10 sports extrêmes à découvrir au Québec

par Henri Michaud le 9 septembre 2013
Vous aimez les sensations fortes. Vous êtes à la recherche constante d’adrénaline. Les défis vous attirent. Vous êtes donc un candidat idéal pour les sports extrêmes. Ça tombe bien : le Québec offre plusieurs activités pour les aventuriers qui n’ont pas froid aux yeux.
 

1. Comme un oiseau

deltaplane

Tous rêvent de voler comme un oiseau. Et c’est possible de réaliser ce rêve en deltaplane ou en parapente. Il suffit de s’élancer d’un site propice ou d’une plate-forme juchée sur une falaise, pour voler durant quelques minutes, ou quelques heures, selon votre envie et les courants ascendants. Il existe quelques sites bien aménagés au Québec et des vols d’initiation sont offerts. On se lance dans le vide à Mont-Saint-Pierre (Gaspésie), à Sainte-Agathe-des-Monts ou à Rougemont.
 
Des versions motorisées de ces « ailes » sont également disponibles. Vous pouvez alors choisir entre un deltaplane équipé d’un petit moteur ou vous accrocher à un parapente en portant, sur votre dos, une cage contenant un moteur très léger.
 
 

2. Le parachutisme

Parachute

C’est probablement le plus connu des sports extrêmes pratiqués au Québec. Il suffit de s’élancer dans le vide, à partir d’un avion, pour se retrouver, quelques minutes plus tard, sur le plancher des vaches. Et, une fois le premier saut complété, les amateurs ne pensent qu’à une chose : refaire l’expérience le plus vite possible. Que ce soit à Notre-Dame-de-Lourdes (près de Joliette), en Estrie, à Montréal, en Beauce ou à Québec, il y a sûrement une école près de chez vous. Tapez parachutisme au Québec dans un moteur de recherche pour en trouver une.
 

3. La descente de rivière

descente de rivière

Si certaines rivières coulent lentement vers les lacs, le fleuve ou l’océan, d’autres se démarquent par leurs rapides. C’est justement ces derniers qui attirent les amateurs de sensations fortes. À bord d’un kayak ou d’un radeau pneumatique, ils affrontent l’eau tourbillonnante, seuls ou en groupe. À essayer au moins une fois dans sa vie. Si la rivière Jacques-Cartier est bien connue, la Rouge, dans les Laurentides, vous procurera quelques agréables frissons.
 
 

4. « Surfer » sur des rapides

surf de rapides

Ce sport extrême devient de plus en plus populaire, mais les sites ne sont pas légion. Dans la région de Montréal, les rapides de Lachine offrent cette activité enivrante. Le défi consiste à prendre une vague, allongé sur une planche de surf, puis d’essayer de se tenir debout. Vous en reviendrez trempé, c’est garanti!
 

5. La glisse

planche à neige

Tous connaissent le ski alpin. Mais certains adeptes choisissent de sortir des pistes balisées pour défier de nouveaux champs de neige. Il suffit de dénicher une pente adéquate et de sortir ses skis ou sa planche à neige pour glisser jusqu’en bas, à travers d’étroits sentiers ou en évitant des rochers menaçants. Du massif de Charlevoix au mont Hog’s Back (Gaspésie) en passant par le Massif du Sud (Chaudière-Appalaches, plusieurs centimètres de poudreuse vous attendent. Adrénaline garantie!
 
 
 

6. Vite, une paroi

escalade de glace

Si l’on trouve des murs d’escalade dans plusieurs centres d’entraînement, d’autres grimpeurs scrutent le paysage à la recherche de parois rocheuses à escalader, ou à descendre en rappel. On parle alors de décalade. Pour pratiquer ces sports, il suffit de trouver le site idéal. Et on en retrouve dans plusieurs régions du Québec, dont les falaises de Prévost, dans les Laurentides, et au mont Wright, près de Québec.
 
Ce sport extrême a deux pendants : l’escalade de glace qui se pratique sur des parois gelées, notamment sur la chute Montmorency (Québec) ou en Gaspésie et le canyoning qui consiste à descendre dans un ravin, préférablement le long d’une cascade d’eau. À éviter si vous avez le vertige. 
 
 

7. Le « Paintball »

paintball

Vol, prise d’otage, petite guerre entre amis, les centres de Paintball du Québec  vous donneront l’occasion de vous amuser ferme, parfois dans un décor spectaculaire. Et certains centres, comme Action 500  à Montréal, proposent des activités thématiques, comme un jeu basé sur la Guerre des étoiles.
 

8. Sur sa bécane

homme en vélo de montagne

Défier les rochers, se moquer des racines, éviter des arbres et descendre des pentes abruptes, voilà le rêve de tout cycliste extrême. Et c’est possible sur plusieurs sites au Québec . Même les amateurs seront séduits par des pistes accessibles tous les jours de la semaine, à Bromont, par exemple. Il existe même des épreuves bien organisées, dont le Raid extrême Bras du Nord, dans la région de Portneuf. Les organisateurs ont même ajouté une course de nuit au programme de cette année. Frissons garantis!
 
 

9. La « Spartan Race »

Spartan Race

Née au Québec, la « Spartan Race » s’adresse à ceux qui n’ont pas peur de se salir... Les participants peuvent choisir des trois courses, soit le 5, le 12 ou le 20 kilomètres, truffées de 15 à 40 défis à affronter, selon la distance. Ils doivent notamment ramper sous des fils barbelés, patauger dans la boue, soulever des poids, se glisser dans des tunnels, franchir des obstacles en utilisant que leurs bras. Bref, on est loin de la ballade du dimanche. 
 
 

10. Ironman

Nageurs au Ironman

Une compétition pour les véritables mordus… Cette épreuve contre la montre comporte trois disciplines tout aussi exigeantes les unes que les autres. Chaque année, à Mont-Tremblant, 2630 participants se sont affrontés lors d’une compétition qui frise la démesure. Ils devaient franchir 3,86 kilomètres à la nage, 180,2 km à vélo, puis courir un marathon, soit 42,2 km. Extrême vous dites? Il faut être en excellente forme physique!
 
Et si vous croyez que c’est épuisant, parlez-en à Didier Woloszyn. Le Québécois de 46 ans a effectué 33 courses Ironman en autant de jours. Un mois bien rempli! 
 
 
 
Certes, il existe d’autres activités extrêmes qui peuvent être pratiquées dans la province. Mais ce palmarès comporte des défis plus qu’intéressants, à vivre en groupe, au cas où!