Ford C-Max 2013

La silhouette verticale du Ford C-Max assure une excellente habitabilité.

Le dévoilement du C-Max est la preuve que le marché automobile s'internationalise de plus en plus. Jusqu'à tout récemment, les constructeurs nord-américains étaient assez réticents à importer sur nos rives des modèles provenant d'Europe. Il y a bien eu des tentatives de temps à autre, mais celles-ci ont été généralement infructueuses, le produit n'étant pas adapté à notre marché. Mais les temps ont changé.

Lorsque le C-Max a été dévoilé, rares sont les personnes qui croyaient à sa venue chez nous. Pourtant, la direction de Ford a annoncé son arrivée sur nos berges au grand plaisir de la majorité. Puis, surprise, on nous a informés que le nouvel Escape ne serait pas disponible en version hybride, bien que le modèle précédent ait connu beaucoup de succès. À sa place, on offre le C-Max qui ne sera commercialisé qu’en version hybride et plug in (hybride branchable) un peu plus tard.

 

L’équilibre Marcel, l’équilibre!

Il est quelque peu est difficile de définir ce modèle cinq portes. Il est vrai que sa silhouette est équilibrée et élégante, mais les stylistes ont choisi de s’éloigner de certaines des caractéristiques visuelles que l'on retrouve sur les Focus et Escape par exemple. Ce n'est pas un défaut en soi car plusieurs personnes préfèrent une silhouette un peu plus conservatrice. Malgré tout, on sait qu'on a affaire à une Ford de par son allure. Quant aux dimensions, le C-Max se glisse bien entre l’Escape et la Focus.

Dans l'habitacle, la planche de bord est un tantinet plus sobre que sur l’Escape, par exemple. Il faut également noter que les commandes vocales et tactiles sont plus faciles d'utilisation que sur plusieurs autres produits Ford. J'ai bien apprécié la disposition des commandes aussi bien celles sur les branches du volant que celles au bas de l'écran d'affichage. Soulignons que le bouton du volume du système audio, en bas de l’écran, est tellement bien placé qu'on devrait quasiment adopter une loi pour que toutes les voitures aient la même disposition. Notre modèle d'essai possédait un système de navigation par satellite, un écran tactile de gestion des principales fonctions mais, curieusement, n’avait pas de caméra de recul. Il est vrai que le radar de stationnement dont il était équipé s’est révélé pratique, cependant, une caméra de recul, c’est encore mieux.

Les sièges avant sont confortables, bien galbés et fournissent un support latéral adéquat. Quant au volant, il est réglable en hauteur et en profondeur tandis que son boudin est de bonnes dimensions. Il ne faut pas oublier les cadrans indicateurs! On retrouve en face de soi d'un indicateur de vitesse rétroéclairé qui est de consultation très facile. À sa gauche, un écran multifonction permet de vérifier de visu la consommation de carburant, la régénération de la puissance de la batterie et une foule d'autres informations. À droite, l’écran rectangulaire est relié au bouton de commandes placé sur le rayon droit du volant et on peut y régler la climatisation, le système audio ou encore faire afficher un tableau d'évaluation de notre conduite écolo. Plus il y a de feuilles d'arbres à l’écran, plus l’on conduit de façon économique.

Les places arrière sont suffisamment spacieuses pour accommoder deux adultes de taille normale, mais la banquette est assez peu rembourrée et deviendra inconfortable au fil des kilomètres. Quant au coffre à bagages, ses dimensions sont correctes, sans plus. Et elle n'est pas très large en raison des espaces de ventilation aménagés dans les parois, dans le but de ventiler la batterie ion-lithium qui est sous le plancher du coffre. Soulignons que sur notre modèle d’essai, le hayon était motorisé.

Ford a connu beaucoup de succès avec son Escape hybride, et le modèle appelé à la remplacer se devait être bien fignolé sur le plan de la mécanique. Cette fois, le moteur quatre cylindres de 2,5 litres cède sa place à un nouveau moteur d’une cylindrée de 2,0 litres. Il produit 141 chevaux et est associé à une transmission automatique à rapports continuellement variables (CVT) produite aux États-Unis par Ford. Cette motorisation thermique travaille de concert avec un moteur électrique alimenté par des piles ion-lithium et portant la puissance totale à 188 chevaux.

 

Bonne routière, consommation problématique

Reste à savoir maintenant si cette belle voiture européenne tient ses promesses. Le C-Max a été une agréable surprise au chapitre de la tenue de route. Il se faufile avec aisance dans la circulation en raison de son encombrement minimal, la direction est très, très précise et les performances du moteur hybride sont juste ce qu’il faut. Toujours à propos du groupe propulseur, le moteur quatre cylindres est peu bruyant et doux. En outre, le passage entre le mode électrique et thermique est assez transparent. Quant à la transmission CVT, elle est la preuve qu’on a fait d’importants progrès dans ce domaine. Soulignons également qu’on peut rouler un peu plus vite et un peu plus loin en mode électrique seulement en comparaison avec la plupart des modèles concurrents. Par contre, comme c'est le cas sur tous les véhicules de ce genre, il faut moduler l'accélérateur avec délicatesse et il est essentiel de rouler sur une surface plane. Ajoutons que le feedback de la pédale de frein est très bon, il n’y a pas ce temps d’hésitation dont font preuve plusieurs véhicules du genre proposés par la concurrence.

En fait, la seule fausse note dans notre essai a été la consommation de carburant. Chez Ford, on nous promet une consommation frôlant les 4,0 litres aux 100 km, si je me fie au CD promotionnel placé dans le lecteur. Même avec la meilleure volonté du monde, nous n'avons jamais roulé sous les 6,0 litres aux 100 km, du moins, d’après l'indicateur de consommation du tableau de bord. Sans espérer atteindre le niveau de consommation proposé par Ford, une moyenne d'environ 5,0 litres aux 100 km me semblerait plus logique.

Ce bémol mis à part, le C-Max est un véhicule fort intéressant à conduire tout en étant pratique. Ce qui devrait convaincre bien des gens. D'autant plus qu'il sera disponible en version plug in d'ici peu. Je ne suis pas un devin, mais je suis pas mal certain que les gens de Toyota vont s'inquiéter de l'arrivée de ce modèle.

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

Ford C-Max SE 2013

Fourchette de prix

28849 à 38649$

Prix du modèle à l'essai

31000$

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 100 000 km

Options

n.d.

Concurrents

Toyota Prius V Mazda CX-5 SKYACTIV

Points forts

Agréable à conduire
Bonne tenue de route
Grande polyvalence
Mécanique hybride sophistiquée
Finition impeccable

Points faibles

Consommation de carburant décevante
Banquette arrière dure
Soute à bagages plus ou moins grande

Fiche d'appréciation

Consommation

70.0 %

Valeur subjective

90.0 %

Esthétique

80.0 %

Confort

80.0 %

Performance

80.0 %

Apréciation générale

80.0 %