Entrevue avec Adam Baldwin, l’interprète de John Casey dans la série Chuck

Adam Baldwin

Lors de la 25e édition de la convention Polaris à Toronto en juillet dernier, notre envoyé spécial Sébastien Mineau a eu la chance de s’entretenir avec l’un des invités d’honneur, Adam Baldwin, l’interprète de John Casey dans la série Chuck. Voici le compte rendu de leur rencontre. Attention, cette entrevue révèle certains éléments de l’intrigue de la série.

Comment considérez-vous l’évolution psychologique de Casey en comparaison avec celle de Chuck et Sarah?

Casey tente de rester aussi fidèle à lui-même que possible et ce, malgré la tournure des évènements. C’est un tueur froid et sans remords. J’apprécie cependant que les auteurs lui ont permis de montrer certaines facettes un peu plus douces de sa personnalité.

Avec l’arrivée de sa fille Alex et sa relation avec Morgan, il y a encore plus d’occasions de creuser le puits émotionnel et de voir où tout cela va le mener.

J’espère qu’il quittera la série de façon mémorable, avec un gros « bang », mais je n’ai rien reçu sur ce sujet encore. Je crois que les auteurs ne savent même pas encore comment l’histoire se terminera.

Croyez-vous qu’après la scène où Casey embrasse Chuck, les téléspectateurs ont commencé à percevoir John Casey comme un personnage un peu plus « tendre »?

Une chose est certaine, l’adoucissement de John ne provient pas de ce baiser, mais beaucoup plus de la découverte de sa fille! Cela dit, lorsqu’on m’assigne un rôle, une scène, je la joue à 100%! Sachez cependant que nos langues ne se sont jamais touchées. C’était strictement un échange d’antidote!

filename Pensez-vous que nous pourrions retrouver Casey dans sa propre série?

Je ne sais pas. Actuellement, ce n’est que de la pure spéculation. L’aventure me plairait assurément.

Êtes-vous aussi taciturne dans la vraie vie que vos personnages?

Je crois que l’on apporte tous un peu de notre expérience personnelle dans nos rôles, mais je dois confesser que je suis un véritable ours en peluche à la maison!

Avez qui appréciez-vous le plus travailler sur le tournage de Chuck?

C’est impossible de répondre à cette question! Tous les autres comédiens sont fabuleux. Ils sont comme une famille et chacun d’entre eux apportent un peu de lui-même à son rôle, je les aime tous… à l’exception de Vik Sahay (Lester), il est très talentueux, mais vraiment intolérable!

Est-ce que tout comme Jayne et probablement Casey, vous conservez un fusil à porter de la main dans votre chambre à coucher?

Ceci une information classée « top secret »!

filename

Comment vous sentez-vous par rapport aux admirateurs de la série Firefly?

C’est une communauté qui nous étonne par son énergie et cela nous fait chaud au cœur. Je crois qu’elle aurait pu continuer de grandir pour encore plusieurs années. Tout ce support passionné, même après 10 ans, pour une émission dont la nouvelle de son annulation nous avait tant dévastés, c’est réconfortant. Je m’étonne encore que les amateurs de la série aient ressenti autant de peine que nous tous lorsque l’émission à été annulée.

Les amateurs sont la raison première pour laquelle nous avons pu faire le film Serenity. La détermination de Joss Whedon à réaliser le projet s’est trouvé décuplée par la passion et le support des admirateurs.

Plusieurs amateurs aimeraient vraiment que la série revoie le jour. Je crois que c’est Joss qui décidera ultimement ce qu’il arrivera, mais il est certain que nous serions tous prêts à reprendre nos rôles. J’adorerais rejouer le personnage de Jayne Cobb!

John Casey ou Jayne Cobb, quel est votre personnage favori?

Ce sont deux personnages complètement différents, je ne peux pas vraiment en choisir un plus que l’autre. Je les aime tous les deux. Casey paye mieux donc, si on considère l’angle strictement financier, il est plus facile d’arriver à répondre à cette question, mais je m’ennuie beaucoup de Jayne.

De plus, j’ai eu la chance de jouer Casey lors des cinq dernières années. Je n’ai malheureusement pas eu la chance de voir le personnage de Jayne évoluer autant. Il y a donc un peu d’attachement « romantique » qui sera toujours là étant donné que je ne saurai jamais ce que j’aurais pu faire avec Jayne.

Est-ce qu’il vous arrive de jouer au fer à cheval avec Nathan Fillion?

Non, je ne crois pas en avoir eu la chance, je ne savais pas que Nathan jouait au fer!

Est-ce que les journées paraissent aussi longues lorsque l’on travaille avec Nathan Fillion ou Zack Levi?

On ne s’ennuie pas ni avec un, ni avec l’autre! Ces deux acteurs débordent d’énergie et savent quoi en faire. Ce sont d’excellents meneurs, et c’est un honneur que d’avoir pu travailler avec eux. De plus, c’est quelque chose que des les voir porter le fardeau d’une émission sur leurs épaules. Pour moi, c’est beaucoup plus simple, je n’ai qu’à être un tireur d’élite.

filename

Parlez-nous un peu de votre expérience sur Mass Effect 2.

Ce fut très intéressant même si je n’ai pas encore eu l’occasion de jouer au jeu. C’est différent comme travail que d’enregistrer des voix pour un jeu. On ne nous demande pas de lire d’un script linéaire. Ce ne sont vraiment que des bribes de textes qui sont par la suite rattachées. Donc, pour nous les comédiens, les mots ne forment pas vraiment une histoire.

Je ne suis pas vraiment un joueur, mais si j’ai bien compris il y a plusieurs options possibles à l’histoire. Par exemple, si un joueur emprunte le « bon » chemin, il lui est possible de terminer le jeu sur une note romantique.

Je trouve cela un peu perturbant, car je considère Yvonne Strahovski comme ma fille! Comme c’est elle qui fait la voix du personnage féminin dans le jeu, je crois que je choisirais plutôt l’autre chemin si j’avais l’occasion d’y jouer!

Qu’est-ce qui est le plus dur entre jouer un rôle et prêter sa voix à un personnage?

Prêter sa voix à un personnage est beaucoup plus facile! Premièrement, les horaires sont plus courts. Ensuite, pas besoin de maquillage, qui est quand même un procédé quelque peu indigne pour un homme adulte!

Finalement, faire du doublage ne requiert pas nécessairement d’avoir une belle gueule

Propos recueillis par Sébastien Mineau
Édition : Caroline Cloutier