Alonso en F1

Fernando Alonso a remporté le Grand Prix d'Europe, sur le circuit espagnol de Valence.

En remportant le week-end dernier le Grand Prix d'Europe, disputé sur le circuit urbain de Valence en Espagne, Fernando Alonso n'a pas seulement pris le premier rang du championnat du monde des pilotes, il a également arrêté à sept la séquence de vainqueurs différents cette saison. Le pilote espagnol avait en effet déjà imposé sa Ferrari lors du Grand Prix de Malaisie, fin mars.

Passionnant du premier au dernier tour, ce Grand Prix d'Europe semblait pourtant promis à Sebastian Vettel. Qualifié en pole position, le double champion du monde en titre s'envola dès le départ donné. Mais sa prestation s'arrêta peu après la mi-course, sa Red Bull-Renault étant victime d'un bris d'alternateur. Le même mal frappa Romain Grosjean (Lotus-Renault) peu après, le Franco-suisse étant en position d'aller décrocher sa première victoire en F1 à ce moment là.

Fernando Alonso l'emporte ainsi devant son public, tandis que deux autres champions du monde grimpent sur le podium, Kimi Raikkönen (Lotus-Renault) et Michael Schumacher (Mercedes), tout heureux de se retrouver là pour la première fois depuis son retour à la compétition. Il faut dire qu'à deux tours du terme, "Schumi" n'était que cinquième mais en fermant la porte sur Pastor Maldonado qui était en train de le dépasser, Lewis Hamilton a provoqué un accrochage qui a ouvert la porte à Schumacher, Webber, Hülkenberg et tous les autres.

En IndyCar, les pilotes disputaient une cinquième course en autant de fins de semaine. Cette fois, c'était sur le petit ovale de Newton, en Iowa. Une course remportée par l'Américain Ryan Hunter-Reay (Dallara-Chevrolet), devant son coéquipier Marco Andretti. Il s'agit de la seconde victoire consécutive pour Hunter-Reay. Le Québécois Alex Tagliani a du renoncer, suite à un bris mécanique sur sa Dallara-Honda.

En NASCAR, la Coupe Sprint et la série Nationwide évoluaient toutes deux sur circuit routier, mais pas au même endroit. Les pilotes de Coupe Sprint étaient en Californie, sur le circuit de Sonoma où Clint Bowyer (Toyota du Michael Waltrip Racing) a créé la surprise en s'imposant devant Tony Stewart (Chevrolet) et Kurt Busch (Chevrolet). Quant à la série Nationwide, c'est sur le magnifique tracé d'Elkhart Lake, au Wisconsin, qu'elle se produisait.

Parmi les favoris, on retrouvait deux Canadiens, Ron Fellows et Jacques Villeneuve. Meneur durant plusieurs tours, Villeneuve fut impliqué dans quelques accrochages et il se classe finalement sixième. L'un de ces accrochages a d'ailleurs créé une petite polémique, Jacques ayant envoyé Danica Patrick hors piste à seulement deux tours du terme. De son côté, Ron Fellows semblait davantage en mesure de s'imposer mais il chuta vingt-cinquième en raison d'une crevaison. Il est cependant remonté jusqu'au troisième rang final. Au sommet de la hiérarchie, on retrouve le Brésilien Nelson Piquet Jr, qui en était à seulement son troisième départ dans la série. Piquet Jr a disputé une course brillante et sa victoire ne doit rien à personne.

Enfin en rallye, le Championnat du monde se produisait en Nouvelle-Zélande. Un scénario habituel s'y est dessiné : les pilotes de l'équipe Ford Motorsport sont sortis de route et l'équipe Citroën Sport récolte un nouveau doublé, avec Sébastien Loeb devant Mikko Hirvonen. Du côté de la série IRC (Intercontinental Rally Challenge), elle était en action en Belgique, au Rallye d'Ypres. Sans surprise, une Škoda l'a emporté, celle du Finlandais Juho Hänninen cette fois.