À Hollywood, on aimerait bien que les amateurs recommencent à acheter des films

La raison est assez simple: la marge de profit. Les grands studios font trois fois plus d’argent quand les consommateurs achètent un film. Il n’y a qu’à regarder les chiffres. En 2006, les ventes de DVD ont fait entrer presque 14 milliards de dollars dans les caisses des majors. L’année dernière, c’était 7,8 milliards. Une baisse de 43% en 4 ans. On voudrait donc que les amateurs recommencent à acheter des films en format DVD ou numérique. 

Tous les studios se demandent comment inverser la tendance, et Warner Brothers pense avoir trouver une piste de solution. Elle se trouve dans le nuage. Le studio, qui accapare 20% du marché du DVD et Blu-ray, fonde ses espoirs sur Flixster. En mai, il déboursait 75 millions de dollars pour acheter ce petit réseau social d’amateurs de films. 

Puis, le mois dernier, Warner introduisait une nouvelle technologie qui faisait de Flixster la porte d’entrée d’un service de stockage nommé UltraViolet. Ce service gratuit, soutenu par la plupart des grands studios, permet aux consommateurs d’acheter un film et de le visionner de n’importe où, sur un ordinateur, un appareil portable ou une télévision connectée.

Comment ça marche? Après avoir achetez un film sur DVD ou Blu-ray qui porte le logo UltraViolet, vous ouvrez un compte Flixster et tapez un code (inclus avec le disque) pour obtenir les droits numériques sur le film.

Plusieurs observateurs pensent que Warner bouge trop vite. Les consommateurs ne sont pas encore très familiers avec le principe du stockage à distance (dans le nuage) et il n’y aura qu’une dizaine de titres ‘UltraViolet’ de disponibles pour la période des fêtes.

Et vous, préférez-vous louer ou acheter vos films? 

Source nytimes.com, IHS Screen Digest