10 questions à Stephen Amell au sujet d’Arrow

par Patrick Robert le 17 septembre 2014
Dans la série Arrow

C’est devant une salle survoltée que Stephen Amell, la vedette de la série télévisée Arrow, a répondu aux questions des nombreux fans lors du ComicCon de Montréal. Voici notre compte-rendu de l’événement.
 

Est-ce que vous vous ennuyez du personnage du Hood maintenant que vous êtes devenu Arrow?

Stephen Amell : Euh… oui! Les choses étaient beaucoup plus simples lorsque je me contentais de tuer tout le monde (rires). Même si je m’ennuie du personnage du Hood de la première saison, je préfère quand même jouer Arrow. J’aimerais encore plus pouvoir jouer le Green Arrow (applaudissements). On reverra le Hood à nouveau. Dans la troisième saison, nous explorerons davantage l’époque où Oliver Queen est devenu le Hood à travers les retours en arrière. Le personnage me manque, mais j’aurai la chance de le retrouver bientôt.

Arrow

Qui préférez-vous jouer, le rôle d’Arrow, ou celui d’Oliver Queen?

Stephen Amell : Je ne pense pas que je préfère un personnage plus que l’autre. En simples termes de jeu, j’apprécie davantage Oliver, parce qu’Arrow est un peu unidimensionnel, il ne possède pas beaucoup de nuances. Les scènes d’Oliver me permettent plus de subtilité en tant que comédien. Cependant, à chaque fois que je revêts le costume de superhéros, je me rends compte immédiatement à quel point c’est fantastique de jouer Arrow.

Stephen Amell de Arrow au Comiccon de Montréal

Quelle a été la scène que vous avez eu le plus de plaisir à tourner dans Arrow?

Stephen Amell : Des deux premières saisons, ma scène préférée est la dernière que j’ai tournée avec Susanna Thompson, un retour en arrière plus précisément. C’était un moment intime entre Oliver et Moira. Ce sont les scènes que je préfère tourner. J’ai déjà passé une journée où, durant les sept heures du tournage, ma seule et unique réplique était : « Jamais! » (rires). J’adore tourner les scènes d’action, mais j’aime aussi pouvoir jouer des scènes plus émotives, et c’en était une.

Stephen Amell de Arrow au Comiccon de Montréal

Y’aura-t’il beaucoup d’action dans la troisième saison?

Stephen Amell : Bon, laissez-moi une minute pour penser à ce que j’ai le droit de dire (rires)… Vous savez, dans les films de James Bond, il y a toujours une grosse séquence d’action en ouverture, qui n’est pas directement liée à l’intrigue du reste du long-métrage. C’est seulement pour établir qu’on regarde un film d’action, que c’est James Bond, et qu’il va faire des trucs à la James Bond (rires). L’idée des producteurs était de débuter la troisième saison avec une gigantesque scène d’action de ce genre. On peut en voir des extraits dans la bande-annonce. Je suis accompagné de Diggle, de Roy, qui porte son costume complet (applaudissements), et essentiellement, on botte des culs! Je peux aussi vous dévoiler que dans le premier épisode de la troisième saison, on pourra voir Oliver Queen en pleine bataille… avec Arrow.

Stephen Amell

La production ne vous permet sans doute pas d’effectuer toutes vos cascades dans l’émission. Quel pourcentage de cascades vous laissent-ils faire?

Stephen Amell : Ils ne me permettent même pas de m’approcher des motos (rires). Lors de la première saison, nous n’avons presque pas utilisé de câbles. En introduisant les superpouvoirs dans la seconde saison, il a fallu avoir recours aux câbles, puisque si je reçois un coup de poing, je dois voler au plafond, ou être projeté contre différents objets du décor. La production ne m’autorise pas à travailler avec les câbles, parce qu’on peut se faire très mal. On a intégré les superpouvoirs et un élément de science-fiction dans la seconde saison afin d’introduire le Flash. Maintenant qu’il a sa propre série, nous allons retrouver le côté plus réaliste d’Arrow, et je devrais pouvoir faire davantage de cascades moi-même.

