Des disques durs au laser… 1 000 fois plus rapides

Vous pensiez que le bon vieux disque dur magnétique n’en n’avait plus pour très longtemps à traîner sa carcasse sur le marché? S’il n’en tient qu’à une équipe de chercheurs dont les travaux viennent d’être publiés, la mémoire Flash que l’on retrouve dans les SSD pourrait bien avoir de la concurrence pendant encore longtemps.

Les chercheurs ont découvert une manière d’écrire un bit d’information sur un disque magnétique en utilisant la chaleur émise par un rayon laser. Pas besoin d’appliquer un champ magnétique à proprement parler, ce qui réduit la consommation d’énergie et permet une opération extraordinairement rapide: le cycle d’écriture complet, pour un bit, dure moins de 0,000000000005 seconde! Et puisque le laser lui-même n’a besoin d’être appliqué à un bit donné que pendant une toute petite fraction de cette toute petite fraction de seconde (le plus “gros” du temps sert à permettre aux atomes de reprendre leur configuration stable après avoir subi l’impulsion), les chercheurs pensent que ce processus permettrait des vitesses d’écriture de l’ordre de téraoctets par seconde, soit au moins 1 000 fois la vitesse actuelle.
 
Mieux encore: le substrat utilisé pour ce nouveau type de disque dur, des “îlots ferromagnétiques”, est capable d’emmagasiner 53 terabits par pouce carré, ce qui permettrait de construire des disques durs d’environ 45 téraoctets dans des boîtiers standards.
 
Seul problème: pour le moment, si la vitesse d’écriture est ultra-rapide, la vitesse de lecture, elle, n’est pas meilleure qu’avant. Ce qui limite quelque peu l’applicabilité de la chose… Mais les chercheurs vont continuer à chercher, c’est certain!
 
Source :  PhysOrg et Extremetech
Photo : Jeff Keyser, Wikimedia Commons