Chevrolet Spark EV: La Tesla des gens moins riches

S’il existe une voiture mal nommée, c’est bien la Chevrolet Spark qui dans sa version tout électrique a autant besoin de l’étincelle d’une bougie qu’un tracteur a besoin d’un coussin gonflable. Déjà offerte sur le marché canadien avec un moteur thermique, la sous-compacte de GM s’amènera bientôt chez nous avec ses 110 kW d’énergie purement électrique. Il faudra cependant faire montre de patience, étant donné qu’elle ne sera commercialisée qu’au printemps de 2014 comme modèle 2015. Mais, croyez-moi, l’attente en vaut la peine. Entretemps, le concessionnaire Bourgeois Chevrolet Buick GMC de Rawdon m’a permis de conduire brièvement une Spark EV cinq portes, importée privément, et que je n’hésiterais pas à appeler la Tesla Model S des gens moins riches.

Sa puissance de 130 chevaux, son couple instantané, son comportement routier et son silence de roulement nous rappellent en effet la populaire voiture californienne. Elle n’en a pas les accélérations foudroyantes, mais même avec 4 personnes à bord, elle s’élance avec une ardeur inconnue chez d’autres spécimens de la même taille. Que diriez-vous d’un temps d’environ 8 secondes pour toucher les 100 km/h règlementaires? N’eût été mes trois costauds accompagnateurs, la chose eut été bouclée en 7,5 secondes qui est la performance annoncée par Chevrolet. En retour, leur présence a mis en valeur l’habitabilité de cette minivoiture dont l’empattement est sûrement le plus court de toutes les autos sur le marché. Et un empattement court, je ne vous l’apprends pas, est garant d’une maniabilité exceptionnelle.

En ville, la Spark m’a fait penser à ma première Mini des années 60 qui se faufilait dans la circulation avec l’agilité d’un écureuil. Encore là, ce n’est pas tant sa puissance de 130 chevaux qui rend la Spark aussi habile en milieu urbain, mais davantage son couple de 400 lb-pi qui se manifeste instantanément. À ce propos, sachez qu’un tel couple ne se trouve même pas dans une Mustang GT, une Ferrari 458 Italia ou une Porsche 911 S, oui monsieur. C’est beaucoup de plaisir en perspective. Cette Chevrolet électrifiée traine 254 kg de batteries lithium-ion rechargeables à 80 % en seulement 20 minutes avec le système de charge à courant continu SAE offert en option au prix de 800 $. Avec une prise domestique de 110 volts, il faut compter 18 heures alors qu’un branchement sur du 220 abaisse le temps à 6 ou 7 heures.

Mais qu’en est-il de l’autonomie, voulez-vous surtout savoir? Ma courte utilisation de la Spark ne m’a pas permis de vérifier les dires de Chevrolet : selon les conditions atmosphériques, l’autonomie pourrait varier entre 120 et 180 km, soit à la limite, 20 km de mieux que la Leaf de Nissan et infiniment mieux que la pauvre petite Mitsubishi i-MiEV. Chose certaine, General Motors a fait de l’excellent travail et cette voiture n’a aucun mal à surpasser ses rivales prénommées.

Silence monacal

La voiture se met en route au moyen d’un commutateur au tableau de bord et il suffit par la suite de mettre le levier de vitesses sur D ou L pour s’élancer. L’utilisation d’un mode ou l’autre fait varier l’importance de la récupération d’énergie au freinage ou en phase de ralentissement. Dans une voiture de grand luxe comme la Tesla Model S, on s’attend à un roulement silencieux, mais jamais dans une petite voiture comme la Spark, ce qui rend l’absence de bruit encore plus remarquable. Si l’on a su bien utiliser l’espace intérieur, il en va autrement de la capacité du coffre à bagages qui est minime. On pourra cependant rabattre en tout ou en partie les dossiers de la banquette arrière pour contourner le problème, au détriment des passagers, bien entendu.

La seule fausse note au chapitre du comportement routier m’est venue de la direction incroyablement légère et sans aucune réaction par rapport à la route. La voiture, malgré sa faible taille, est relativement confortable. Le tableau de bord est gratifié de deux écrans de 7 pouces affichant toute l’information requise sur le fonctionnement des batteries et les diverses possibilités du système de divertissement embarqué.

Le prix prévu de 29 995 $ paraîtra élevé, mais le généreux rabais que le gouvernement de Mme Marois a décidé de maintenir ainsi que toutes les autres mesures mises en place par Daniel Breton (responsable de l’électrification des transports) aideront sûrement la Spark à se tailler une place sur le marché. Et le seul fait que l’on puisse en parler dans un même temps que l’incroyable Model S lui permettra de revendiquer l’honneur d’être la Tesla des gens moins fortunés.