Chevrolet Trax 2013

La section avant est réussie au chapitre du design

Pendant des années, General Motors, un constructeur automobile nord-américain, ne s’intéressait qu’à quelques marchés extérieurs : Opel en Europe et Vauxhall en Grande-Bretagne en plus d'une présence importante dans certains pays d'Amérique du Sud, notamment le Brésil. Mais la présence de GM sur beaucoup d’autres marchés était plutôt symbolique et les voitures qui y étaient commercialisées n’étaient pas toujours bien adaptées au milieu. Mais les choses ont changé au cours de la dernière décennie et l'arrivée du Trax en est la preuve.

Ce multisegment à cinq places sera commercialisé dans 120 pays, au Canada notamment, mais il ne sera cependant pas distribué sur le marché des États-Unis, les dirigeants américains de la compagnie ayant trouvé ce véhicule trop petit pour intéresser les acheteurs américains. Bref, comme l'ont fait précédemment les Chevrolet Cruze, Orlando, Spark et Sonic, le Trax part à la conquête du marché mondial. Et pour ce faire, il doit avoir des arguments convaincants, capables d'attirer les gens dans les salles d’exposition Chevrolet.

 

Allure mondiale


Le Trax frappe dans le mille avec son allure contemporaine qui saura intéresser les automobilistes de tous les continents. Les lignes latérales sont dynamiques tandis que la section avant reprend la calandre propre à Chevrolet, vraiment réussie. À l’arrière, l'utilisation de feux verticaux proéminents est un autre élément qui s'attire des commentaires favorables. En outre, la fenestration latérale se rapetisse légèrement vers l'arrière pour donner un aspect plus dynamique à l'ensemble. À noter, les minimes porte-à-faux qui permettent de visuellement bien « asseoir » la voiture sur la route.

Lors de la présentation du Trax à la presse automobile, il y a eu un murmure d'approbation dans la salle lorsqu'on a dévoilé une photo de la planche de bord. En effet, on a repris certains éléments de la Sonic (dont la présentation des jauges qui ressemble à celle d’une moto), mais avec un peu plus de subtilité et de finesse. De plus, la répartition des différents éléments est mieux équilibrée et les commandes sont bien disposées. Par contre, comme sur tous les autres modèles concurrents, on a fait appel à des plastiques très durs, pour économiser sans doute... Sur une note un peu plus positive, on se réjouit en découvrant deux boites à gants, un tiroir de rangement sous le siège du passager et de nombreux espaces de rangement disséminés un peu partout dans l'habitacle.

Les sièges avant offrent un bon support latéral et se sont révélés confortables dans le cadre d’une randonnée d’une couple d’heures. Les places arrière sont dans la moyenne de cette catégorie, mais celle du centre est réservée pour les courts trajets… Le coffre jouit d'un seuil de chargement pas trop élevé et il faut souligner les points d'ancrage placés à des endroits stratégiques.

Avant de terminer ce tour du propriétaire, sachez que le volant est réglable en hauteur et en profondeur tandis que le repose-pied est de très grande dimension. Comme le veut la tendance actuelle, le Trax peut être commandé avec un système d’infodivertissement très évolué.

 

La recette habituelle


La carrosserie est très rigide grâce à un acier de très bonne qualité. Quant aux suspensions avant et arrière, il n'y a pas de surprise : la suspension avant est de type McPherson alors que l'on utilise une poutre de torsion à l'arrière. Ces deux composantes ont démontré leur efficacité au fil du temps.
Concernant la motorisation, un seul moteur est au catalogue, lequel a fait ses preuves depuis quelques années. Ce quatre cylindres de 1,4 litre turbo est très moderne de conception avec le calage continuellement variable des soupapes, un arbre à cames creux pour alléger le poids et une gestion électronique très poussée. C'est ce même moteur qui est monté dans les Chevrolet Cruze et Sonic entre autres. De série, il est livré avec une boite manuelle à six rapports tandis que l'automatique à six vitesses est optionnelle. Il est également possible de commander la transmission intégrale qui est de type à activation automatique et qui fonctionne ni plus ni moins comme la majorité des autres systèmes de la catégorie : Dès que les roues avant patinent, le couple est automatiquement réparti aux roues arrière afin d'optimiser l'adhérence.

 

Conditions idéales


Dans la majorité des cas, les constructeurs automobiles effectuent leur présentation de nouveaux produits en Californie ou tout autre endroit où la température est clémente. Cela leur permet de choisir des routes en excellent état, histoire de mettre toutes les chances de leur côté... Cette fois, c'est dans la région de Gatineau que cette présentation s'est déroulée, dans le cadre de l'une des premières tempêtes de neige de la saison. Personnellement, j'ai bien apprécié ces conditions enneigées.

On a donc été en mesure de vérifier les qualités routières de ces voitures dans des conditions d'utilisation réelle. J'ai pu conduire deux modèles, une version de base avec une boite automatique et équipée de pneus d’hiver; puis une version plus luxueuse dotée d’une transmission intégrale. Ce modèle roulait sur des pneus quatre saisons, et ce, même si l'essai a eu lieu après le 15 décembre. C’était possible puisque cette voiture était immatriculée en Ontario où les pneus d'hiver ne sont pas obligatoires. Cela m'a permis de mieux évaluer le travail de la traction intégrale.

Après avoir roulé sur différentes routes, mon verdict est fort positif pour cette voiture. Sur une certaine partie du trajet, la chaussée était recouverte de plusieurs centimètres de neige fraiche et le rouage intégral nous a permis de rouler sans appréhension avec des pneus quatre saisons.

Il est vrai que le moteur de 1,4 litre avec ses 138 chevaux était parfois un peu juste, mais en conduite normale de tous les jours, ce sera suffisant. La voiture propose une tenue de cap exemplaire et la suspension n'est ni trop ferme ni trop souple. J’ai été agréablement surpris par la maniabilité et la tenue de route de cette Chevrolet. La boite automatique s’est acquittée de la tâche sans coup férir et ses rapports sont bien étagés.

Le Chevrolet Trax a plusieurs arguments plaidant en sa faveur. Il faudra cependant bien gérer les modèles offerts, leur niveau d’équipement ainsi que les groupes d’options, car la facture risque d’être jugée élevée par certains.

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

Chevrolet Trax LTZ TI 2013

Fourchette de prix

21000 à 28500$

Prix du modèle à l'essai

28500$

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 160 000 km

Options

Toit ouvrant
Groupe équipement 2LT
Chauffe moteur
Tapis soute à baggages

Concurrents

Hyundai Tucson, Kia Soul, Nissan Juke, Mitsubishi RVR, Suziki SX-4

Points forts

Silhouette élégante
Bonne habitabilité
Tenue de route
Rouage intégral
Consommation de carburant

Points faibles

Fiabilité à déterminer
Puissance un peu juste
Certains modèles onéreux
Plastiques durs

Fiche d'appréciation

Consommation

80.0 %

Valeur subjective

80.0 %

Esthétique

90.0 %

Confort

80.0 %

Performance

70.0 %

Apréciation générale

80.0 %