Divertissement en vol à la croisée des chemins

En matière de divertissement dans les avions, que peut-on offrir aux voyageurs en 2012 qu’ils n’ont pas eux même sur leur tablette électronique ou ordinateur portable? On dit qu’un tiers des passagers voyagent avec leur appareil mobile préféré.

Les transporteurs se posent donc la question : doit-on continuer d’investir dans la quincaillerie audio-visuelle intégrée dans des fauteuils (qui coûtent chers) pour offrir des centaines de films à la demande, émissions de télé et jeux vidéo? Technologies qu’il faut mettre à jour régulièrement puisque que, comme vous le savez, dans les technos ça évolue très vite.

À la place, on pourrait investir dans la mise en place de réseaux wi-fi de qualité pour les clients qui préfèrent utiliser leur propre appareil. Si tel est le cas, est-ce que les transporteurs devraient offrir des films et jeux vidéo sous licence? Pour les compagnies aériennes, c’est une avenue intéressante. En retirant la quincaillerie audio-visuelle et les câbles pour les remplacer par des serveurs wi-fi on sauverait de l’argent, incluant des coûts de carburants. Mais les studios hollywoodiens s’inquiètent des risques de piratage inhérent à la distribution de contenus en streaming sur des réseaux publics.

Bref, on se pose beaucoup de questions dans l’industrie à l’heure actuelle. Sans trouver beaucoup de réponses. Il est clair que sur des vols long-courriers, la présence de systèmes audiovisuels dans les fauteuils est plus pertinente que dans les vols de plus courte durée. C’est dans ce secteur que des changements se feront d’abord sentir quand on aura trouvé la bonne formule.

En attendant, sachez que dans le cadre d’un sondage international sur la meilleure «expérience passager» ce sont les transporteurs Emirates Airlines et Virgin America qui sont arrivés en tête de liste. Dans l’ensemble, les transporteurs nord-américains étaient carrément absent des palmarès.