Les 10 pires erreurs médicales

par Rédaction 37e AVENUE le 15 août 2016

L’erreur est humaine, et les médecins le sont (humains). Instruments chirurgicaux oubliés, opérations pratiquées sur le mauvais organe ou le mauvais patient… On se réjouit que ces erreurs médicales soient aussi rares qu’elles sont spectaculaires!

Erreur sur le père

Après avoir eu recours à la fécondation in vitro, une résidente de l’État de New York a donné naissance à une fillette aux traits afro-américains, alors qu’elle est elle-même d’origine dominicaine et que le papa a la peau blanche… Les tests d’ADN ont révélé que la petite fille est bien la fille de Nancy Andrews, la femme qui l’a portée, mais que l’ovule avait été fécondé avec le sperme d’un autre homme. Oups.

Un oubli de taille

Donald Church s’est présenté à l’hôpital de l’Université de Washington en juin 2000 pour se faire retirer une tumeur à l’abdomen. À son réveil, l’excroissance avait disparu, mais un écarteur de métal de plus de 30 centimètres de long avait pris sa place! L’instrument a heureusement pu être retiré, sans séquelles pour l’homme.

Une douloureuse chirurgie esthétique

Une Lyonnaise qui avait subi un redrapage du ventre a eu la mauvaise surprise de découvrir que les douleurs dont elle souffrait depuis l’intervention étaient dues à une paire de pinces malencontreusement laissées dans son abdomen.

Ablation imprévue du clitoris

Retirer une partie des lèvres de la vulve où se trouvaient des lésions précancéreuses : c’était le mandat du chirurgien australien qui a ce faisant éliminé également le clitoris de sa patiente. Au cours du procès qui s’en est suivi, le médecin a argué que la veuve de 59 ans... n’en avait plus besoin! Il a été condamné à trois ans et demi de détention pour ses fautes professionnelles.

Castré par erreur

Dans la romantique ville de Vérone, un jeune Italien a vu en 2000 ses projets familiaux s’envoler en fumée. En pleine opération, l’équipe chirurgicale qui devait lui retirer un testicule atteint d’un cancer s’est aperçue avoir opéré le mauvais côté… et a procédé à l’ablation de l’autre gonade.

Une triple greffe incompatible

Jésica Santillán, une adolescente mexicaine émigrée aux États-Unis afin d’obtenir les soins requis par son état de santé est morte en 2003 après avoir reçu une greffe de poumons et de cœur provenant d’un donneur de groupe sanguin A, alors qu’elle était de type O.

D’une grossesse extra-utérine à l’amputation des jambes

Stacey Galette devait subir une chirurgie toute simple après une grossesse ectopique, mais une perforation de son intestin au cours de l’intervention a provoqué une infection du sang qui a gangrené ses deux jambes, dont elle a dû être amputée sous les genoux.

Une erreur pharmacologique à grande échelle

Dans les années 1960, 10 000 à 20 000 femmes à qui l’on avait prescrit de la Thalidomide contre leurs nausées de grossesse ont donné naissance à des enfants aux bras ou aux jambes atrophiés.

Le scandale du sang contaminé

Dans les années 1980, environ 2 000 Canadiens ont reçu du sang contaminé par le VIH et 30 000 par le virus de l’hépatite C. Plusieurs autres pays ont connu à la même époque une catastrophe similaire, parmi lesquels les États-Unis, la France, l’Allemagne, la Chine et le Japon.

Un tube de gavage inséré dans les bronches

En 2013, un homme de Clermont admis à l’hôpital de l’Enfant-Jésus de Québec pour soigner de graves brûlures est mort après qu’un membre du personnel médical ait introduit dans ses bronches un tube de gavage qui était plutôt destiné à son œsophage.