Audi, succès historique

L’Audi R18 e-tron quattro : Un succès pour une voiture hybride aux 24 Heures du Mans.

Événement majeur de week-end dernier, a quatre-vingtième édition des 24 Heures du Mans a rendu son verdict, un prototype Audi l’a emporté. Jusque là rien de vraiment anormal, le manufacturier allemand ayant conquis toutes les éditions de cette légendaire épreuve depuis 2000 (à l’exception de 2003 – victoire Bentley – et 2009, Peugeot). Mais Audi Sport a remporté cette édition avec une toute nouvelle technologie et voiture, la R18 e-tron quattro, une machine quatre roues motrices à la motorisation turbodiesel et électricité. Il s’agit de la toute première victoire d’une voiture hybride dans une course de niveau mondial, l’exploit est donc de taille.

En fait, si le premier quart de course a été marqué par le duel entre les Audi et les Toyota, dont c’était le retour au Mans avec des prototypes hybrides (moteur essence/électricité dans ce cas), l’abandon des machines japonaises suite à un spectaculaire accident puis d’une casse moteur, a porté les Audi vers un succès assuré dès la tombée de la nuit. Mais différents incidents sont tout de même venus perturber la marche vers la victoire des prototypes allemands, rendant la fin de course quelque peu imprévisible quant au nom des pilotes Audi qui allaient se retrouver sur la plus haute marche du podium.

Au final, c’est le pilote suisse Marcel Fässler et ses coéquipiers l’Allemand André Lotterer et le Français Benoît Tréluyer qui ont fait triompher la R18 portant le numéro 1, puisque déjà victorieux avec une R18 TDI l’an dernier. La seconde Audi R18 e-tron quattro, celle du trio McNish/Capello/Kristensen termine en deuxième position et la R18 Ultra (motorisation TDI) de Rockenfeller/Jarvis/Bonanomi troisième. La première voiture ‘’conventionnelle’’, c'est-à-dire un prototype carburant à l’essence uniquement est une Lola-Toyota de l’équipe suisse Rebellion Racing, pilotée par Nicolas Prost (le fils d’Alain Prost), Neel Jani et Nick Heidfeld. Ils terminent quatrièmes, mais à plus de dix tours de l’Audi victorieuse.

La lutte a également été très belle en catégorie GT, la victoire revenant à la Ferrari 458 Italia de Giancarlo Fisichella, Gianmaria Bruni et Toni Vilander, devant une autre Ferrari 458 Italia, la seule Aston Martin Vantage ‘’survivante’’ et la première des Corvette C6 ZR1.

En Amérique du Nord, c’est du côté du Wisconsin, sur l’ovale de Milwaukee, que l’IndyCar se produisait le week-end dernier. Une course remportée par Ryan Hunter-Reay (Dallara-Chevrolet du Andretti Autosport), devant Tony Kanaan et l’Ontarien James Hinchcliffe. Parti de la treizième place sur la grille de départ, le Québécois Alex Tagliani est remonté jusqu’en septième position finale en course.

En NASCAR, la Coupe Sprint et la série Nationwide se produisaient sur l’ovale de Brooklyn, au Michigan. En Sprint, le toujours populaire Dale Earnhardt Jr (Chevrolet) l’a emporté En Nationwide, c’est une fois encore Joey Logano (Toyota) qui a récolté les grands honneurs.

En rallye, les concurrents de l’Intercontinental Rally Challenge (IRC) avaient rendez-vous du côté de la Sicile pour revivre la légendaire Targa Florio. Une épreuve aux normes modernes mais qui est demeurée dangereuse, comme l’a hélas démontré l’accident de l’Irlandais Craig Breen dont le co-pilote Garteh Roberts, heurté par un rail entré dans l’habitacle, a perdu la vie. Un accident qui a fait penser à celui de Robert Kubica il y a 15 mois, hélas en plus dramatique. L’épreuve (arrêtée avant terme) a été remportée par le Tchèque Jan Kopecky (Skoda).