Découvrez les dix «personnages» principaux de Semi-Pro

par Christian Letendre

C’est lundi prochain qu’on pourra enfin voir le premier épisode de Semi-Pro sur les ondes de Z, une série qui explore les coulisses de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). On y suit particulièrement deux équipes, les Draveurs de Trois-Rivières et les Éperviers de Sorel-Tracy, dans leur parcours vers la Coupe Vertdure.

Beaucoup de joueurs, entraîneurs et propriétaires colorés peuplent la série. Pour vous aider à vous y retrouver, on vous a préparé un petit guide des dix « personnages » principaux de l’émission.

 

Le grand boss

Richard Martel, commissaire de la ligue

Vous avez probablement déjà vu Richard Martel sans le savoir. Il y a une dizaine d’années, alors qu’il était l’entraîneur des Saguenéens de Chicoutimi, ses prises de bec avec Patrick Roy ont fait le tour du Québec.

Après 17 saisons derrière les bancs de la LHJMQ (il détient d’ailleurs le record pour le nombre de victoires), Martel est devenu entraîneur puis directeur général des Marquis de Jonquière, avant de devenir commissaire de la ligue.

Depuis son entrée en poste, il tente de mettre fin à la mentalité de bagarreurs qui est la norme dans la LNAH. Une position étonnamment progressiste, quand on sait que Martel est également député pour le parti conservateur du Canada.

 

Les Draveurs de Trois-Rivières

Étienne Boileau, propriétaire

Étienne Boileau est propriétaire d’un Tigre Géant et d’une station-service, mais son rêve a toujours été de posséder une équipe de hockey. C’est maintenant chose faite, lui qui s’est porté acquéreur des tout nouveaux Draveurs de Trois-Rivières.

Le défi sera de taille, puisque l’ancienne équipe de Trois-Rivières était jadis la pire de la ligue et avait été délaissée par les partisans. Si Boileau cherche à ajouter un attaquant de puissance à son alignement, on a entendu dire que Max Pacioretty serait ouvert aux discussions…

Alain Côté, entraîneur

Non, on ne parle pas ici de l’ancien des Nordiques qui a marqué (ou pas) le fameux but controversé de 1987. Remarquez, le Alain Côté de Semi-Pro a déjà participé au camp d’entraînement de la défunte équipe de la Vieille Capitale.

On parle plutôt du coach des Draveurs de Trois-Rivières qui fait des discours inspirés et colorés dans le vestiaire, dignes des meilleures scènes de Lance et compte. Et un peu comme dans une série télé, le hockey a malheureusement eu raison de son couple…

Dannick Lessard, assistant-coach, DG et copropriétaire

L’histoire de Dannick Lessard est assez incroyable. Et tragique. Ancien homme fort des Prédateurs de Laval, le hockeyeur n’était qu’à sept combats d’atteindre la marque mythique des 500 lorsqu’il s’est fait tirer neuf balles à bout portant devant le bar de danseuses où il était portier. (Les images des caméras de surveillance sont d’ailleurs particulièrement troublantes.)

Cette attaque a mis un terme à sa carrière de joueur, mais Lessard rêve de revenir un jour sur la patinoire pour livrer ses sept combats manquants. En attendant, il s’implique dans la direction des Draveurs, s’opposant aux nouvelles directives « pacifistes » de la ligue.


Martin Larivière, attaquant

Martin Larivière est un vétéran qui joue dans la LNAH depuis 2006. Et ne vous fiez pas à sa petite taille : il ne se défilera jamais devant un combat, même si son opposant le dépasse de plusieurs pouces.

Passionné de hockey, le père monoparental aimerait continuer à jouer encore plusieurs années, mais il montre des signes alarmants de commotion cérébrale. Il s’obstine d’ailleurs à refuser de consulter un médecin. (On imagine qu’il mange au moins une pomme par jour.)

Les Éperviers de Sorel

Christian Deschênes, entraîneur, DG et propriétaire

Christian Deschênes, c’est l’âme des Éperviers de Sorel. Il a lui-même fondé l’équipe pour pouvoir jouer dans sa ville natale, devant ses proches. Véritable star à Sorel, il est le joueur ayant pris part au plus de matchs dans le semi-pro.

Deschênes vient à peine de prendre sa retraite et doit apprivoiser un nouveau rôle dans la LNAH, celui d’entraîneur-chef, sans pour autant délaisser ceux de père de quatre enfants et de travailleur. Dire qu’on se plaint quand notre boss nous demande de rester une demi-heure de plus au bureau…

 

Marco Charpentier, attaquant

Meilleur compteur de la LNAH la saison dernière, Marco Charpentier a déjà participé au camp d’entraînement des Islanders de New York. Il a également passé cinq années sur les patinoires européennes avant de revenir s’installer au Québec.

Si sa dernière saison a été couronnée de succès, c’est un peu plus difficile pour Charpentier cette année. Sa récente séparation rend difficile la conciliation entre sa nouvelle vie de père monoparental, son travail de représentant d’accessoires automobiles et le hockey. Il doit être un gros fan de la journée où on recule l’heure…

 

David Massé, attaquant

Après plusieurs saisons à se promener entre diverses ligues américaines, David Massé foule les patinoires de la LNAH depuis 2007-2008. Il a été le capitaine des défunts Prédateurs de Laval, jadis considérés comme l’équipe la plus tough de la ligue.
Propriétaire d’un salon de tatouage, Massé tente tant bien que mal de contrôler son comportement bouillant sur la glace pour se concentrer sur son talent naturel de marqueur. Mais les joueurs adverses connaissent son caractère et en profitent pour tenter de le faire sortir de ses gonds. En autant que Brad Marchand ne fasse pas le saut dans la LNAH, il devrait être correct.

 

David Lacroix, attaquant

Quand David Lacroix saute sur la patinoire, ce n’est pas pour marquer des buts. L’homme fort des Éperviers, qui a joué toute sa carrière dans la LNAH, ne compte que trois petits points à sa fiche en huit ans. Le poings, par contre, c’est une autre histoire.

Lacroix aime le vedettariat qui vient avec le statut de joueur de la LNAH, se plaisant à signer des autographes et à prendre des selfies avec les fans. Mais comme la plupart des hommes forts de la ligue, il a du mal à s’adapter aux changements imposés par le nouveau commissaire.

Danny Potvin, attaquant

Danny Potvin, c’est le studieux des Éperviers. Étudiant en économie à l’Université Concordia, il est entrepreneur et possède déjà quelques immeubles, même s’il a à peine dépassé le quart de siècle.

Après avoir fait ses classes dans la LHJMQ et dans les ligues universitaires, Potvin n’en est qu’à sa deuxième saison dans la LNAH. Il devra se battre pour faire sa place dans sa nouvelle équipe. Ou être engagé à la comptabilité, c’est selon.