Chevrolet Tahoe, Suburban et GMC Yukon 2015: Excellent premier trio!

Notez les grilles de calandre différentes entre le Chevrolet Tahoe à gauche et le Suburban à droite

L’arrivée de la ribambelle de gros VUS que sont les Chevrolet Suburban et Tahoe ainsi que le GMC Yukon était prévisible. Comme ils sont dérivés des camionnettes Chevrolet Silverado et GMC Sierra, et que celles-ci sont sur le marché depuis quelques mois maintenant, leur arrivée était imminente. Cette filiation avec des camionnettes d’une demi-tonne leur assure toute la robustesse nécessaire et la capacité de tracter de lourdes charges. Ce faisant, on joint « l’utile à l’utile » : une habitabilité impressionnante alliée aux qualités d’une camionnette. Toutefois, au fil des années, on a aussi amélioré le confort, le raffinement et le comportement routier.

Puisque la dernière génération de camionnettes Silverado et Sierra se démarque par son confort, sa douceur de roulement et une bonne tenue de route, on pouvait s’attendre à ce que les VUS ci-haut mentionnés aient également progressé en matière de raffinement.

En fait, les responsables du développement de ces nouveaux modèles, tant chez Chevrolet que chez GMC, n’ont pas uniquement voulu proposer des camions pouvant accueillir huit ou neuf personnes. Ils ont voulu les rendre plus confortables, plus sophistiqués tout en étant capables d’un comportement routier surprenant compte tenu de leurs dimensions. Quant à la capacité de remorquage, elle varie selon les modèles, mais la moyenne est de 8 500 lb (3 855 kg) et légèrement inférieure pour les versions 4X4.

Élégants pachydermes

De par leur vocation, les Tahoe, Suburban et Yukon sont gros – très gros même –, dotés d’une carrosserie ultracarrée et assez hauts sur pattes. Malgré tout, les designers se sont assez bien tirés d’affaire. L'as dans la manche est cette immense calandre qui donne un impact visuel marqué. Le modèle ordinaire du Yukon est muni d’une grille constituée de trois bâtonnets horizontaux, tandis que le Denali reçoit une grille chromée en forme de râpe à fromage. Chez Chevrolet, c’est moins bien réussi. La version de base est ornée d'une barre chromée centrale, alors que le LTZ arbore une grille chromée, toutefois, elle a moins d’impact que celle du Denali. Les goûts ne se discutent pas, mais les Yukon et Yukon XL affichent une silhouette mieux équilibrée que celle du Tahoe/Suburban. Par contre, la section arrière du Suburban et du Yukon XL est mal proportionnée par rapport à la partie avant.

D’autre part, il est difficile de trouver à redire en ce qui a trait à la planche de bord et à l’habitacle. Tout d’abord, la qualité des matériaux est impeccable et nous sommes loin de la rusticité des premiers Tahoe et Yukon. Le tableau de bord est garni de matériaux souples, relevés par des surpiqures. En plus, sur nos véhicules d’essai, la finition intérieure était sans faille. Les commandes sont ultrafaciles d’utilisation et d’accès. L’élément visuel le plus important est l'écran central d’information et de gestion. Son affichage est clair et la navigation des commandes simple. Cet écran est encadré par deux buses de ventilation et se soulève au toucher d’un bouton pour révéler un espace de rangement.

Comme le veut la tendance actuelle, les cadrans indicateurs sont en fait des écrans d’affichage en mesure de varier selon les circonstances. Par exemple, l’affichage est modifié lorsqu’on fait appel au mode remorquage de la transmission. Chaque marque a son propre design de cadrans indicateurs et une fois de plus, c’est le duo Yukon/Yukon XL qui l’emporte à ce chapitre.

Dans sa version plus luxueuse, on retrouve des sièges baquets aux deux premières rangées permettant à sept personnes de prendre place à bord. Par contre, il est possible de commander une banquette à l’avant et à la seconde rangée, ce qui porte la capacité totale à neuf occupants. Et il reste encore de l'espace pour les bagages! Les deux rangées de sièges arrière se rabattent à plat au toucher d’un bouton  dans le coffre à bagages.

