Économie de carburant : quatre trucs infaillibles

Le prix de l’essence fluctue constamment, mais il n’a cessé de grimper au cours des dernières semaines. Cette hausse a pour effet d’inciter plusieurs personnes à vouloir remplacer leur véhicule par une voiture moins énergivore.  Avant de passer à l’acte, il est sage de se livrer à quelques calculs élémentaires. Prenons comme base de nos calculs, une augmentation de carburant de 0,20 $ le litre. Si votre auto consomme en moyenne 65 litres d’essence chaque semaine, vous devez donc débourser un surplus de 13 $ par semaine, soit 676 $ par année. Est-ce que cela justifie le remplacement de votre automobile actuelle par un modèle plus petit et à moindre  grande consommation?


Si, par exemple, vous perdez 4 000 $ dans cet échange, il vous faudra au moins six ans pour couvrir vos pertes. Et ce scénario n’est pas nécessairement le plus pessimiste. Heureusement, il est possible de réduire votre facture de carburant en conservant votre véhicule. Il s’agit de respecter quelques règles de base.


Établir des objectifs
La première chose que vous devez faire est de connaître votre consommation réelle. Pour les voitures qui en sont équipées, l’ordinateur de bord devrait vous donner un chiffre passablement juste de l’appétit en hydrocarbure de votre auto. Une autre méthode qui a fait ses preuves est de faire le plein et d’effectuer un trajet d’environ 100 kilomètres divisé en trois étapes de distance égale : circuit urbain, trajet sur l’autoroute et finalement une section sur une route secondaire. Vous remplissez de nouveau le réservoir par la suite et la différence vous permet de connaître la consommation réelle.


Une fois ces chiffres connus, consultez la consommation en ville du modèle que vous conduisez, laquelle est établie par Ressources naturelles Canada et fournie par le constructeur de votre auto. Au fil des années, il a été démontré que la consommation en ville « officielle » correspond à la moyenne d’un véhicule conduit normalement.


Si vous conduisez une auto dont la cote affichée est de 13,4 litres aux 100 km et que votre consommation observée est de 15 litres aux 100 km, vous devrez modifier votre style de conduite de façon à atteindre cet objectif. Voici comment faire.
Votre pied droit : le meilleur économiseur de carburant!


Plusieurs conductrices et conducteurs se plaignent que leur automobile consomme trop. Ils accusent naturellement la mécanique trop gourmande. Pourtant, dans la plupart des cas, ce sont eux les grands coupables. Ils accélèrent à fond à la moindre occasion, freinent brusquement avant d’accélérer vivement de nouveau. Et bien entendu, les limites de vitesse affichées ne sont nullement respectées. D’ailleurs, le seul fait de conduire en respectant ces limites de vitesse devrait vous permettre de réduire la consommation d’essence. Les accélérations en douceur font également des merveilles à ce chapitre. Et au lieu d’avoir le pied sur l’accélérateur lorsqu’un feu de circulation approche et de freiner au dernier moment, le fait de laisser la voiture décélérer naturellement est un autre truc fort efficace.


Parallélisme des roues et pneus bien gonflés
Il ne faut pas négliger la friction des pneus sur la chaussée. En premier lieu, si le parallélisme des roues n’est pas conforme aux recommandations du constructeur, la résistance au roulement sera plus grande et le moteur sera davantage sollicité. Et votre facture d’essence augmentera. Il faut donc s’assurer que les réglages du train avant soient conformes aux données de base du constructeur.


Les pneumatiques sont le seul contact de votre voiture avec la route. S’ils sont sous-gonflés, ils vont causer une hausse de la consommation de carburant par simple résistance au roulement. Par contre, s’ils sont trop durs, l’usure des pneus sera accélérée tandis que la tenue de route sera moins bonne. Vous devriez vérifier la pression des pneus au moins deux fois par mois. Il serait sage de remplacer l’air de vos pneus par de l’azote, un produit plus stable qui élimine presque la baisse de pression à froid et l’échauffement du pneu à haute vitesse.


La friction, un autre ennemi
Le dernier facteur à prendre en considération est de vous assurer que le moteur soit en bon ordre de marche. Des bougies encrassées par exemple causent une combustion incomplète du carburant. Une huile usée perd de ses capacités de lubrifier et la friction interne du moteur augmente. Quand on sait qu’un moteur à combustion interne ne fonctionne qu’à environ 15 % de son efficacité dans le meilleur des cas, il est important de mettre toutes les chances de son côté. Il est raisonnable de remplacer l’huile du moteur aux intervalles prescrits, de même que le filtre à huile. Un filtre à air propre assure également un meilleur rendement du moteur, tout comme un liquide de refroidissement dont le rendement est encore bon. Il permet au moteur d’atteindre sa température de fonctionnement plus rapidement et ainsi d’optimiser son rendement tout en évitant la surchauffe de celui-ci.


Il ne faut pas nécessairement adopter des mesures draconiennes pour diminuer la consommation de carburant d’un véhicule. Quelques mesures de gros bons sens auront pour effet de réduire votre facture d’essence sans devoir remplacer votre auto.

Catégories