Fantasia : We Are Legion: The Story of the Hacktivists

Anonymous, ça vous dit quelque chose? Considérés comme des « cyberterroristes » par leurs victimes tandis que plusieurs citoyens applaudissent leurs actions, ces activistes - ou hacktivists, une fusion des mots hacker (pirate informatique) et activistes – ne laissent personne indifférent. Et il y a fort à parier que si vous l'êtes, ce ne sera plus pour très longtemps lorsque vous aurez visionné le fascinant documentaire We Are Legion: The Story of the Hacktivists.

Afin de mieux saisir l'ampleur du phénomène, le réalisateur Brian Knappenberger brosse un portrait global du regroupement d'internautes et dont la plupart des membres arborent le masque de Guy Fawkes, pour demeurer, vous l'aurez deviné, anonymes. Pourtant, Knappenberger a réussi à obtenir divers témoignages de certains membres fondateurs, à visage découvert de surcroît, qui nous expliquent l’ascension du mouvement à travers leurs propres expériences. Une ascension qui perdure d'ailleurs... pour le meilleur et pour le pire.
 
D'entrée de jeu, on nous explique que la genèse d'Anonymous s'amorce au début des années 2000 via les sites 4chan et /b/. En fait, à ce moment-là, Anonymous n'est pas encore un mouvement tangible. Par contre, ces sites attirent bon nombre de geeks férus d'informatiques, qui prennent dès lors un malin plaisir à faire divers coups pendables dans la toile. On apprend par la même occasion que des phénomènes tels le trolling ou le meme, découlent de ces plateformes web. Bref, toutes personnes qui contribuaient à alimenter le contenu de ces sites, le faisaient sans exception sous le pseudonyme « Anonymous ». À la base, cette communauté embrassant la vaste « culture geek », défendait déjà la liberté d'expression dans un contexte ludique et visait notamment à faire valoir le concept de logiciels ouverts (open source).
 
Mais les choses ont soudainement pris une tangente plus sérieuse, voire politique, lors de divers cas qui ont rapidement attisé la curiosité des médias. We Are Legion... expose ainsi les grandes lignes des « attaques » entreprises par Anonymous. De la prise de conscience de l'impact que pouvaient avoir certains internautes dans l'affaire entourant le néo-nazi Hal Turner, jusqu'à leur implication au sein du mouvement Occupy, on nous raconte souvent avec passion, parfois avec une certaine autodérision, l'incroyable naissance du mouvement à l'échelle internationale lors de leur prise de bec avec l'Église de Scientologie, sans oublier le coup d'éclat concernant PayPal et WikiLeaks.
 
We are Legion
 
Si l'approche du documentaire ne semble pas toujours objective, We Are Legion... tente tout de même de contrebalancer les témoignages des membres du mouvement par des interventions d'experts en la matière, qui y vont d'observations souvent neutres. De plus, les anecdotes sont entrecoupées d'images d'archives tirées du web, mais également d'émissions d'affaires publiques. Cela donne lieu à quelques moments amusants, en particulier lorsqu'on présente un extrait d'un reportage alarmiste diffusé sur la chaîne Fox. Sinon, le réalisateur s'est aussi entretenu avec Aaron Barr, un détracteur qui avait infiltré Anonymous et qui, dans le but d'affaiblir l'organisition, préconisait des tactiques douteuses comme la désinformation et le mensonge. On constate finalement que celui-ci n'a même plus besoin de se faire coincer par les activistes pour s'enliser dans ses propres contradictions. 
 
Enfin, si Anonymous est parvenu à faire valoir certains points lors d'actions de désobéissances civiles virtuelles, on constate que les gens derrière le mouvement ne sont pas à l'abri du système juridique et risquent parfois la prison pour leurs gestes. Par la même occasion, on réalise avec stupeur que la « menace » que représente le mouvement est telle, que les peines d’emprisonnement maximales sont à ce jour plus sévères que celles que pourraient subir, par exemple, un pédophile...
 
Malgré la controverse au sujet d'Anonymous, il faut retenir au final qu'en plus d'être un documentaire bourré d'informations pertinentes, We Are Legion... s'avère un portrait aussi engageant que passionnant.
 
Présenté le 23 juillet à 22h00 au Théâtre Hall de l'Université Concordia.