Chrysler 300 C 2011: Le look, la puissance et le renouveau

Il y a quelques mois à peine, on ne donnait pas cher de Chrysler et de toutes ses voitures. C'était le silence complet de la part de ce constructeur dorénavant sous la houlette de Fiat. Puis, tout à coup, comme un magicien qui sort un lapin de son chapeau, une multitude de modèles révisés et régénérés sont apparus.

Force est d'admettre que, dans la majorité des cas, ces améliorations sont impressionnantes. Et l'une des voitures qui semble faire l'unanimité, c'est la nouvelle 300. Cette grosse berline passait pour être un modèle ringard et était délaissée par le public. Mais voilà, sous sa nouvelle mouture, on a droit à un véhicule qui en impose, et ce, à tous les chapitres.

Quelle allure!
La silhouette comme telle n'a pas changé, mais les modifications apportées aussi bien à la partie avant qu'à l'arrière lui donnent un style incomparable. Pour plusieurs, il s'agit d’un « char de pimp », avec sa grosse grille de calandre chromée, sa fenestration sombre et une partie arrière toute carrée. Mais, peu importe, elle en impose.

Il faut féliciter Ralph Gilles, montréalais d'origine, qui présidait à la refonte de ce modèle. Il n'a pas allégé sa silhouette, il a au contraire accentué ses traits caractéristiques. Le résultat est impressionnant. On a arrondi les angles par-ci, allonger un petit bout de caisse par-là, joué de certains éléments de chrome et l’effet est plus que correct. Lorsqu'on croise une 300 de nouvelle mouture sur la route, on a l'impression que cette voiture est vendue à un prix nettement supérieur à celui qui est demandé.

L'amélioration la plus spectaculaire est celle de la planche de bord et de l'habitacle en général. Sur la première génération de ce modèle, le tableau de bord était honnête et sobre, mais rien pour écrire à sa mère. Cette fois-ci, les cadrans indicateurs sont cerclés de chrome, les chiffres noirs sur fond blanc sont toujours aussi lisibles, mais le tout est accentué par un éclairage bleuté qui ajoute une touche mystérieuse à cette présentation. Et que dire dd très grand écran à affichage par diodes électroluminescents dont le graphisme est vraiment simple, facile à lire et élégant? Au lieu de suivre la mode et de copier ce qui se fait en la matière, on a décidé chez Chrysler de donner un peu plus d'éclat à l'illustration des commandes et c'est réussi. Mais on a suivi la tendance actuelle chez les berlines de luxe en plaçant une pendule analogique en plein centre de la planche de bord. Les sièges sont nettement plus confortables et le tissu qui les recouvrait est de meilleure qualité également. Compte tenu des dimensions de cette berline, l'habitabilité n'est pas restreinte, bien au contraire, et tous les gens peuvent y prendre leurs aises.

Malheureusement, le système audio de notre voiture d'essai était silencieux. On a eu beau appuyer sur les boutons, toucher l’écran, rien ne s’est fait entendre.

Puissance et consommation

Notre voiture d'essai était une 300C propulsée par le désormais célèbre moteur V8 Hemi. Avec sa cylindrée de 5,7 litres d'une puissance de 363 chevaux, il offre amplement de réserve sous le pied pour doubler en toute sécurité ou encore impressionner les amis. Bonne nouvelle, compte tenu de la puissance de ce moteur V8, notre modèle était équipé du rouage intégral dont le fonctionnement est transparent et efficace. Il est dommage cependant que ce moteur ne puisse être associé à autre chose qu'à une boîte automatique à cinq vitesses. Chez ce constructeur, cette année, seule la version à moteur V6 Pentastar  pourra bénéficier de la nouvelle transmission automatique à huit rapports.

Sur la route, cette combinaison de moteur puissant, de suspension sportive et de propulsion intégrale qui favorise les roues arrière assure un comportement routier impressionnant. Elle est de plus très neutre en virage et sa direction est relativement précise. Mais cet agrément de conduite se paie à la pompe alors que la moyenne de consommation enregistrée a été supérieure à 14 L/100 km. Et puisque les arrêts à la pompe seront fréquents avec cette voiture, il faut souligner l’excellence du système de remplissage sans bouchon, plus ou moins similaire à ce que Ford propose depuis quelques années. Par contre, notre voiture d'essai n'avait que quelques milliers de kilomètres à son compteur, mais on pouvait entendre quelques bruits de caisse à chaque fois qu'on heurtait un trou  ou une bosse.

Cela dit, cette nouvelle mouture de la 300 est une vraie réussite tant sur le plan esthétique que mécanique. Malheureusement, cette excellence se paie puisque la 300C AWD se vend plus de 40 000$, sans compter que son moteur Hemi est relativement gourmand. Heureusement, on peut se tirer d'affaire avec une version moins onéreuse propulsée par le moteur V6 de 292 chevaux pour environ 10 000$ de moins et profiter de cette même allure branchée qui fait l’unanimité.

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

Chrysler 300 2012

Version à l'essai

C AWD

Fourchette de prix

32 995$ à 41 995$

Prix du modèle à l'essai

44 995$

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 100 000 km

Options

Toit panoramique
Système navigation Garmin
Régulateur de vitesse adaptatif
Detecteur de proximité

Concurrents

Buick LaCrosse, Buick Lucerne, Chevrolet Impala, Dodge Charger, Ford Taurus, Hyundai Genesis, Nissan Maxima, Toyota Avalon

Points forts

Silhouette accrocheuse
Moteur puissant
Tableau de bord élégant
Rouage intégral original
Bonne tenue de route

Points faibles

Consommation élevée
Dimensions encombrantes
Bruits de caisse
Prix relativement corsé

Fiche d'appréciation

Consommation
60 %
Valeur subjective
80 %
Esthétique
90 %
Confort
80 %
Performances
90 %
Appréciation générale
80 %

Catégories