies, lorsque Shaun et Liz se sauvent du sous-sol du Winchester. On l’entend finalement chanter sur une pièce de la trame sonore.
 

5. Détourner les clichés

Hot Fuzz

Pour écrire Hot Fuzz, Edgar Wright et Simon Pegg ont visionné pas moins de 138 films policiers différents et interviewé une cinquantaine de véritables agents de police. Plusieurs répliques du film proviennent d’ailleurs directement de ces entrevues. Les créateurs ont également puisé dans le livre Bigger Little Movie de Roger Ebert, un glossaire dans lequel le critique de cinéma compile avec humour tous les stéréotypes éculés qu’on retrouve habituellement dans les films d’action.
 

6. Revenir sur les lieux du crime

Hot Fuzz

Hot Fuzz reprend très librement l’histoire de Dead Right, un court-métrage étudiant signé par Edgar Wright alors qu’il n’avait que 18 ans. La majorité du tournage s’est déroulée à Wells, la ville natale du réalisateur. La ruelle où Nicholas Angel poursuit un voleur à l’étalage est celle que Wright empruntait chaque jour pour aller à l’école, et où il a échangé son premier baiser. Le nom fictif de Sandford donné à la ville est utilisé par les policiers britanniques lors de leurs simulations et opérations d’entraînement.
 

7. Ni vus, mais connus

Hot Fuzz

Deux personnalités bien connues des cinéphiles font des apparitions non créditées dans Hot Fuzz. Il faut posséder un excellent sens de l’observation pour reconnaître Peter Jackson, puisque le réalisateur du Seigneur des Anneaux n’apparaît que quelques secondes à l’écran. Déguisé en Père Noël, on le voit poignarder la main de Simon Pegg. Cate Blanchett joue la pathologiste de la police et ancienne copine du personnage de Nicholas Angel, mais comme elle porte un masque durant toute sa scène, il est difficile de reconnaître l’actrice.
 

8. Fils de pubs

The World's End

Le pub est une partie intégrante de la vie culturelle anglaise, tout comme de la trilogie Cornetto. Après le Winchester de Shaun of the Dead et le tournage difficile de la fusillade d’Hot Fuzz qui prend place dans un pub, Edgar Wright s’était promis de ne plus jamais y remettre les pieds. On pourrait parler d’une promesse d’ivrogne, puisque ce n’est pas un, mais bien douze pubs que compte The World’s End. En entrevue, Nick Frost et Edgar Wright ont comparé le film à un épisode du Doctor Who où la bière remplacerait le TARDIS.
 

9. Tournée générale

The World's End

Lorsqu’il était adolescent, Edgar Wright a tenté de réaliser une tournée d’une douzaine de pubs en buvant une pinte de bière dans chacun, mais à l’instar des héros de The World’s End, il n’a pas réussi à relever le défi. Cette « quête » un peu absurde lui a par contre inspiré une histoire, intitulé Crawl, qu’il a laissé mijoter durant de nombreuses années. L’idée lui est revenue en tête après le tournage de Hot Fuzz, mais Edgar Wright et Simon Pegg (qui écrivent littéralement ensemble, dans la même pièce) ne se sont attaqués au scénario du film qu’en 2011.
 

10. De fidèles sujets

Edgar Wright et Martin Freeman

À part Nick Frost et Simon Pegg, rares sont les acteurs qui apparaissent dans tous les films de la trilogie Cornetto. Rafe Spall et Julia Deakin sont du nombre, tout comme Martin Freeman, qui ne faisait qu’une brève apparition dans les deux volets précédents, mais détient cette fois-ci un rôle à part entière. On ne voit pas Bill Nighy dans The World’s End, mais l’interprète du beau-père de Shaun et du chef de police londonien dans Hot Fuzz est bel et bien de la partie. Il prête sa voix à l’intelligence extraterrestre du film, nommée « The Network ».