Fantasia: Ocean Heaven

Dimanche le 31 juillet à 15h40, et en reprise le lundi 1er août à 13h, Fantasia présentera le film chinois Ocean Heaven, la première réalisation de Xue Xioalu, aussi scénariste du long-métrage et du Virtuose de Chen Kaige. De la sélection officielle des festivals international de Shanghai en 2010 et d’Hawaii en 2011, ainsi que du festival du film asiatique de New York en 201, Ocean Heaven est un objet rare en Occident: un drame asiatique sans arts martiaux.

Le long-métrage présente les dernières semaines de la vie de Wang Xingchang, père dévoué d’un jeune homme autiste nommé Dafu. Étant l’unique famille de Dafu, puisque sa mère est morte d’un accident 14 ans auparavant, et sachant qu’il ne lui reste que peu de temps, Xingchang fera tout en son possible pour assurer un avenir à son fils. Tout en poursuivant leurs activités quotidiennes — Dafu nageant avec les poissons de l’aquarium pendant que son père y travaille — Xingchang essaiera de trouver un établissement pouvant prendre en charge son fils et, tâche plus difficile encore, tentera de préparer Dafu à la fatalité.

Ocean Heaven est une histoire tragique présentée tout en douceur et avec une lenteur particulièrement adéquate. Les acteurs y sont excellents, notamment Wen Zhang, interprète de Dafu, qui fait ici ses débuts, mais surtout Jet Li (Hero) qui fait montre de retenue et de subtilité dans son jeu, comme il en a l’habitude. La première scène du film, comme quelques autres d’ailleurs, est poignante, à la fois amère et magnifique.

Ocean Heaven

Malheureusement pour l’ensemble du film, et probablement est-ce dû à l’inexpérience, mais la réalisation du long-métrage est boiteuse. Coupant de bonnes scènes alors qu’elles ne semblent pas finies, le film accorde une prépondérance à des éléments superflus et à des scènes statiques. Généralement inégal, le long-métrage est tantôt parfait en lenteur et en beauté, tantôt fade et accéléré.

Par contre, plusieurs choses peuvent être pardonnées lorsqu’il s’agit d’une première oeuvre, spécialement si elle possède une histoire touchante et une bonne distribution, comme c’est le cas ici. Et comme il est rare au Québec d’avoir accès à de telles oeuvres, et que les bons moments excèdent les mauvais, je vous conseille d’aller voir Ocean Heaven, ne serait-ce que pour voir Jet Li dans autre chose qu’un film d’action.