Ford Fusion 2013

La grille de calandre est l'élément esthétique le mieux réussi de la voiture

Lors du lancement de la Fusion au Salon de l’auto de Detroit en janvier 2012, les personnes présentes au Cobo Arena ont poussé des cris d’admiration quand cette berline est apparue au centre de la scène. En effet, son élégance indéniable a immédiatement séduit l’assistance. Et cette impression positive s’est poursuivie lorsqu’on a souligné que cette nouvelle venue serait proposée avec quatre moteurs différents, incluant le retour de la version hybride.

La Fusion la plus économique est mue par un 4 cylindres de 2,5 litres produisant 170 chevaux. Une version plus luxueuse est dotée du moteur 1,6 litre Ecoboost de 180 chevaux, tandis que le modèle le plus huppé arrive de série avec un autre quatre cylindres. Il s’agit cette fois du Titanium propulsé par un 2,0 litres Turbo Ecoboost déployant 237 chevaux et proposant la traction intégrale. Tous ces modèles sont associés à une boite automatique à six rapports, à l’exception du modèle SE 1,6 litre Ecoboost qui peut également être commandé avec une boite manuelle à six rapports.

Quant à la version hybride, son moteur atmosphérique 2,0 litres de 141 chevaux travaille en harmonie avec le moulin électrique et une transmission CVT. Il ne faut pas non plus oublier de mentionner que la Fusion Energi, un hybride de type plug-in avec moteur quatre cylindres 1,6 litre est aussi au catalogue.

 

Séduisante de l’extérieur mais…


Notre voiture d’essai était propulsée par le moteur Ecoboost de 1,6 litre, un modèle qui semble offrir le meilleur rapport qualité-prix performances de la gamme.

La personne qui prétendra que cette voiture manque d’élégance a certainement des problèmes avec ses yeux. En effet, la silhouette est une grande réussite. Il est vrai qu’on peut lui reprocher sa calandre qui semble directement empruntée à une Aston Martin, mais on a au moins copié l’une des plus belles voitures sur le marché! Soulignons également l’excellente intégration des feux de route qui sont très étroits et qui mettent de ce fait la calandre en évidence. Parmi les autres éléments positifs, il faut mentionner le design des rétroviseurs extérieurs, le positionnement des échappements – intégrés à une barre transversale placée sur la partie inférieure de la caisse – et le béquet situé sur le rebord du couvercle du coffre.

Une fois dans l’habitacle, on ne trouve rien à redire quant aux sièges avant qui offrent un bon support pour les cuisses et dont le dossier possède des bourrelets suffisamment importants pour nous retenir dans les virages. Par contre, même si les avis peuvent différer à ce chapitre, la présentation de la planche de bord est d’une désolante simplicité. Il est vrai que c’est probablement mieux d’opter pour la sobriété plutôt que de surcharger avec une multitude de boutons et de pavés, mais ce n’est pas tellement réussi, du moins à mon avis. De plus, même si la qualité des matériaux est bonne, on n’en a pas l’impression tant la présentation est plus ou moins moche. Quant aux places arrière, elles sont correctes pour des adultes de taille moyenne, mais il faut se pencher plus que d’ordinaire pour monter à bord en raison de cette ligne de toit très fuyante qui veut donner l’impression qu’il s’agit d’un coupé.

Bien entendu, comme tout produit Ford lancé au cours des cinq dernières années, la Fusion est équipée de série du système Sync à commande vocale et tactile qui, bien que passablement amélioré, me donne toujours du fil à retordre. De plus, il n’est pas vraiment évident de naviguer dans le système à l’aide des boutons figurant sur le volant. Heureusement, l’écran tactile facilite les choses. Mais, croyez-moi, il y a beaucoup de place pour de l’amélioration, surtout en comparaison avec plusieurs produits Chrysler ayant un écran tactile d’une grande simplicité d’opérations...

 

Mécanique conventionnelle


Si la calandre est fortement inspirée de celle des Aston Martin, une grande sportive à la mécanique très sophistiquée, la fiche technique de la Fusion est beaucoup plus conventionnelle. En effet, on retrouve une suspension avant à jambe de force de type McPherson tandis que la suspension arrière à liens multiples est relativement standard. Comme le veut la tendance actuelle, la direction est à assistance électrique et ce mécanisme me convient fort bien. En fait, la précision de la direction de ce modèle est à souligner. Toutes les versions sont stoppées par des freins à disque aux quatre roues. Par contre, autant sur le modèle hybride essayé un peu plus tard, ces freins se sont montrés extrêmement sensibles. Même après une couple de journées derrière le volant, j’avais encore de la difficulté à stopper de façon fluide.

Le catalogue des options regroupe plusieurs éléments technologiques qui sont généralement offerts sur des voitures plus luxueuses. Il est en effet possible d’équiper la Fusion d’un détecteur de présence dans l’angle mort avec avis de circulation transversale, la voiture peut également posséder le système d’aide au démarrage dans les pentes, l’assistance active au stationnement. On peut aussi commander un régulateur de croisière de proximité avec alarme de présence frontale. Ah, j’allais oublier le système d’aide au suivi de voie qui vous avertit lorsque vous chevauchez la ligne blanche.

 

Malgré tout…


En dépit de ce déluge de technologie, lorsque je relis mon carnet de notes, je ne peux que conclure que cette voiture ne m’a pas enthousiasmé outre mesure. Je ne sais pas si c’est l’extrême sobriété de la planche de bord, une insonorisation qui m’a paru perfectible ou encore les performances plus ou moins vigoureuses du moteur, mais cette voiture n’a pas autant progressé qu’on serait porté à le croire par rapport au modèle précédent. Malgré ce bémol, la Fusion possède quand même suffisamment d’éléments positifs pour combler les acheteurs, et devance plusieurs concurrentes de cette catégorie.

Pour ma part, je dois admettre être resté sur mon appétit. En fait, un peu comme la Dodge Dart, cette voiture est impressionnante lorsqu’on l’analyse point par point, mais l’ensemble ne fait pas le poids avec la version antérieure qui était plus homogène.

Ceci dit, il faut louanger le constructeur pour avoir voulu produire une voiture fort compétitive, et ce, à plusieurs niveaux. Dommage que l’exécution ne soit pas à la hauteur des ambitions…

Fiche d'évaluation

Modèle à l'essai

Ford Fusion SE TA 1.6 EcoBoost 2013

Fourchette de prix

24149 à 35649$

Prix du modèle à l'essai

29399$

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulseur

5 ans / 100 000 km

Options

Climatisation électronique
Boîte automatique
Camera de recul

Concurrents

Chevrolet Malibu, Chrysler 200, Dodge Avenger, Honda Accord, Hyundai Sonata, Kia Optima, Mazda6, Nissan Altima, Subaru Legacy, Suzuki Kizashi, Toyota Camry

Points forts

Silhouette extraordinaire
Choix de moteurs
Direction précise
Système de stabilité latérale sophistiqué
Versions hybride et "plug in"

Points faibles

Agrément de conduite moyen
Freins très sensibles
Insonorisation perfectible
"Feeling" de la route assez mitigé
Consommation plus élevée que prévue

Fiche d'appréciation

Consommation

80.0 %

Valeur subjective

70.0 %

Esthétique

90.0 %

Confort

90.0 %

Performance

80.0 %

Apréciation générale

80.0 %