En Grande-Bretagne, les citoyens n’auront plus de secret pour leur gouvernement

Après tout, on est au pays de Big Brother. Londres est déjà la ville la plus ‘vidéosurveillée’ au monde avec un réseau de plus de dix milles caméras. Le gouvernement anglais s’attarde maintenant aux appels téléphoniques et aux échanges sur le web de ses citoyens. 

Dans le cadre du programme CCDP (Programme de Développement des Capacités de Communications), les autorités vont demander aux fournisseurs d’accès Internet et aux opérateurs de télécommunications de garder sur leurs serveurs les détails de tous les appels téléphoniques, courriels et sites web visités depuis un an. Le but avoué étant d’aider la police et les services de renseignements dans leur travail. 
 
Pour l’instant, on ne conservera que des données comme l’heure, la date, l’expéditeur et le destinataire de la communication mais pas les contenus des appels et des courriels. L’idée serait d’établir le portrait des personnes avec qui communiquent des individus ciblés par les autorités. 
 
Évidemment, on n’y est pas encore. Si le projet devient loi, tous les groupes de défenses des libertés individuelles et de protection de la vie privée ne manqueront pas de s’agiter pour souligner très publiquement les risques d’abus pour ceux qui gèrent les bases de données, mais aussi les risques de vols de données par des pirates ou des gouvernements étrangers douteux. 
 
Le ministère anglais de l’intérieur aurait commencé à négocier avec les fournisseurs d’accès Internet au cours des deux derniers mois. Le CCDP (Programme de Développement des Capacités de Communications) pourrait devenir réalité en mai 2012. 
 
Source : lemondeinformatique.fr, telegraph.co.uk