5 lieux abandonnés au Québec

par Véronique Champagne - 37e AVENUE le 29 décembre 2015
Intérieur du Sanatorium de Lac Édouard

Ils sont déserts, laissés à l'abandon, parfois sinistres: ces 5 endroits abandonnés au Québec ont chacun leur histoire...

 

Le sanatorium du Lac-Édouard

Sanatorium du Lac-Édouard

Crédit photo: Gabriel Delisle

 

Entre 1910 et 1967, des centaines de riches patients tuberculeux se sont reposés dans ce havre bucolique de la Mauricie. Comme de raison, certains y sont aussi décédés. Puis, suite aux découvertes de la médecine moderne, les sanatoriums comme celui du Lac-Édouard ont perdu la cote (et leurs patients). Converti en centre pour déficients intellectuels pendant deux décennies, l’édifice est depuis abandonné. Quelques silhouettes fantomatiques auraient toutefois été aperçues à ses fenêtres…

 

Nitchequon

Nitchequon

Crédit photo: Panoramio

 

À 300 kilomètres à l’ouest de Fermont, carrément niché au cœur du Québec, le petit village de Nitchequon a d’abord servi de poste de traite de fourrure aux siècles derniers, avant de devenir une station météorologique. La fermeture de cette dernière en 1985 a signé l’arrêt de mort de la petite communauté, qui s’est vue forcée d’abandonner le village pour survivre. Depuis, aucune âme n’y vit, mais quelques trappeurs et chasseurs particulièrement curieux s’y aventurent.

 

Le pavillon de l’île Sainte-Hélène du pont Jacques-Cartier

Pavillon de l'île Sainte-Hélène du pont Jacques-Cartier

Crédit photo: Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain Incorporée

 

En voiture, on n’y voit que deux tours stylisées enjolivant le pont. À pied, on y entre à reculons pour gravir ses escaliers très, très glauques qui connectent l’île au sentier piétonnier du pont. Dans les deux cas, il est dur d’imaginer que cet édifice abandonné accueillait autrefois des expositions et des bals, et qu’il avait même d’abord été pensé pour servir de centre civique pour la Ville de Montréal. Qu’est-il arrivé? Il apparaît que dans les années 1930, on s’est rendu compte que le bruit des voitures y était quelque peu dérangeant...

 

L’asile de Sainte-Clotilde-de-Horton

Asile de Sainte-Clotilde-de-Horton

Crédit photo: EnBeauce.com / Éric Beaupré

 

À moins d’une trentaine de minutes de Drummondville, ce petit village de 1 000 âmes est surtout connu pour son asile abandonné, qui serait l’un des endroits les plus hantés au Québec. Imaginez: d’abord un monastère, dans lequel un incendie éclata et tua plusieurs jeunes hommes, l’édifice devient un centre pour handicapés mentaux… où un nouvel incendie meurtrier survient en 1988. Les patients du centre auraient en plus été sujets à beaucoup de pratiques médicales contestées, de sorte que si fantômes il y a, ils ne sont pas particulièrement contents, contents… La table est mise pour un endroit abandonné qui donne la chair de poule!

 

Le tunnel Wellington

Tunnel Wellington

Crédit photo: ExplorationUrbaine.ca

 

Construit en 1931, le tunnel avait une fonction simple: être une voie de circulation entre les deux rives du canal Lachine pour les automobilistes et tramways. En 1995, la structure est remerciée pour ses services, remplacée par un pont répondant mieux aux besoins d’expansion du réseau routier. Depuis, le tunnel a été condamné à une extrémité, et les curieux qui aiment l’humidité et le sinistre s’y hasardent avec plaisir.

 

Si vous aimez les lieux sinistres et effrayants, apprenez-en plus sur 10 lieux hantés au Québec.