Ce met thaïlandais donne le cancer du foie

par François Dominic Laramée

La poutine québécoise est parfois indigeste, mais au moins personne ne peut l’accuser de contenir des vers qui provoquent le cancer. Ce qui n’est malheureusement pas le cas du « koi pla » , une recette à base de poisson cru, d’herbes, de jus de lime et de… fourmis rouges vivantes populaire dans le nord-est de la Thaïlande.

koi plat

(Photo: Candice and Jarrett / Flickr)

Semble-t-il que les poissons locaux qui entrent dans la composition du koi pla sont les hôtes d’une sorte de parasite qui s’installe dans le foie des personnes qui en mangent pour y pondre ses oeufs. La progéniture du ver en question sécrète ensuite un produit chimique qui provoque une inflammation chronique, entraînant à long terme le développement de tumeurs. Résultat: chez les hommes de la région, le cancer du foie compte pour la moitié de tous les cancers, soit cinq fois la moyenne mondiale.

Depuis que des chercheurs étudient la question et qu’ils ont révélé aux habitants de la région les dangers de leur plat favori, le nombre de consommateurs de koi pla a chuté de façon dramatique. Il ne resterait que 10% d’irréductibles qu’on ne pourra protéger des conséquences de leurs goûts culinaires qu’en « guérissant » les poissons eux-mêmes de leurs parasites.

Les fourmis rouges vivantes, elles, semblent parfaitement inoffensives pour le tube digestif. C’est déjà ça de pris.

Source: IFL Science