10 choses que vous ne savez peut-être pas sur Superman

On célèbre le 75ième anniversaire de l’homme de fer cette année. Pour souligner l’occasion, le film Man of Steel qui prend l’affiche propose une vision dépoussiérée du super-héros. Depuis le temps qu’il vole au secours de l’humanité, on pourrait penser que ce natif de Krypton ne possède plus aucun secret, mais voici 10 choses que vous ne savez peut-être pas sur Superman.

10. Le rouge et l'or

Action Comics #1

Créé en 1933 par Jerry Siegel et Joe Shuster, Superman est l’archétype du super-héros moderne. Il ne volait pas à l’origine, et ses seules habiletés se limitaient à une invulnérabilité et une force titanesque. À l’occasion de sa première publication en 1938, les créateurs ont vendu les droits à Detective Comics (le futur DC Comics) pour 130$, engendrant une saga judiciaire qui s’étalera sur plus d’un demi-siècle. Le premier numéro d’Action Comics mettant Clark Kent en vedette a été vendu 2.16 millions de dollars U.S. en 2011.

9. D'un Reeves à l'autre

George Reeves

Le premier acteur à personnifier le super-héros à l’écran fût Georges Reeves (aucun lien de parenté avec Christopher Reeve) dans le film Superman and the Mole Men paru en 1951, puis dans série télévisée Adventures of Superman. Lors d’une session d’autographes, un jeune fan l’a menacé avec un pistolet pour vérifier s’il était vraiment invulnérable. Le comédien l’a convaincu de ranger son arme en prétextant que les balles ricocheraient sur lui et blesseraient les autres personnes présentes. 

8. Jouer les héros

Superman : The Movie

Près de 200 acteurs ont été considérés pour Superman : The Movie, dont… Burt Reynolds! James Caan a décliné le rôle, en affirmant qu’il n’était pas question qu’il porte ce costume ridicule. Sylvester Stallone aurait bien aimé l’enfiler, mais Marlon Brando a utilisé son droit de veto pour qu’il ne soit pas engagé. On a finalement pris une chance avec Christopher Reeve. Le comédien était si peu connu à l’époque que les publicités ne mentionnaient que les noms de Marlon Brando et de Gene Hackman.

7. Les couleurs unies de Krypton

Smallville

La principale vulnérabilité connue de Superman est la kryptonite verte, qui l’affaiblit et peut même le tuer. Ce qu’on sait moins, c’est que ce minerai maudit existe en plusieurs couleurs. La kryptonite rouge lui enlève ses inhibitions et le rend davantage agressif; les radiations de la dorée peuvent supprimer définitivement ses pouvoirs; l’argentée le rend paranoïaque et cause des hallucinations. Supergirl (vol. 4) #79 introduit même la kryptonite rose, qui le transforme en homosexuel.

6. Clark Cage ou Nicolas Kent

Nicolas Cage

Après Superman IV : The Quest For Peace paru en 1987, la franchise a pris une pause du grand écran. Kevin Smith a écrit un scénario intitulé Superman Lives en 1997. Le long-métrage devait être réalisé par Tim Burton, mais le projet a été annulé durant la pré-production. Comme Nicolas Cage avait déjà signé pour incarner le super-héros, il a reçu 20 millions de dollars même si le tournage n’a jamais eu lieu. C’est peut-être en guise de reconnaissance que le comédien a baptisé son deuxième enfant Kal-El, du vrai nom de Superman.

5. Retour d'exil

Superman Returns

Will Smith a refusé d’enfiler la combinaison bleue et rouge pour Superman Returns. Lors de leur première rencontre, Brandon Routh renversa son café sur Bryan Singer. Il était persuadé qu’il ne serait pas engagé suite à cet incident, mais au contraire, sa maladresse a évoqué Clark Kent à l’esprit du réalisateur. Tout comme Christopher Reeve quand il a interprété le personnage pour la première fois, Routh était âgé de 26 ans au moment du tournage. L’acteur a failli reprendre le rôle pour une suite l’opposant à Brainiac en 2009, mais la Warner en a décidé autrement.

4. De Gotham à Metropolis

Poster Justice League

Après le succès de la trilogie du Dark Knight, les services de Christopher Nolan et de David S. Goyer ont été retenus pour moderniser Superman; ce sont eux qui signent le scénario de Man of Steel. Metropolis n’est plus un monde étanche dans cette nouvelle version, et on retrouve des clins d’œil à d’autres héros de l’univers DC, ce qui ouvre la porte au très attendu long-métrage du Justice League. Une scène du film de Zack Snyder montre brièvement un gratte-ciel de Lexcorp, un indice quant à la présence de Lex Luthor dans la plus-que-probable suite.

3. À tour de rôles

Man of Steel

Le comédien Henry Cavill qui joue Superman dans Man of Steel a tenté d’obtenir le même rôle pour l’adaptation de Bryan Singer en 2006, mais on lui a préféré Brandon Routh. Quant à lui, Routh a auditionné sans succès pour jouer Clark Kent dans la télésérie Smallville avant de revêtir la combinaison du surhomme au grand écran. Ce n’est qu’après trois tentatives sur des productions différentes (dont Superman Returns et un projet avorté de Brett Ratner) qu’Amy Adams a fini par décrocher le personnage de Lois Lane.

2. Le fils adoptif de l'Amérique

Man of Steel

Superman s’est parfaitement intégré à son pays d’adoption. L’émission Seinfeld compte pas moins de 120 références au super-héros. On répertorie près de 80 chansons qui rendent hommage ou font référence au surhomme, par des artistes aussi variés que R.E.M., Donovan, Hank Williams Jr., Crash Test Dummies ou Laurie Anderson. En 2008, Kevin Costner et son groupe The Modern West ont composés la chanson « Superman 14 ». Le comédien était loin de se douter qu’il jouerait le père adoptif de Clark Kent quelques années plus tard dans Man of Steel.

1. S comme espoir

Man of Steel

Le S sur la poitrine et la cape de Superman ne représente pas la première lettre de son nom, mais plutôt le blason de sa famille, qui signifie « espoir ». C’est d’ailleurs le deuxième symbole le plus reconnu mondialement, tout de suite après la croix catholique. Man of Steel exploite davantage les origines extraterrestres de Kal-El. Pour les besoins du film, la production a fait appel au docteur Christine Schreyer, une linguiste du l’Université de Colombie Britannique, pour créer la langue de Kryptoniens, composée de plus de 300 mots.