Grand Prix du Canada 2012

Spectaculaire et stratégique, tel fut le Grand Prix du Canada 2012. À ce jeu, Lewis Hamilton et l'équipe McLaren se sont montrés les plus forts.

Le plus important événement de l'année au Canada, en terme d'impact médiatique international et de retombées économiques, avait lieu le week-end dernier sur le Circuit Gilles-Villeneuve de Montréal. Couru dans un contexte un peu particulier cette année, le Grand Prix du Canada a été un immense succès une fois encore, les estrades étant bien remplies bien qu'une baisse de 10% dans la vente des billets ait été constatée. Faut-il en déduire que les manifestations d'étudiants (et de groupuscules extrémistes s'y étant hélas parfois greffés) avaient dissuadés les visiteurs potentiels ? Ou est-ce plutôt que, l'économie dans d'autres pays étant peu reluisante, moins de touristes européens et américains avaient fait le déplacement cette année ? Nous penchons pour la seconde hypothèse.

Cet événement, toujours très attendu par les passionnés, s'est donc déroulé sans incident grave sur le site de l'Île Notre-Dame. En fait, la seule activité annulée fut la journée portes ouvertes du jeudi matin, par crainte de trouble-fêtes. Cette journée était aussi la seule activité gratuite, celle où les moins fortunés pouvaient se rendre, celle où les papas emmènent leurs enfants voir les bolides de Formule 1 de près. On peut donc dire qu’une fois encore, ce n’est pas l’objectif visé qui a été atteint.

Sur la piste, le Britannique Lewis Hamilton a vécu une fin de semaine aussi radieuse que le soleil qui a inondé le site le samedi, pour les qualifications, puis dimanche pour la course. Meilleur chrono lors des essais libres vendredi, le pilote McLaren-Mercedes avouait n'avoir pas donné le maximum, se concentrant à travailler les réglages de sa monoplace. Lors de la séance qualificative, il voyait le double champion du monde en titre Sebastian Vettel (Red Bull-Renault) lui voler le premier rang par trois dixièmes de seconde. Un gouffre à ce niveau de compétition !

La course fut très stratégique, bien qu'un nombre important de dépassements soient venus la rendre également fort spectaculaire. En tête, Vettel mena jusqu'au premier changement de pneus, mais Hamilton qui s'était arrêté deux tours plus tard, sortit des puits sous le nez de son adversaire. Devant eux, Fernando Alonso avait réussi à glisser sa Ferrari mais le pilote espagnol allait devoir baisser le rythme en fin de course, ses pneus n'offrant plus assez d'adhérence.

Hamilton a donc décroché de manière très convaincante son troisième gain en carrière sur le Circuit Gilles-Villeneuve, ce qui fait de lui l'égal du Brésilien Nelson Piquet. Tous deux sont cependant encore loin des sept victoires de Michael Schumacher. Parlant de "Schumi", sa course a prit fin de manière rocambolesque, alors que les lattes fermant son aileron arrière sont demeurées ouvertes, ne donnant plus aucun appui à sa monoplace. Lorsqu'on sait qu'une Formule 1 dépasse les 300 km/h au bout de la ligne droite du casino, la situation était assez dangereuse pour que l'écurie Mercedes rappelle son pilote au garage.

Le podium est complété par le Franco-suisse Romain Grosjean, sur Lotus-Renault, et par le Mexicain Sergio Pérez, sur Sauber-Ferrari. Tout deux ont pris l'ascendant sur Alonso dans les dix derniers tours, tout comme Vettel. Le "Top 10" est complété par Nico Rosberg (Mercedes), Mark Webber (Red Bull-Renault), Kimi Raikkönen (Lotus-Renault), Kamui Kobayashi (Sauber-Ferrari) et Felipe Massa (Ferrari). Faits à noter, Hamilton est le septième vainqueur en autant d'épreuves cette saison et aucun accident n'est venu forcer le déploiement de la voiture de sécurité. Sur le Circuit Gilles-Villeneuve, on en avait perdu l'habitude !

Plusieurs épreuves se disputaient aussi le week-end dernier dans le monde du sport automobile international, et notamment en IndyCar où le Québécois Alexandre Tagliani réalisa l’exploit de mener sa monoplace Dallara-Honda de la petite équipe Bryan Herta Autosport en pole position sur le super ovale de Texas Motor Speedway. En course, deux pilotes du Ganassi Racing ont rapidement pris les devants, Scott Dixon d’abord, Graham Rahal ensuite, mais tous deux ont heurté le mur, offrant la victoire au Britannique Justin Wilson (Dallara-Honda). Tagliani termine neuvième, handicapé par des ennuis de tenue de route.

En NASCAR, Joey Logano (Toyota) a récolté pole et victoire en Coupe Sprint, sur l’ovale de Pocono (Pennsylvanie). En série Camping World des camionnettes, c’est en soutien de l’IndyCar au Texas que la course était présentée. Elle a été remportée par Johnny Sauter (Toyota). Enfin, en Europe, le Championnat du monde des voitures GT présentait pour la première fois de son histoire une course en Slovaquie, sur le Slovakia Ring. C’est l’équipage Michael Bartels/Yelmer Buurman (BMW Z4) qui s'est imposé.

Le week-end prochain, les célèbres 24 Heures du Mans seront l’événement vedette par excellence.