Cinéma d’horreur et de science-fiction «Fait au Québec»

La Saint-Jean-Baptiste est une célébration de la culture québécoise et nous avons pensé qu’il s’agissait de l’occasion rêvée pour célébrer le cinéma de science-fiction et d’horreur de chez nous. La liste de films qui suit est loin d’être exhaustive et ne comprend pas uniquement des chefs-d’oeuvres, mais elle démontre un réel désir de l’industrie cinématographique d’ici d’offrir du cinéma de genre typiquement québécois:

Il y a tout d’abord les incontournables; Sur le Seuil de Patrick Sénécal et Saints-Martyrs-des-damnés de Robin Aubert. Tout 2 baignent dans une atmosphère étrange et inquiétante et sont menés par d’excellents acteurs vers des dénouements terrifiants et troublants, dans le véritable esprit du cinéma québécois.

Dans une galaxie près de chez vousMais il y a aussi un autre genre de long-métrages de science-fiction typiquement d’ici, soit les comédies Karmina et Dans une galaxie près de chez vous, 1 et 2 dans chacun des cas. Les 2 films ironisent les genres du film de vampire et du space opera de manière brillante et hilarante, ce qui en fait des long-métrages à revoir souvent.

Dans le genre fantastique, je trouve important de mentionné Babine et Le Poil de la bête, car tous deux parlent des légendes entourant les premiers colons installés ici. Et quoique le seconde soit très inférieur au premier, il marque tout de même une tentative intéressante de présenter l’histoire du Québec à travers ses légendes (et si on ne prend pas le film trop au sérieux, on peut tout de même être diverti).

Dans le style plutôt du polar ou du suspense ayant un tueur psychopathe faisant de terribles choses avec ses victimes (oui je sais, ce n’est pas un genre en soi), je tiens à mentionner un second film de Sénécal, 5150 rue des Ormes, ainsi que le film de 2002 Le Collectionneur. Chacun vaut la peine d’être vu et est tout à fait horrifiant.

Angle mort

Je me dois aussi de parler du très récent Angle mort, mettant en vedette Karine Vanasse (Polytechnique) et Sébastien Huberdeau (Nos étés). Le film n’a pas fait l’unanimité, mais il s’agit d’un rare mélange entre un thriller et un slasher (type de films d’horreur pratiquement inexistant au Québec) qui s’est avéré assez divertissant.

Enfin, il y a présentement un thriller québécois en salles, et ce depuis quelques semaines, intitulé Notre-Dame-de-Grâce, ou Good Neighbors en version originale anglaise, de Jacob Tierney (Le Trotsky). Comme de nombreux films ci-haut, le long-métrage est inspiré d’un roman, en l’occurrence Chère voisine de Chrystine Brouillet (aussi à l’origine du Collectionneur), dont l’action se situe dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce (vous l’aviez deviné) de Montréal, lors du référendum de 1995. Le film met en vedette les acteurs canadiens Jay Baruchel (L’apprenti sorcier), Scott Speedman (Underworld), Xavier Dolan (Les amours imaginaires), Emily Hampshire (Le Trotsky) et Anne-Marie Cadieux (Miss Météo).

Encore une fois, plusieurs titres manquent ici, et avec la popularité du festival SPASM, on peut croire que plusieurs autres s’ajouteront à la liste au cours des prochaines années. Bon cinéma et Bonne Saint-Jean!