Ford Fiesta 1.0 litre 2014

Los Angeles, Californie – 

La Ford Fiesta sera offerte en Amérique du Nord avec le nouveau moteur EcoBoost à trois cylindres turbocompressé de 1,0 litre à essence dès le printemps 2013 en tant que modèle 2014. Ce moteur, qui équipe déjà plus de 30% des Fiesta vendues en Europe où les motorisations diésel ont la cote, est l’alternative proposée par Ford pour les automobilistes qui ne sont pas entichés du gazole ou des voitures hybrides. Selon le constructeur, sa consommation devrait se chiffrer à plus de 40 miles au gallon (donc mieux que 5,88 litres aux 100 kilomètres), et bien qu’on soit toujours en attente des cotes de consommation officielles qui doivent être annoncées par l’EPA (Environmental Protection Agency) aux Etats-Unis, Ford est confiant de pouvoir proposer la voiture non-hybride ayant la plus faible consommation en Amérique du Nord. Quand on sait qu’une Smart est cotée à 5,8 litres aux 100 kilomètres en ville et à 4,7 litres aux 100 kilomètres sur route, c’est un pari assez ambitieux…

Ce moteur 3 cylindres turbocompressé s’est mérité le prix du « International Engine of the Year » en 2012 et il est assez compact pour que son bloc puisse être logé dans une valise de cabine. Malheureusement pour le département des relations publiques de Ford, les agents de la FAA (Federal Aviation Agency) n’ont pas autorisé son voyage en avion dans la cabine et il a dû être placé dans la soute…

 

145 000 tr/min!

Sur le plan technique, ce moteur représente un tour de force en misant à la fois sur la turbocompression, l’injection directe de carburant et le calage variable des soupapes. Quelques notes en rafale. Le vilebrequin du moteur est décalé de 10 degrés pour réduire la friction des pistons. La courroie de distribution baigne dans l’huile et ne nécessite aucun entretien pour la durée de vie du véhicule. La pompe à huile est à débit variable. Les circuits de refroidissement moteur sont scindés en deux, soit un pour le bloc et un pour la culasse. La turbine du turbocompresseur peut atteindre 245 000 tours/minute. En concevant ce moteur, les ingénieurs de Ford ont voulu réduire au maximum la friction interne, de même que les vibrations typiques d’un moteur comptant un nombre impair de cylindres. Pour ce faire, ils ont décidé de ne pas retenir la configuration d'arbre d'équilibrage interne au moteur, mais plutôt d’opter pour un équilibrage externe assuré par la poulie du vilebrequin et le volant-moteur, tout en optimisant les points d’ancrage du moteur.

En marge du Salon de l’Auto de Los Angeles, j’ai pu conduire une Fiesta européenne équipée du moteur trois cylindres turbocompressé et d’une boîte manuelle à cinq vitesses, qui sera d’ailleurs la seule boîte offerte sur ce modèle en Amérique du Nord. Au départ de Santa Monica, notre parcours nous a vu sillonner les routes montagneuses des canyons au nord-est de Malibu pour nous rendre à un circuit d’Autocross aménagé sur une piste de l’aéroport de Camarillo où nous avons pu également conduire une Honda Fit, une Sonic LT et une Toyota Yaris pour les comparer à la Fiesta. Le trajet du retour nous faisait passer par la Pacific Coast Highway. Lors du trajet entre Santa Monica et Camarillo, notre consommation observée s’est chiffrée à 6,2 litres aux 100 kilomètres alors qu’elle fut meilleure au retour avec 5,5 litres aux 100 kilomètres.

 

Beaucoup de couple, pas assez de rapports

Dès les premiers kilomètres, j’ai été impressionné par le couple généreux du moteur et par l’absence de délai de réaction du turbocompresseur. Avec 123 chevaux et un couple maximal de 148 livres-pied, le 3 cylindres turbocompressé n’est pas à la traîne et les vibrations sont bien contrôlées, sauf à bas régime où elles sont plus présentes. Il faut aussi apprendre à composer avec un vrombissement bien senti lorsque le moteur atteint des régimes plus élevés. L’autre aspect qui est un peu déconcertant est l’étagement de la boîte de vitesses. En clair, les rapports sont très longs, afin de favoriser l’économie de carburant, et il est même possible d’atteindre 100 kilomètres/heure en deuxième vitesse ce qui est très rare pour une voiture de cette catégorie. À mon avis, ce moteur serait mieux servi par une boîte à six vitesses, mais les responsables de la mise en marché de la Fiesta ont préféré réserver cette boîte à la Fiesta ST et son moteur de 197 chevaux… L’autre bémol, c’est que le système stop/start, qui est offert en Europe sur ce modèle, et qui fonctionnait à merveille sur notre voiture d’essai européenne, ne sera pas offert en Amérique du Nord, même pas en option. Questionnés à ce sujet, les responsables de Ford précisent que le stop/start est offert en option sur la Fusion au cout de 150 dollars, mais que les acheteurs de Fiesta sont plus sensibles au coût de la voiture et de ses équipements. Aussi, il faut noter que les tests de consommation menés par l’EPA aux Etats-Unis ne reflètent pas à sa juste valeur l’immense contribution des systèmes stop/start dans la réduction de la consommation, ce que l’agence américaine devrait corriger au plus vite afin de mieux rendre compte de la réalité nord-américaine. À mon humble avis, dès qu’un constructeur est techniquement capable d’intégrer un système stop/start à un modèle, il devait le faire sur-le-champ et l’offrir en équipement de série, point à la ligne.

Sur le circuit d’Autocross, la Fiesta s’est imposée grâce à son nouveau différentiel à vectorisation de couple qui fait partie de l’équipement de série et qui réduit de beaucoup le sous-virage, de même que par sa répartition des masses favorisée par l’adoption d’un moteur trois cylindres plus compact et plus léger. La Fiesta s’est pointée bonne première lors de cet exercice, devant la Honda Fit, la Sonic LT et la Toyota Yaris, dans l’ordre.

En plus d’ajouter le moteur 3 cylindres turbocompressé à la gamme, les Fiesta 2014 se démarqueront des modèles actuels par l’adoption d’une nouvelle calandre trapézoïdale, inspirée de celle de la Fusion, ainsi que par un nouveau capot avant sur lequel figure des arêtes longitudinales. Il sera possible de commander ce nouveau modèle avec des équipements comme des sièges en cuir, une chaîne audio Sony haut de gamme avec huit haut-parleurs, le système MyFord Touch ou la clé programmable MyKey, selon la version choisie et les options retenues.

Pour Ford, la Fiesta est très importante puisqu’elle se pointe au deuxième rang des véhicules les plus vendus de la marque à l’échelle mondiale. Avec cette nouvelle motorisation, le constructeur américain établit encore plus clairement ses objectifs en matière d’économie de carburant, mais il est dommage que l’on doive se contenter d’une boîte à cinq vitesses et que le système stop/start brille par son absence.