Grand Prix du Canada à Montréal: Le parfait fan... en 10 actes!

L'an dernier, Romain Grosjean sur Lotus avait terminé deuxième.

Les fans « finis » de Formule Un savent comment tirer le meilleur parti de leur expérience au Grand Prix du Canada (au circuit Gilles-Villeneuve de Montréal, du 6 au 9 juin 2013). Êtes-vous de ceux-là?

 

Le parfait fan... se lève aux aurores


Le parfait fan se lève aux aurores, parce qu'il veut être parmi les premiers à se présenter aux grilles, lors de leur ouverture. Surtout s'il possède des billets d'admission générale; il s'assure ainsi du meilleur endroit pour s'installer.

 

Le parfait fan... est bien chaussé


Le parfait fan sait qu'il va beaucoup, beaucoup marcher. Non seulement le circuit Gilles-Villeneuve fait 4,4km de circonférence, mais 2,2km séparent la station de métro du gradin le plus éloigné. Le parfait fan porte donc des chaussures – et des vêtements confortables.

 

Le parfait fan... sait où aller


Le parfait fan qui s'est procuré des billets d'admission générale (ceux qui exigent le moins du portefeuille)* sait qu'il n'a pas accès aux gradins. Mais il sait qu'il peut quand même réussir à bien voir la course – et même les écrans géants – aux aires suivantes :

  • au virage l'Épingle (à l'extrémité nord du circuit);
  • au virage numéro 6 (tout près du pavillon du Canada et de l'estrade numéro 33).

 

Le parfait fan... sait s'installer


Par ailleurs, le parfait fan en admission générale a songé à apporter sa chaise pliante. Mais parce que certains terrains sont en pente et que l'équilibre d'un fauteuil pourrait alors y être précaire, il a aussi une couverture sous la main.

Le parfait fan qui a la chance d'occuper les gradins a quant à lui pensé à se munir d'un coussin, voire d'un siège sans pieds mais avec dossier.

 

Le parfait fan... sait voyager


Le parfait fan n'a pas un instant songé à se rendre au circuit Gilles-Villeneuve en voiture; il sait qu'il n'y a là aucun stationnement public. D'ailleurs, il sait qu'après la course du dimanche, tous les accès routiers seront fermés pendant presque deux heures, le temps que les dizaines de milliers de spectateurs quittent à pied.

S'il habite à proximité (ou s'il gare sa voiture au centre-ville), le parfait fan enfourche son vélo, qu'il mène jusqu'aux supports à vélo disponibles sur l'ile Sainte-Hélène, là où il le verrouille. De là, il marche jusqu'au pont de la Concorde ou celui du Cosmos, afin de rejoindre l'ile Notre-Dame.

 

Le parfait fan... prend le métro


Pas de vélo ou pas la forme nécessaire pour prendre le vélo? Le parfait fan emprunte le métro (station Jean-Drapeau), qui le fait débarquer à l'extrémité nord du circuit, qu'il pourra alors rejoindre par le pont du Cosmos.

Le parfait fan est prévoyant et c'est pourquoi il se procure à l'avance les billets de passage pour le retour. Ainsi, au moment de rentrer, il évitera les longues files d'attente aux machines distributrices.

 

Le parfait fan... est bien équipé


Le parfait fan a tout prévu pour la journée :

  • une radio portable pour être en mesure, une fois sur place, de syntoniser le FM et d'ainsi suivre l'action en direct, décrite par les commentateurs;
  • ses jumelles et son appareil photo;
  • sa lotion solaire, ses verres fumés et son chapeau/casquette, pour se protéger des ardents rayons de Galarneau;
  • mais comme la météo peut rapidement changer, il apporte aussi un imperméable et un parapluie;
  • peut-être des bouchons pour les oreilles, mais un vrai fan de Formule Un ne veut pas manquer une seule note du concert livré par les monoplaces...

 

Le parfait fan... connait les interdits


Le parfait fan sait qu'au Grand Prix du Canada, une multitude de stands voudront lui vendre nourriture et breuvages. Mais s'il est de ceux qui préfèrent apporter de quoi se sustenter et bien s'hydrater tout au long de la journée, il sait qu'il ne peut transporter de contenants en verre sur le site du Grand Prix.

Il sait par ailleurs que si les glacières sont permises, elles doivent être d'assez petites dimensions pour être rangées sous les sièges et ne pas obstruer la circulation (dans les gradins).

 

Le parfait fan... profite de toutes les courses


Le parfait fan sait qu'au-delà des qualifications de F1 qui se déroulent le vendredi et le samedi, plusieurs autres séances de qualifications et courses de soutien sont présentées les deux jours précédant la grande course, notamment le Challenge Ferrari, le Challenge Coupe Porsche. Il ne manque pas d'y assister – après tout, on est fan de course ou on ne l'est pas...

 

Le parfait fan... se pointe à la matinée portes ouvertes


Le parfait fan est si mordu qu'il participera à la matinée « portes ouvertes » du jeudi 6 juin (de 9 h à midi). L'an dernier, l'événement avait été annulé en raison du conflit étudiant, mais cette année, le parfait fan ne manquera pas de déambuler à deux pas des puits et des équipes en préparation. Et de toute façon, pourquoi manquerait-il cette occasion de voir de près les monoplaces, les mécanos au travail et, qui sait, quelques pilotes? Après tout, l'activité est gratuite...

*L'admission générale pour les trois jours est de 126 $, soit une économie de 40 % par rapport à l'admission générale à la journée (45,25$ pour le vendredi, 70,50 $ pour le samedi et 95,75 $ pour le dimanche).