18 films à voir absolument au Festival Fantasia

par Patrick Robert le 11 juillet 2014

Pour sa dix-huitième édition, le Festival Fantasia met le paquet en proposant plus de 160 long-métrages. Afin de vous aider à vous retrouver à travers cette imposante programmation, voici dix-huit films à voir absolument.

The Mole Song – Undercover Agent Reiji (17 juillet)

The mole song

Takashi Miike est le réalisateur le plus versatile de toute l'histoire du cinéma. Peu importe le genre qu'il emprunte (horreur, action, film de samouraïs, etc.), il réussit toujours à nous surprendre, et sa nouvelle comédie policière ne semble pas faire exception. 

Jacky au royaume des filles (17 juillet)

 

 

Comment ne pas être intrigué par ce long-métrage grinçant avec Charlotte Gainsbourg, dont le récit nous transporte au Royaume de Bubunne, un monde où les hommes portent le voile et effectuent les tâches ménagères, tandis que les femmes exercent le pouvoir?

Ghost in the Shell (17 juillet)

 

 

Ce n'est pas tous les jours qu'on a la chance de voir cet immense classique de l'animation japonaise sur grand écran. Pour souligner son 25ème anniversaire et créer l’événement, la projection de Ghost in the Shell se fera en présence de son réalisateur, le légendaire Mamoru Oshii. 

Suburban Gothic (19 juillet)

 

 

Présenté à Fantasia en 2012, Excision, a révélé le talent de Richard Bates Jr. au public. Même s’il s’annonce plus léger, les attentes sont tout de même élevées pour Suburban Gothic, son second long-métrage racontant une enquête paranormale digne de Scooby-Doo.

Life After Beth (19 juillet)

 

 

Une autre comédie romantique de zombies? Peut-être, mais celle-ci semble donner autant d’importance à la comédie qu’à l’aspect romantique, en plus de compter sur une distribution impressionnante, dont Aubrey Plaza, John C. Reilly, Anna Kendrick et Matthew Gray Gubler.

The Zero Theorem (20 juillet)

 

 

On apprécie toujours l’imagination délirante de Terry Gilliam, et puisque The Zero Theorem se veut la conclusion de sa trilogie orwellienne amorcée avec Brazil et 12 Monkeys, les fans ne voudront pas manquer ce nouveau long-métrage qui promet d’être épique.

Cybernatural (20 juillet)

 

 

Produit par Timbur Bekmambetov (Night Watch, Wanted), Cybernatural se déroule uniquement sur les écrans d’ordinateurs de six cyber-intimidateurs ayant poussé une jeune adolescente au suicide. Par son sujet comme son traitement, ce film s’inscrit profondément dans notre époque. 

Open Windows (23 juillet)

 

 

Depuis qu’il a signé l’un des meilleurs récit de voyage dans le temps en 2007 avec Timecrimes, les amateurs de cinéma de genre attendent impatiemment un nouveau Nacho Vigalondo. Ils seront exaucés avec Open Windows, qui met en vedette Elijah Wood dans le rôle d’un homme un peu trop obsédé par une actrice en vogue.

Jack et la mécanique du coeur (26 juillet)

 

 

Avec les voix d’Arthur H, Olivia Ruiz, Grand Corps Malade, Jean Rochefort, ainsi que les magnifiques chansons du groupe français Dionysos, on avait vraiment hâte que le film d’animation à l’esthétique steampunk (sorti en France en février) débarque enfin au Québec. Merci Fantasia!

Dead Snow: Red vs Dead (26 juillet)

 

 

Dans les jeux vidéo comme au cinéma, personne ne s’est jamais senti mal de massacrer des zombies ou des nazis. La suite de Dead Snow combine les deux, pour produire un film de série B qui ne se prend jamais au sérieux, et qui constitue un véritable plaisir coupable.

Doctor Proctor’s Fart Powder (26 juillet)

 

 

En cherchant un remède pour la calvitie, le docteur Proctor invente plutôt une poudre provoquant des flatulences d’une telle puissance que quiconque la consomme peut voler! Cette production norvégienne irrévérencieuse possédant des airs de Fifi Brindacier fera assurément sourire toute la famille.

Guardians of the Galaxy (29 juillet)

 

 

Pourquoi patienter jusqu’à sa sortie en salle le 1er août, alors que le blockbuster le plus attendu de l’été sera présenté en 3D quelques jours plus tôt dans le cadre du Festival? Avec le public le plus enthousiaste en ville, c’est définitivement à Fantasia qu’il faut voir cet opéra de l’espace signé James Gunn. 

The Search for Weng Weng (29 juillet)

 

 

Dans les années ’70, les Philippines ont eu leur propre version de James Bond : Weng Weng, un héros nain de films d’action mesurant deux pieds neuf. Le réalisateur Andrew Leavold a visité le pays de l’acteur dans le but de retrouver cette légende pour son documentaire, qui s’annonce kitsch à souhait.

The Texas Chainsaw Massacre (30 juillet)

 

 

Tobe Hooper a profondément influencé le cinéma de genre moderne, avec des œuvres mémorables comme Salem’s Lot, Poltergeist, et surtout, The Texas Chainsaw Massacre. Quarante ans après sa sortie, le classique sera projeté en présence du réalisateur, dans une version remasterisée en 4K.

Ju-On: The Beginning of the End (30 juillet)

 

 

Responsable avec Ringu de la vague de remakes américains du début des années 2000, la malédiction de Ju-On se continue avec Beginning of the End. C’est Masayuki Ochiai (Infection, Shutter) qui signe le scénario et la réalisation de ce quatrième volet de la lugubre franchise asiatique.

The Green Inferno (2 août)

 

 

Eli Roth est réputé pour ancrer ses intrigues dans la réalité, et pour présenter des images souvent insupportables. Après Cabin Fever et Hostel, il revient enfin derrière la caméra pour un hommage à un sous-genre de l’horreur assez négligé depuis les années ’70 : le film de cannibales. Cœurs sensibles s’abstenir!

Frank (3 août)

 

 

Étrange comédie inspirée de la vie du défunt musicien britannique Frank Sidebottom, Frank raconte l’histoire du fondateur du groupe Soronprfbs, un musicien excentrique portant une tête en plâtre en tout temps, même dans sa douche. Avec Michael Fassbender dans le rôle titre.

Ejecta (3 août)

 

 

Found footage, complot gouvernemental et invasion extraterrestre sont à l’honneur dans Ejecta, un film canadien reposant en grande partie sur les épaules de l’acteur culte Julian Richings (Cube, Wrong Turn), dans un scénario apocalyptique signé par Tony Burgess, l’auteur du génial Pontypool.