Bénéfices collatéraux

Tous ces gros VUS font appel au nouveau châssis des camionnettes Silverado et Sierra. Cela permet en premier lieu de diminuer les frais de développement tout en s’assurant de la solidité recherchée. Par ailleurs, le châssis périphérique a été modifié en fonction des besoins et les ressorts elliptiques ont fait place à des ressorts hélicoïdaux à l’arrière. Les ingénieurs ont également fait appel à plusieurs pièces en aluminium pour les éléments de la suspension, tandis que des points d’ancrage hydrauliques pour les moteurs réduisent les vibrations.

Concernant les moteurs, on reprend ceux du Silverado et du Sierra. Ceux-ci ont été complètement transformés même si leur cylindrée est demeurée identique. Il s’agit de deux V8 et les deux ont des caractéristiques techniques identiques : bloc en aluminium, cylindrée variable, injection directe et collecteur d’échappement modulaire. Le 5,3 litres produit 355 chevaux et 383 lb-pi de couple et sa consommation moyenne annoncée est d’un peu moins de 15 l/100 km. Quant au V8 de 6,2 litres, sa puissance est de 420 chevaux et son couple de 460 lb-pi. Sa consommation moyenne est d’environ 16,3 l/100 km et le carburant super est recommandé. Peu importe le moteur choisi, il est couplé à la transmission automatique HydraMatic 6L80 à six rapports. On aurait pu s’attendre à deux rapports de plus comme c’est la tendance, mais cette boîte automatique, dotée d’un mode remorquage, est robuste et les passages de rapport sont imperceptibles. Par contre, le levier de vitesses ne s’engage pas facilement en position « P ». À deux reprises, je l’ai placé au neutre, croyant qu’il était en « P »... Il faut donc être vigilant à ce chapitre.

Surprenante agilité

Qu’il s’agisse de la version ordinaire des Tahoe ou Yukon ou encore des modèles allongés que sont le Suburban et le Yukon XL, on est au volant d’un véhicule d’une longueur de 5 179 mm ou de 5 699 mm selon le cas. Pour vous donner un ordre de grandeur, un Chevrolet Cruze mesure 4 597 mm de long. Au moment de prendre la route, on se demande comment ce mastodonte va se comporter sur des routes pas trop larges…

On avait tort de s’inquiéter puisque le comportement routier de tous les modèles essayés- Yukon/XL- Tahoe/Suburban- a été impressionnant en fait de stabilité, de tenue de cap, de neutralité dans les courbes et d’agilité… malgré leur taille. Par contre, si la direction à assistance électrique est précise, le feedback de la route est perfectible. Les freins me sont apparus suffisamment puissants tout en étant progressifs. Je souligne la douceur de la suspension et l’insonorisation de l’habitacle. Sur ces deux points, il m’a semblé que le Yukon avait un léger avantage par rapport au Tahoe. Au fait, la suspension Magnetic Ride Control peut être commandée sur certains modèles.

Finalement, plusieurs éléments d’assistance au pilotage comme le détecteur de présence latérale, l’indicateur de voie, le siège du conducteur avec avertissement par vibrations, le régulateur de vitesse adaptatif et le système de freinage préventif ne sont que quelques-uns des éléments de sécurité sans oublier un système antivol fort sophistiqué.

Ces gros VUS sont vraiment raffinés et peuvent douillettement transporter une famille nombreuse avec tous ses bagages. Néanmoins, le prix est élevé puisque selon le modèle choisi, on payera entre 55 000 $ et 75 000 $.

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

GMC Yukon Denali 2015

Fourchette de prix

53 580 à 79 850$

Prix du modèle à l'essai

72 000$

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 160 000 km

Options

n.d.

Concurrents

Chevrolet Suburban, Chevrolet Tahoe, Chrysler Aspen, Dodge Durango, Ford Expedition, Nissan Armada, Toyota Sequoia

Points forts

Mécanique éprouvée
Finition impressionnante
Tenue de route équilibrée
Habitabilité hors norme
Bonne capacité de remorquage

Points faibles

Prix corsé de certains modèles
Dimensions encombrantes
Consommation assez élevée
Levier de vitesses récalcitrant

Fiche d'appréciation

Consommation

80.0 %

Valeur subjective

90.0 %

Esthétique

80.0 %

Confort

90.0 %

Performance

80.0 %

Appréciation générale

90.0 %