Financer la dictature par le “gold farming”

Semble-t-il que le gouvernement de la République démocratique populaire de Corée (la Corée du Nord) a trouvé une manière pour le moins inusitée de renflouer ses coffres vides: entraîner une armée de gamers et de hackers pour exploiter les failles du système commercial de mondes virtuels comme World of Warcraft.

L’accusation provient de la Corée du Sud, ennemi héréditaire de la Corée du Nord et l’un des centres mondiaux de l’industrie du jeu en ligne. On peut décrire le stratagème comme suit:

  • Des pirates informatiques développent du logiciel illicite qui permet de ramasser plus facilement de l’or et des biens virtuels dans un jeu en trichant.
  • Une armée de joueurs se sert ensuite de ce logiciel trafiqué pour accumuler des quantités impressionnantes de trésors.
  • Ces trésors sont alors vendus au plus offrant contre du véritable argent.
  • Et les joueurs versent une partie de cet argent (une “taxe” de 500$ par mois par participant) au triste régime de Kim Jong-Il. (Les participants conservent l’excédent d’argent à titre de commission pour leur travail.)

J’ai longtemps considéré que le “gold farming” était plus stupide que dommageable, sauf peut-être dans les environnements PvP où celui qui achète obtient un avantage injustifié contre les autres joueurs. Après tout, celui qui achète des biens virtuels à un “gold farmer” fait le choix de payer pour ne PAS AVOIR BESOIN de jouer; aussi bien aller faire autre chose plutôt que de rester dans un jeu qu’on déteste au point de payer pour ne pas y jouer. Mais ici, il y a une connotation plus sinistre au phénomène…