Étonnants effets secondaires du yogourt chez la souris mâle!

Des chercheurs du MIT qui tentaient de prouver qu’une alimentation riche en yogourt permet d’éviter d’engraisser en vieillissant ont découvert, un peu beaucoup par accident, quelques «effets secondaires» pour le moins amusants... Mais avant de vous en dire plus, je vous conseille d’éloigner les petits yeux sensibles de vos enfants de votre écran. Au cas où le reste de cet article les inciterait à poser des questions auxquelles vous n’avez pas forcément envie de répondre avant, disons, leur trentième anniversaire.

Les marmots sont partis? La porte est bien fermée? OK, on peut continuer.
 
Figurez-vous que, chez la souris mâle, une alimentation riche en yogourt entraîne le développement de testicules 5% à 15% plus volumineux que la normale. Mieux: non seulement ces petits organes sont-ils plus gros, ils sont aussi plus performants: les mâles nourris au yogourt engendrent plus de souriceaux, plus rapidement que les autres. Et les femelles ne sont pas en reste: celles qui mangent du yogourt donnent naissance à des portées de rejetons plus nombreuses qui survivent jusqu’au sevrage plus souvent que les autres.
 
J’en vois déjà parmi vous qui se précipitent sur le frigo. Fort bien. Mais pour ceux qui résistent, voici l’argument-massue: les mâles nourris au yogourt démontrent aussi une fourrure plus soyeuse et jusqu’à 10 fois plus touffue. Oui, vous avez bien lu: chez la souris, le yogourt remplace le revitalisant capillaire... Et fait pousser plus de «cheveux». De là à dire que le yogourt pourrait prévenir la calvitie chez l’humain, il y a un (énorme) pas que l’on n’oserait pas franchir, mais ça serait une expérience fascinante à mener, non?
 
Photo : Ruud Hein, Flickr