3 animaux qu'on a traînés devant les tribunaux

par Rédaction 37e AVENUE le 10 mai 2016
Chien arrêté par la police

Il fut une époque où les animaux pouvaient être poursuivis et accusés au tribunal des humains. Certaines d’entre elles ont même reçu une peine de prison!

L’Europe a un lourd passé lorsqu’il est question de poursuivre en justice de simples bêtes : de 824 jusqu’au milieu du 18e siècle, plusieurs d’entre elles ont comparu et ont même été condamnées.

 

Des rats

Rat

Crédit photo: Thinkstock

On chargeait le tribunal de les sommer de quitter les maisons qu’ils infestaient par une mise en demeure « amicale » les informant que leur présence était considérée comme indésirable. En cas de non-respect de la consigne, la mise à mort était sérieusement envisagée. En France, au 16e siècle, l’avocat Bartholomew Chassenée réussit à en acquitter un bon nombre, en plaidant que tous les réunir au tribunal était une tâche impossible!

 

Des insectes ravageurs

Insecte

Crédit photo: Thinkstock

Les charançons ont goûté au marteau de la justice en 1537, à St-Julien (France), parce que leurs ravages dans les vignes ont compromis sérieusement la production vinicole de l’automne. L’avocat de la défense plaida que Dieu ne met pas de créature sur Terre sans leur donner de quoi se nourrir et que c’était juste dommage que cela tombe sur les vignes, mais le procureur rétorqua que les insectes avaient été créés pour se subordonner à l’homme.

 

Une mule

Mule

Crédit photo: Thinkstock

Les historiens se plaisent à rappeler la triste histoire de cette pauvre bête, qui fut condamnée à être brûlée vive aux côtés de son compagnon d’infortune, accusé pour sa part de sodomie et de bestialité. Et comme si son malheur n’était pas suffisant, le bourreau dut lui couper les pieds avant d’allumer le bûcher pour l’empêcher de donner des ruades.

Catégories