Arrow

Si vous pouviez choisir n’importe quel comédien, pour Arrow ou un autre projet, avec qui aimeriez-vous travailler?

Stephen Amell : Tom Cruise (rires). Qu’est-ce que j’ai dit de drôle (rires)? Je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui n’a pas été totalement séduit après une rencontre avec Tom Cruise. Pour moi, ce n’est pas seulement un grand acteur, c’est la quintessence même de la vedette de cinéma. Si on regarde son impressionnante carrière, il a travaillé avec des réalisateurs de talent, il a interprété toutes sortes de rôles différents, et c’est quelque chose que je veux faire aussi. Je ne pense pas qu’il participera à Arrow (rires), quoique des choses plus étranges sont déjà arrivées, mais peut-être que je pourrais participer à l’un de ses films. Peut-être (applaudissements).

Arrow

Si vous pouviez choisir n’importe quel super héros, lequel aimeriez-vous interpréter?

Stephen Amell : Ce n’est pas la première fois que je le mentionne, mais j’aime vraiment le personnage d’Iron Man (applaudissements). J’adore son sarcasme, son absence de pouvoirs surhumains… Ce sont des éléments qui, je l’espère, seront davantage exploités dans Arrow à mesure que la série progresse. Plusieurs fans me disent qu’Oliver Queen est sarcastique, qu’il est drôle dans les bandes dessinées, et que ma version de la série télévisée ne l’est pas (rires). Il n’est pas rendu là. Pas encore. J’espère que nous irons dans cette direction, et que nous puiserons dans tous ces traits de caractère qui m’ont fait aimer le Green Arrow au départ.

Stephen Amell de Arrow au Comiccon de Montréal

On a appris que Ra’s Al Ghul sera de la troisième saison d’Arrow. Est-ce que Liam Neeson reprendra le rôle, qu’il tenait dans Batman Begins?

Stephen Amell : Non (rires). J’ai lu quelque part qu’il est ouvert à l’idée, mais nous avons embauché un fantastique acteur australien qui s’appelle Matt Nable. C’est lui qui jouera Ra’s Al Ghul, et contrairement à la tradition établie dans Arrow, on ne le rencontrera pas à la fin de la troisième saison, puisqu’il apparaîtra dès le quatrième épisode (applaudissements).

Arrow

Arrow utilise de plus en plus d’éléments de l’univers DC, avec par exemple l’arrivée du Flash dans la seconde saison. Si vous aviez le choix, quel vilain aimeriez-vous affronter dans l’émission, et avec quel super héros aimeriez-vous faire équipe?

Stephen Amell : Je ne répondrai pas à la question du vilain que j’aimerais affronter, puisque depuis le début de la série, je rêve que Ra’s Al Ghul me donne une raclée, et on dirait que ça va enfin se produire (rires). Par contre, si je pouvais choisir un super héros avec qui faire équipe, je prendrais Firestorm (applaudissements). Vous savez qui va interpréter Firestorm? Mon cousin Robbie (Amell). Nous n’avons jamais eu la chance de jouer ensemble, et là, on va faire partie de la même émission… J’ai bien hâte de voir ce que ça va donner…

Arrow

Avez-vous été approché pour reprendre votre rôle d’Oliver Queen dans l’éventuel film du Justice League?

Stephen Amell : On pourrait penser qu’au sein d’un même studio, les productions télévisuelles et cinématographiques se parlent entre eux, mais ce n’est pas vraiment la façon dont les choses fonctionnent. La télévision est devenue un médium aussi important que le cinéma dans les dernières années, avec des productions comme The Sopranos, Game of Thrones, Mad Men, Breaking Bad et… Arrow (rires). Les longs métrages disposant de budgets de 250 millions de dollars filment durant des mois et des mois. La logistique derrière un tel tournage est fondamentalement différente de celle d’une série télévisée, avec 23 épisodes, et huit jours de tournage par épisode. Donc, au simple niveau logistique, il me serait impossible de m’impliquer dans le long-métrage du Justice League pendant que je tourne Arrow, mais bon, ce n’est pas grave. Je fais quand même partie des membres de cette ligue (rires)…