Les 10 pires films de 2015

par Patrick Robert le 25 décembre 2015
Terminator Genisys

Si 2015 nous a donné Mad Max : La route du chaos, Le Monde perdu, ou Star Wars : Le Réveil de la force, certains longs-métrages parus dans les douze derniers mois se sont avérés de véritables désastres. C’est le cas de ces 10 films, qui comptent assurément parmi les pires films de l’année.

 

Hacker (v.o. : Blackhat)

Hacker (v.o. : Blackhat)

Crédit photo: Universal Pictures

 

Dans ce thriller techno peu crédible, Chris Hemsworth (l’interprète de Thor au cinéma) est un hacker. Sans affirmer que tous les pirates informatiques sont des petits gros dénués de vie sociale, si vous connaissez un membre d’Anonymous qui possède l’apparence physique et la musculature de Chris Hemsworth, conseillez-lui de regarder Hacker, puisque ce film ne plaira à personne d’autre.

 

L’Ascension de Jupiter (v.o. : Jupiter Ascending)

L’Ascension de Jupiter (v.o. : Jupiter Ascending)

Crédit photo: Warner Bros. Pictures

 

Si des effets spéciaux spectaculaires suffisaient à faire un bon film, L’Ascension de Jupiter serait un chef-d’œuvre. Malheureusement, ce soap opera de l’espace relatant les aventures de Jupiter, une femme de ménage qui découvre qu’elle est la réincarnation de la Reine de l’univers, n’est qu’une déception de plus de la part des Wachowski, incapables de livrer un long-métrage digne d’intérêt depuis La Matrice.

 

Le Septième Fils (v.o. : Seventh Son)

Le Septième Fils (v.o. : Seventh Son)

Crédit photo: Universal Pictures

 

Se déroulant dans un monde de fantasy qui réunit à peu près tous les clichés du genre, même la présence de comédiens de la trempe de Julianne Moore et Jeff Bridges ne réussit pas à sauver Le Septième Fils de la banalité. On a peut-être été trop gâtés, mais après Le Seigneur des anneaux et Le Trône de fer, il faut plus que des effets visuels inégaux et un scénario sentant le réchauffé pour nous impressionner. 

 

Terminator Genisys

Terminator Genisys

Crédit photo: Paramount Pictures

 

Sarah Connor refuse de coucher avec Kyle Reese. Possédé par Skynet, John Connor veut tuer ses parents, et un Terminator de l’âge d’or affronte sa version de 1984. Terminator Genisys n’est ni un remake, ni un reboot, ni un prequel, mais plutôt une sorte de « remix » mélangeant pêle-mêle les meilleurs moments des deux premiers films, dans une production qui mérite certainement la palme de la crise d’identité.

 

La Potence (v.o. : The Gallows)

La Potence (v.o. : The Gallows)

Crédit photo: Warner Bros. Pictures

 

En donnant une facture réaliste à l’horreur, le style « found footage » a créé plusieurs petits bijoux du cinéma de genre, mais La Potence ne figure pas parmi ceux-ci. Vision de nuit, images floues, caméra bougeant frénétiquement et mauvais cadrages ne servent qu’à masquer l’amateurisme de ce film médiocre, qui évoque une version étudiante et peu inspirée du Fantôme de l’Opéra.

 

Cinquante nuances de Grey (v.o. : Fifty Shades of Grey)

Cinquante nuances de Grey (v.o. : Fifty Shades of Grey)

Crédit photo: Universal Pictures

 

D’après les rumeurs, Dakota Johnson et Jamie Dornan, les deux vedettes de Cinquante nuances de Grey, ne peuvent se sentir dans la vraie vie, ce qui expliquerait leur manque de chimie à l’écran. Adapté du roman à succès, ce film, qui aurait dû s’appeler Cinquante nuances d’ennui, se veut très osé, mais il ne s’agit au final que d’un Harlequin teinté d’érotisme soft, qui donnera surtout du plaisir aux masochistes.

 

Les Quatre Fantastiques (v.o. : Fantastic Four)

Les quatre Fantastiques (v.o. : Fantastic Four)

Crédit photo: 20th Century Fox

 

Avec un ton beaucoup trop sérieux qui néglige le côté amusant des Quatre Fantastiques, un choix de comédiens douteux dans les rôles principaux, une histoire d’origine ne respectant pas la mythologie établie, et un rythme dénué d’action où la bataille finale est la seule du film, on dirait que ce reboot a été réalisé par quelqu’un ne connaissant absolument rien aux bandes-dessinées du célèbre quatuor. Dommage.

 

Poltergeist

Poltergeist

Crédit photo: 20th Century Fox

 

Réaliser un mauvais film d’horreur est une chose, mais avouez qu’il faut un talent particulier pour prendre l’un des plus grands classiques du genre, qui a donné la chair de poule à plus d’une génération de cinéphiles, et en faire un navet soporifique. Figurant parmi les plus grosses déceptions de l’année, le seul point positif qu’on puisse trouver au remake de Poltergeist, c’est qu’il donne envie de revoir l’original.

 

Paul Blart, flic du Mail 2 (v.o. : Paul Blart Mall Cop 2)

Paul Blart, flic du Mail 2 (v.o. : Paul Blart Mall Cop 2)

Crédit photo: Columbia Pictures

 

Comme le premier Flic du Mail était déjà bien loin du chef-d’œuvre, on se demande bien qui a eu la brillante idée de produire une suite. Cette fois-ci, le Dirty Harry des centres d’achats est de retour pour une convention de gardiens de sécurité à Las Vegas, dans une comédie aussi épaisse que son personnage principal, qui ne fera même pas rire un enfant de huit ans souffrant de décalage horaire.

 

Mortdecai

Mortdecai

Crédit photo: Lionsgate

 

Johnny Depp, Gwyneth Paltrow, Ewan McGregor et Paul Bettany sont d’excellents comédiens, mais on ne le croirait pas en regardant Mortdecai. Jeu d’acteur tellement caricatural qu’il en devient faux, accents énervants, et humour qui tombe toujours à plat, cette production a dilapidé quelque 60 millions de dollars pour n’en récolter que sept au box-office. Si vous avez payé pour voir ce film, je compatis avec votre douleur…

Catégories