Ford Focus Electric 2012, l'électricité à la rescousse!

Au tout début de l’automobile, l’électricité, le pétrole et la vapeur se côtoyaient et les consommateurs pouvaient choisir la motorisation qui leur convenait le mieux. Puis, le pétrole s’est imposé pour des raisons pratiques : autonomie élevée, légèreté, facilité d’approvisionnement, etc. Sauf que le pétrole pollue et qu’il n’est pas renouvelable. Cent ans plus tard, il faut opter pour une autre voie...

Après l’hybridation, les constructeurs automobiles se tournent de plus en plus vers l’électrification. Toyota, qui fut un des leaders dans le domaine de l’hybride s’est fait dépasser par Mitsubishi (i-MiEV), Nissan (Leaf), Chevrolet (Volt) et Ford (Transit Connect EV et bientôt Focus EV).

Focus Electric
Ford a récemment invité les journalistes à une présentation de son programme hybride/électricité tout en mettant l’emphase sur la Focus électrique qui sera bientôt offerte au grand public. Cette Focus ionisée sera tout à fait semblable à la Focus conventionnelle. Tellement semblable qu’elle est construite sur la même chaîne de montage au MAP (Michigan Assembly Plant de Wayne, en banlieue de Dearborn). En fait, outre la motorisation, la principale différence entre une Focus habituelle et une Focus électrique résidera dans le poids additionnel de près de 350 kilos pour cette dernière (pour un total de 1 665 kilos).

Ouvrons ici une parenthèse pour mentionner que cette chaîne de montage brille par sa flexibilité. Lorsqu’une Focus électrique passe sur la chaîne de montage, il suffit aux employés d’installer l’ensemble de batteries plutôt que le réservoir d’essence! Dans cette usine, on assemble aussi des C-Max hybrides et plug-in (hybrides à brancher). Nous reviendrons sur le cas de la C-Max. Fermons la parenthèse.

Pour en revenir à notre Focus électrique, son moteur développe l’équivalent de 143 chevaux (107 kW) et 184 livres-pied de couple. La batterie, fournie par LG Chem, est au lithium-ion et possède une capacité de 23 kWh. Fait intéressant, elle est refroidie ET chauffée par liquide. Au niveau de l’autonomie, Ford parle de 160 km maximum. Quant au temps de recharge, il sera de trois à quatre heures… avec une prise de 240 v et de 18 à 20 heures sur une prise normale. Si vous voulez mon avis, ce n’est pas tant l’autonomie qui pose problème, c’est le temps de recharge sur une prise de 120 v. Imaginez juste une petite nuit de recharge sur le 120 avant de repartir le matin…

Tout est une question de budget
Mais je m’éloigne du sujet… La Focus Electric sera vendue 41 199 $ au Canada, ce qui fait un « ti-peu » cher pour une compacte! À ce montant, il faut toutefois soustraire le bonus de 8 000 $ venant du gouvernement du Québec (ça, c’est si l’acquisition se fait en 2012. Ce sera 6 000 $ pour 2013, 4 000 $ pour 2014 et 2 000 $ pour 2015). Aussi, à la décharge de cette Focus sans pétrole, il faut mentionner qu’il s’agira d’une version équipée au bouchon. Même l’application MyFord Mobile qui permet de gérer une infinité de paramètres de la voiture à distance — et qui fonctionne autant avec BlackBerry, iPhone et Androïd — sera gratuite pour une période de cinq ans. Souhaitons seulement qu’elle  soit plus aisée à comprendre que le MyFord Touch qui fait toujours rager l’auteur de ces lignes. La Focus Electric ne sera offerte qu’en version hatchback à cinq portes.

Cette Focus sera vendue par un réseau de concessionnaires Ford qui auront, au préalable, été certifiés. Notez que ce n’est pas parce qu’un concessionnaire est déjà certifié pour vendre et entretenir des véhicules hybrides qu’il l’est automatiquement pour les électriques et hybrides « à brancher ».

C-Max
Déjà connue en Europe depuis quelques années, la Ford C-Max ne sera commercialisée ici qu’avec des motorisations hybrides et hybrides rechargeables (plug-in). La C-Max, construite sur une plate-forme de Focus, ne sera pas proposée avec un moteur à essence question, sans doute, de ne pas nuire au nouvel Escape dont la version définitive sera dévoilée au Salon de Detroit en janvier 2012.

La C-Max Hybrid recevra un moteur à essence de 2,0 litres secondé par un moteur électrique dont la puissance n’a pas été dévoilée. Ce que l’on sait, c’est que les deux motorisations combinées développeront environ 185 chevaux et 130 livres-pied de couple. La transmission sera de type CVT (à rapports continuellement variables) et le pack de batterie sera au lithium-ion. Ford affirme qu’il sera possible de rouler jusqu’à 75 km/h en mode électrique seulement. À noter que ce système est entièrement développé par Ford.

De son côté, la C-Max Energi se veut une réplique à la Chevrolet Volt puisque son moteur à essence servira à titre de générateur et rechargera la batterie pendant que la voiture roulera. Lorsque rechargée convenablement, la C-Max Energi aura une autonomie de plus de 800 kilomètres.
Les C-Max Hybrid et Energi seront dévoilées en 2012 en tant que modèles 2013. Au fur et à mesure que les informations entreront, nous nous ferons un plaisir de vous les communiquer.

La propulsion électrique, longtemps bannie de l’automobile, semble en voie de se faire une réputation. Mais il est encore trop tôt pour prédire si elle aura du succès. De toute évidence, actuellement, une voiture mue uniquement par l’électricité peut difficilement se faire justice en dehors des centres urbains. À ce moment, une voiture hybride ou hybride rechargeable (plug-in ou, si vous préférez, à autonomie prolongée) serait beaucoup plus appropriée. Quoi qu’il en soit, il est désormais clair que d’ici quelques années, le consommateur aura le choix entre plusieurs types de motorisations. Ce n’est pas pour rien que Ford envisage de fabriquer 100 000 véhicules électriques (hybrides, hybrides à autonomie prolongée ou tout électriques) d’ici 2013!