10 choses à savoir absolument sur Le Seigneur des anneaux

par Patrick Robert le 9 octobre 2015

Il y a presque quinze ans, Peter Jackson lançait ce qui, encore aujourd’hui, constitue la plus épique et la plus aboutie des œuvres de fantasy de l’histoire du cinéma. En hommage à cette (première) trilogie de la Terre du milieu, voici 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur Le Seigneur des anneaux.

Le Seigneur du scénario

Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneau (v.o. : The Lord of The Rings: The Fellowship of the Ring)

Crédit photo: New Line Cinema

 

Il aura fallu plus de quarante ans de tractations de toutes sortes avant qu’une adaptation cinématographique du Seigneur des anneaux ne voie finalement le jour en 2001. Dès 1957, plusieurs personnes tentent sans succès d’acquérir les droits des romans de J.R.R. Tolkien pour en faire un long-métrage, parmi lesquels John Boorman (Excalibur), Stanley Kubrick, et même les Beatles! À bien y penser, c’est vrai que Ringo a des airs de Hobbit…

La version du réalisateur

Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (v.o. : The Lord of the Rings: The Return of the King)

Crédit photo: New Line Cinema

 

Miramax investit 14 millions de dollars dans le développement du Seigneur des anneaux, mais les producteurs refusent que le film soit séparé en plusieurs volets. Peter Jackson décide alors d’emmener son projet chez New Line Cinema, qui accepte sa proposition de trilogie. Les trois longs-métrages ont été tournés simultanément sur une période de 16 mois, et ont nécessité quelque six millions de pieds de pellicule.

Dans l'ombre de Mordor

Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneau (v.o. : The Lord of The Rings: The Fellowship of the Ring)

Crédit photo: New Line Cinema

 

De l’énorme équipe de plus de 3000 membres ayant participé à la trilogie, seul Christopher Lee avait déjà rencontré J.R.R. Tolkien en personne. L’auteur lui avait même donné sa bénédiction pour jouer Gandalf dans une éventuelle adaptation au cinéma. C’est le rôle pour lequel Lee auditionne initialement, mais comme il souhaite absolument participer au film, il accepte celui du sorcier Saroumane que Peter Jackson lui propose.

Mon précieux

Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours (v.o. : The Lord of the Rings: The Two Towers)

Crédit photo: New Line Cinema

 

Andy Serkis devait seulement prêter sa voix à Gollum à l’origine, mais sa performance dans La Communauté de l’anneau impressionne tellement Peter Jackson que le réalisateur opte finalement pour la capture de mouvements, afin d’utiliser pleinement le jeu du comédien. Voilà pourquoi le Gollum du premier film est bien différent de celui des deux suivants, qui a été modifié pour ressembler davantage à Serkis. 

De grands souliers à remplir

Accessoire du Seigneur des anneaux (v.o. : The Lord of the Rings)

Crédit photo: New Line Cinema

 

1800 paires de pieds velus de Hobbits ont été fabriquées, uniquement pour La Communauté de l’anneau. Il fallait une heure trente aux maquilleurs pour installer ces chaussures spéciales qui ne pouvaient servir qu’une seule fois, puisqu’elles se brisaient en les retirant. Pour éviter la revente sur Internet, toutes les paires usées ont été déchiquetées, mais l’acteur Dominic Monaghan (Merry) a réussi à en subtiliser une.

Un cri du cœur 

Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours (v.o. : The Lord of the Rings: The Two Towers)

Crédit photo: New Line Cinema

 

Engagé après le début du tournage pour remplacer Stuart Townsend, Viggo Mortensen ne connaissait ni Peter Jackson, ni les romans de Tolkien lorsqu’il décroche le rôle d’Aragorn. Dans la scène des Deux Tours où il s’effondre en pensant que Merry et Pippin sont morts, son cri de douleur est authentique, puisqu’il s’est brisé deux orteils en donnant un coup de pied sur le casque de métal traînant par terre lors de la prise utilisée dans le montage final. 

Le travail à la chaine

Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (v.o. : The Lord of the Rings: The Return of the King)

Crédit photo: New Line Cinema

 

Bien que constituées de plastique et non pas de métal, les armures portées par les comédiens, comme celle de Gimli, pouvaient peser jusqu’à 70 livres. Les deux accessoiristes responsables d’assembler toutes les cottes de mailles de la trilogie ont manipulé 12 millions et demi d’anneaux de plastique, si bien qu’à la fin de la production, les empreintes digitales sur leur pouce et leur index avaient complètement disparu!

Le choc des titans

Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours (v.o. : The Lord of the Rings: The Two Towers)

Crédit photo: New Line Cinema

 

Les décors de la forteresse d’Elm’s Deep dans Les Deux Tours ont nécessité sept mois de travail à eux seuls. Le tournage de la bataille la plus épique de la trilogie, qui se déroule principalement de nuit, a duré quatre mois. 20 heures de matériel ont été filmées pour créer la scène, qui dure une quinzaine de minutes au total. Peter Jackson a enregistré une foule de 35 000 personnes dans un stade de la Nouvelle-Zélande pour le cri de guerre des Huruk-Hai.

La Communauté du tatoo

Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneau (v.o. : The Lord of The Rings: The Fellowship of the Ring)

Crédit photo: New Line Cinema

 

Des neuf acteurs ayant incarné les membres de la Communauté de l’anneau dans le premier film de la trilogie, huit se sont fait tatouer le chiffre « 9 » dans la langue des elfes chez un tatoueur de Wellington en Nouvelle-Zélande pour célébrer la fin du tournage. À la blague, John Rhys-Davies (Gimli) a plutôt envoyé sa doublure se faire tatouer à sa place, prétextant que ce dernier avait passé davantage de temps sur le plateau que lui.

Une épopée immortelle

Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi (v.o. : The Lord of the Rings: The Return of the King)

Crédit photo: New Line Cinema

 

Si Le Seigneur des anneaux n’est que la sixième franchise la plus lucrative de l’histoire du cinéma, derrière Harry Potter, James Bond et Star Wars, il s’agit de la seule trilogie dont chacun des trois films a remporté des prix aux Oscars, un exploit qui surpasse même Le Parrain de Coppola. Si ce texte vous a donné envie de revoir l’œuvre de Peter Jackson, sachez qu’il vous faudra 11 heures et 21 minutes de temps libre pour visionner bout à bout la version longue des trois films…