Comment brancher et configurer deux moniteurs

par Nelson Dumais le 3 décembre 2009

En cette fin d’année 2009, les vieux moniteurs cathodiques (CRT) se donnent littéralement, tant les recycleurs ne savent plus quoi en faire. Ces gros machins aussi lourds que le poids de nos péchés ont depuis belle lurette été remplacés par des écrans à cristaux liquides (ACL), lesquels, depuis deux ans, se vendent de moins en moins cher.

Comme résultat, de nombreux consommateurs profitent de cette situation favorable pour harnacher deux, voire trois, moniteurs à leurs ordis. À tout le moins, c’est une perspective qui intéresse Annie-Claude, une résidente de Saint-Georges de Beauce qui aimerait connaître la procédure pour y arriver.

Rien n’est plus simple à faire, direz-vous. À la condition d’avoir la ressource graphique permettant ce bidouillage, m’empresserai-je de répondre. Et à la condition, ajouterai-je, que l’on sache la différence entre VGA et DVI. Suivez-moi bien :

Présence ou absence d’une carte graphique :

D’entrée de jeu, il y a deux scénarios : ou bien l’ordi est muni d’une carte graphique, ou bien le branchement vidéo se fait directement sur la carte mère. Dans le premier cas, cela signifie qu’un bidule de la taille d’une grosse barre de chocolat noir, une carte graphique (alias carte vidéo ou accélératrice graphique), a été ajouté et est accessible à l’arrière de l’ordi, là où il y a des fentes d’expansion. Or, depuis quelques années, la plupart de ces cartes disposent de deux connecteurs vidéo, ce qui permet de brancher deux moniteurs.

Derrière ordinateurDans le deuxième cas, celui où le raccordement vidéo se fait sur la carte mère (la grande carte où se trouvent le processeur, la mémoire et le jeu de circuits), il n’y a qu’un connecteur. Observez attentivement la photo ci-contre; c’est ce qu’elle décrit. On y voit le câble bleu du moniteur connecté directement sur la carte mère. À l’extrême gauche, on aperçoit deux fentes d’expansion.

Si on veut vraiment un deuxième moniteur, il faut alors bidouiller. Le plus efficace est bien sûr de s’acheter une carte vidéo munie de deux connecteurs et de l’installer. C’est un accélérateur graphique beaucoup plus puissant que la puce vidéo présente sur la carte mère, un produit généralement abordable qui vient prendre la relève du processeur de l’ordi pour tout ce qui concerne l’affichage. En agissant ainsi, on décharge le processeur et on améliore sa situation.

Il existe également des accélérateurs graphiques externes, des gugusses USB qui font sensiblement le même travail. Dans ce cas, on se retrouve avec un moniteur de branché sur la carte mère et un second sur le dispositif USB. Dans mon cas, j’en ai un de marque DisplayLink grâce auquel j’ai raccordé un troisième moniteur à mon PC.

VGA ou DVI ou HDMI

Vous allez trouver sur le marché des moniteurs ACL dont le connecteur vidéo sera de type VGA (alias analogique ou DB-15) et d’autres qui seront de type DVI (alias numérique). Idem pour les cartes graphiques à deux connecteurs. Souvent il y aura un VGA et un DVI. Les plus anciennes pourront disposer de deux prises VGA, les plus récentes, de deux DVI pour une qualité d’affichage de loin supérieure. Certains moniteurs auront même une prise HDMI optionnelle, une techno encore plus évoluée qui ne fonctionne que si l’ordi (ou la carte) dispose de cette ressource d’affichage.

VGA

Prises écran ordinateur

DVI

Prises écran ordinateur

 

Carte externe USB 

Prise ordinateur

Carte à 1 connecteur VGA

Carte USB externe

Carte avec 2 connecteurs DVI et 1 HDMI

Carte connecteur dvi

 

Carte à 2 connecteur VGA 

Carte connecteur vga

Carte avec 2 connecteurs DVI et avec 2 convertisseurs

Carte connecteurs

Convertisseur VGA-DVI

Convertisseur dvi-vga

Carte à 2 connecteur, 1 VGA et 1 DVI

Carte à 2 connecteurs

Cela pour dire qu’il ne faut rien faire à l’aveuglette. Commencez par identifier la nature de vos connecteurs : ceux sur l’ordi, sur la carte ou sur le gadget USB, ainsi que ceux sur les moniteurs que vous entendez brancher. Si vos deux moniteurs ont des connecteurs VGA mâles et que les entrées vidéo sont de type VGA femelle, rien n’est plus simple à brancher. Idem si tout votre bazar est de type DVI.

Schéma

Le problème, c’est que c’est rarement ainsi. Typiquement, vous allez vous ramasser avec un moniteur VGA qu’il vous faudra connecter à une borne DVI. Auquel cas, vous devrez vous procurer un convertisseur DVI-VGA. Et, comme pour compliquer le tableau, 9,9 fois sur 10, le standard DVI sera un DVI-I Dual Link. Mais il se peut que vous tombiez sur du DVI-I Single Link, du DVI-D Dual Link, du DVI-D Single Link et du DVI-A, surtout si vous jouez en giron Mac. Bref, vérifiez tout deux fois plus qu’une avant de procéder aux achats.

Configuration

Une fois vos deux moniteurs branchés et votre ordi redémarré, allez au panneau de configuration. Depuis Windows 2000, tout se fait simplement. Windows sait qu’il y a désormais un deuxième moniteur et il vous permet de bien l’identifier et de l’activer. (Cliquez sur la vignette ci-contre, elle va se déployer). Cette illustration provient de Windows 7.

Configuration écrans

Vous pourrez choisir entre les modes “miroir” (les deux moniteurs affichent exactement la même chose) ou “étendu” (les deux moniteurs n’en forment plus qu’un seul); la façon d’y arriver variera avec la version du système d’exploitation. Il faudra également tenir compte de la présence d’un utilitaire externe de configuration, dans le cas, par exemple, de certaines une carte externe USB.

Voilà ! Bon bidouillage !

Nelson Dumais, collaboration spéciale