Fantasia: Gyo: Tokyo Fish Attack

Le volet animé du festival Fantasia est des plus prometteurs cette année, avec plus de 10 longs-métrages de partout dans le monde. Parmi eux se trouve Gyo: Tokyo Fish Attack, un film d’horreur réalisé par Takayuki Hirao et adaptant le manga de Junji Ito (Tomie).

Le long-métrage raconte l’histoire de Kaori, une jeune femme, fiancée à Tadashi, qui part en vacances à Okinawa avec ses amies Aki et Erika afin de célébrer leur graduation prochaine. Dès que les 3 femmes arrivent au chalet où elles vivront pour les prochains jours, elles se heurtent à une odeur répugnante dégagée par une créature étrange mi-poisson mi-robot. Elles parviennent à se débarrasser de la «chose», mais s’aperçoivent, dès le lendemain, qu’il ne s’agissait que de la première d’une multitude qui se mettent à envahir le Japon. Kaori quittera alors ses amies à la recherche de son mari porté disparu et découvrira le secret derrière les créatures et le destin de l’humanité.
 
Bon, avant de commenter le film, je dois mentionner que la version que j’ai vue ne comportait pas de sous-titres et que, comme mon japonais est loin d’être bon, je n’ai pas compris grand-chose aux dialogues. Par contre, ce que j’ai compris, c’est que Gyo: Tokyo Fish Attack est un long-métrage d’horreur de série B des plus classiques. 
 
Gyo
 
Tous les éléments d’un film d’horreur passé directement en vidéo s’y trouvent (sans vouloir vous gâcher la surprise): scène de sexe, gore à souhait, perte de l’humanité et de l’amitié au profit de l’instinct de survie, créatures diaboliques et ridicules créés accidentellement par le gouvernement. Il y a même de la nudité, des personnages fous et des flatulences. 
 
Rien ne distingue réellement Gyo des autres films du genre, à part peut-être l’animation. Et pour ma part, je n’ai été ni impressionnée ni particulièrement divertie par le long-métrage qui se voulait trop sérieux pour le ridicule dont il faisait preuve. Cela ne signifie pas pour autant que le film ne plaira pas aux amateurs qui pourront voir Gyo: Tokyo Fish Attack au théâtre Hall, ce soir à 23h55, mais il ne s’agit pas d’un indispensable de Fantasia 2012.
 
 
Photos par Ufotable