Ça ne va pas trop bien chez Nintendo…

La soupe commence à chauffer chez Nintendo.

Lors du dernier E3, bien des analystes du monde des affaires et de la finance ont réagi de façon plus que tiède à l’annonce de la Wii U pour l’année prochaine, disant qu’ils n’y comprenaient rien. Mais puisqu’il s’agit dans bien des cas des mêmes analystes qui avaient prédit l’échec de la Wii, on ne s’en formalisera pas trop…

Ce qui est plus inquiétant, par contre - et aussi beaucoup plus prévisible - c’est que la 3DS est loin de connaître le succès escompté par ses promoteurs. Après un début intéressant (3,5 millions d’exemplaires vendus en 2 mois), la 3DS s’est effondrée. En avril, elle a été battue par la PSP de Sony (qui a 6 ans!), tandis qu’en juin elle s’est fait écraser par… ses soeurs aînées la DSi, la DSi XL et la DS Lite, qui ont obtenu des ventes combinées deux fois et demie plus élevées que la 3DS (386 000 vs 143 000).

Résultat:

Pas exactement le genre de choses qui se produit quand une entreprise est confiante de voir un redressement rapide de la situation.

La concurrence du jeu sur téléphone cellulaire y est certainement pour beaucoup. Mais il y a aussi le fait que Nintendo a avalé une couleuvre en s’imaginant qu’il y avait vraiment un marché de masse pour la 3D, qui n’ajoute pas grand chose à l’expérience de jeu dans la plupart des cas tout en causant des maux de tête à bien des usagers.

Malgré tout, toujours pas question de laisser Mario, Yoshi et compagnie migrer sur des plates-formes étrangères, selon Nintendo. Sans doute une bonne décision pour le moment, puisque la propriété intellectuelle représente la grande force de la compagnie et qu’il n’est pas encore temps de sacrifier cet avantage. Mais s’il fallait que la Wii U ne décolle pas… Il ne serait alors pas surprenant de voir Nintendo suivre la voie tracée par son ancienne rivale Sega: abandonner le matériel et vendre ses produits sur les consoles d’entreprises financièrement plus solides.