Critique du film Divergence

Le 21 mars, la compagnie Summit Entertainment (Sublimes créatures, Zombie malgré lui) lancera une nouvelle franchise de science-fiction visant à remplacer La Saga Twilight dans le coeur du public adolescent. Divergence, le premier long-métrage adaptant la trilogie de Veronica Roth sera assurément un succès grâce à ses stars Shailene Woodley (Les Descendants) et Theo James (Monde infernal: L’Éveil).
 
L’histoire de Divergence est celle de Beatrice «Tris» Prior, une adolescente dans un Chicago dystopique, qui s’apprête à choisir dans quel groupe de la société elle passera le reste de sa vie. Le test n’est pourtant pas concluant pour elle, puisqu’elle est divergente, c’est-à-dire qu’elle pourrait appartenir à plusieurs factions, ce qui représente une menace pour la société qui s’est séparée en groupe afin d’éviter une nouvelle guerre. Beatrice décide alors de se joindre aux Audacieux et y fait son apprentissage, avant de découvrir que la société dans laquelle elle a grandi est sur le point d’être transformée.
 
 
Le récit est une belle métaphore sur la quête d’identité d’une adolescente qui cherche sa place dans le monde des adultes et qui se sent un peu trop différente des autres pour entrer dans une catégorie.
 
Neil Burger (Limitless, L’Illusionniste) a choisi de mettre l’accent sur le drame et le personnage de Beatrice plutôt que sur les scènes d’action. Ce choix est tout à fait respectable, mais nous laisse cependant sur notre faim. Puisqu'il a choisi cette voie, on aurait souhaité qu'il creuse plus profondément le dilemme de la jeune fille. Au final, le film nous laisse le sentiment d'être trop resté en surface du drame. Ceci est un peu dommage, car le film contient de nombreux éléments intéressants, notamment, le fait que la vie de Tris soit en danger à cause de sa divergence, sa relation amoureuse avec son entraineur Four et le complot des chefs des Érudits et des Audacieux afin de renverser le gouvernement, qui ont malheureusement été mis de côté.
 
Divergence
 
Je n’ai aucun doute que Divergence fera un carton au box-office avec son look à la Hunger Games, mais je crois que les prochains volets gagneraient à être mieux dosés entre drame et action. On sait déjà que la réalisation du prochain volet sera confiée au cinéaste derrière Red et R.I.P.D., Robert Schwentke. On pourra certainement s'attendre à quelque chose de différent pour la suite.