Fantasia: Super

Fantasia présentait jeudi dernier la première de 2 représentations du plus récent film de James Gunn (Incisions), Super. La comédie noire, qui a connu sa première mondiale au Festival international du film de Toronto, sera à nouveau présentée le mercredi 27 juillet à 15h. Un long-métrage farfelu à ne pas manquer, précédé de l’excellent court-métrage espagnol We, Time Machines (Vejado en el tiempo) de Raúl Navarro.

Super est l’histoire de Frank D’Arbo, le cuisinier paumé d’un diner, marié à une ex-droguée nommée Sarah, qui n’a toujours connu qu’abus et humiliation. Lorsque Sarah retombe dans la drogue et quitte Frank pour Jacques, un revendeur de drogue local, Frank a une épiphanie inspirée par une émission chrétienne de super-héros: il doit combattre le crime et sauver sa femme sous le costume d’un vengeur masqué: le Crimson Bolt (le boulon cramoisi). Dans sa quête malhabile de justice, Frank se fera une alliée appropriée: Libby, une jeune geek travaillant dans une boutique de bandes-dessinées. Ensemble, ils arrêteront toutes les formes d’injustice, qu’il s’agisse de crimes graves comme la pédophilie et le meurtre ou d’offense moins importante comme égratigner une voiture ou couper dans une file d’attente.

Les fans de James Gunn reconnaitront bien en Super l’humour particulier du réalisateur d’Incisions et de la série web PG Porn («pour ceux qui aiment tout de la porno, sauf le sexe»). Comprenant tous les éléments nécessaires afin de réussir sa satire des films de super-héros (gore, personnages désaxés, montages et premiers pas ratés dans le combat du crime), le long-métrage est tout à fait désopilant. Super est aussi original par son approche plus réaliste et son humour plus sombre qui confère au film un aspect délirant et démentiel.


James GunnEt même si ce réalisme rend la violence plus impressionnante que dans d’autres films du genre comme Kick-Ass (parce qu’elle est plus réaliste), elle est généralement désamorcée par la folie de la situation et des personnages. Les acteurs, surtout Rainn Wilson (The Office), Ellen Page (Juno, X-Men 3) et Kevin Bacon (X-Men: First Class), sont aussi excellents, rendant leurs personnages à la fois attachants, détestables, pitoyables et dangereux (il y a aussi une courte apparition hilarante de Nathan Fillion (Firefly, Castle) qui ajoute à la démence du long-métrage). Bref, Super de James Gunn est tout à fait à la hauteur des attentes et sait même les dépasser.