C’est la fin d’un mythe : le Mac n’est pas à l’abri des attaques informatiques

Je sais! C’est dur à avaler pour les inconditionnels de la Pomme.

Ne me lancez pas de pierres, ce n’est pas moi qui le dis. Au cours des dernières semaines ce n’est pas un mais bien deux virus qui ont infectés des centaines de milliers de d’ordinateurs Apple dans le monde.
 
Le week-end dernier, des chercheurs en sécurité ont identifié deux versions d’un Cheval de Troie (SabPub) qui permet aux pirates de contrôler votre ordinateur à distance, effectuer des captures d’écran de la machine infectée, télécharger et voler des fichiers. Tiens donc, on se croirait sous Windows! Le virus profiterait d’une faille dans Java pour s’installer discrètement sur l’ordinateur. Pour l’instant, personne n’a avancé de chiffre quant au nombre de machines infectés. 
 
On en sait un peu plus sur un autre Cheval de Troie (Flashback) qui a contaminé plus de 500 000 Mac au cours des dernières semaines. Utilisant, lui aussi, une faille dans Java, Flashback permettrait aux pirates d’accéder à des données sensibles, et aussi de créer un réseau d’ordinateurs zombies. 
 
Les pays les plus touchés par Flashback sont les États-Unis (56.6%, 303,449 machines), le Canada (19.8%, 106,379 machines), le Royaume-Uni (12.8%, 68,577 machines) et l’Australie avec 6.1% (32,527 machines).
 
Deux attaques en trois semaines sur des ordinateurs Mac! Il n’en fallait pas plus pour que les éditeurs de logiciels de sécurité agitent leurs épouvantails. Les chercheurs du Kaspersky Lab ont rappelé en début de semaine en conférence de presse que l’installation d’un logiciel anti-virus par les utilisateurs d’Apple était maintenant une nécessité. Évidemment, c’est une grande vérité. Bien des utilisateurs vivent dans le déni depuis longtemps. On sait tous que les Macs n’ont jamais été invulnérables. Ils étaient surtout sans intérêt vu la faible part de marché qu’ils occupaient, et le parti pris anti Microsoft d’une majorité de pirates. 
 
Maintenant, Apple est victime  son succès et l’on peut s’attendre à ce qu’il y ait de plus en plus d’attaques sur les ordinateurs de Steve Jobs.
 
Et oui! C’est la fin d’un mythe…
 
Source : arstechnica.com, lepoint.fr
Photo : angermann