10 trucs pour prévenir ou guérir la gueule de bois

par Henri Michaud le 27 novembre 2013
Party, party, party. Ce soir, on fête! Toute la gang s’est donné rendez-vous à notre bar favori. En général, l’alcool coule à flots les vendredis soirs. Et la gueule de bois est souvent au rendez-vous le lendemain! 
 
19 h 30
 
Ma blonde a un souper de filles. Je regarde dans le frigo. Beurk! Des restes de la veille. Je prends deux grands verres d’eau bien fraîche, puis je commande une pizza et une frite bien grasse. C’est important d’avoir le ventre plein avant d’aller veiller. Ça ralentit l’assimilation de l’alcool. 
 
21 h 10
 
Je sors de la douche. Sur la table, les restes de la pizza trônent toujours. Bof, je ramasserai demain. Je me dirige vers le garde-manger, une cuillère à la main. J’ingurgite deux petites rasades d’huile d’olive sans grimacer. Encore un peu de matière grasse dans mon estomac. On a beau dire, pour moi ça marche à merveille. Je m’habille et j’appelle un taxi.
 
22 h 05
 
J’arrive au bar. Mon beau-frère est déjà là. Il a déjà quelques verres dans le nez et il fait de l’oeil à la serveuse. Il m’offre de me payer un rhum brun. Je refuse. J’opte pour une vodka. Tout le monde sait que les alcools clairs (gin, vodka, vin blanc) contiennent moins de composés chimiques qui accentuent le mal de tête et les nausées. 
 
23 h 50
 
J’en suis déjà à mon sixième verre de vodka / eau minérale. Si je veux éviter un lendemain de veille difficile, je dois alterner entre alcool et jus de fruits. Le beauf a commencé à radoter depuis une bonne demi-heure. Il raconte sa rupture pour la Xème fois en mélangeant des alcools forts et des bières de microbrasserie. Pourtant, ça fait huit mois que sa fiancée est partie. Et la serveuse? Elle a fini son shift et elle est partie avec un grand blond.
 
2 h 35
 
Malgré mes précautions, j’ai les pieds ronds. Je commande, coup sur coup, deux verres d’eau minérale citronnée que j’avale rapido presto. La gang se disperse. Seul le beauf tente de se matcher avec une des filles encore sur place. Mais il est tellement ivre qu’il doit marcher la tête penchée par en arrière, pour éviter de renverser. Allez, on rentre! Je call un taxi et l’amène coucher à la maison.
 

Lendemain de veille

 
9 h 12
 
J’ouvre les yeux. Une odeur de fond de tonne a envahi la chambre. J’ai un peu mal à la tête, mais ça va. Ma blonde est déjà levée. J’entends le bruit (infernal) de l’extracteur à jus. Je me lève péniblement. Sur la table trône un verre de jus de pamplemousse frais. Bonne idée : le fructose accélère le processus de digestion de l’alcool. Je vais à la salle de bain. Ça sent le vomi.
 
9 h 30
 
Le beauf se pointe dans la cuisine. Ouf! Il a l’air d’un accident qui se cherche une place pour arriver. Les yeux hagards, il se tient la tête à deux mains. Il marche croche. Mais il ne reste plus de jus de pamplemousse. Je lui offre un jus d’orange (encore le fructose) et un café bien tassé. Il consomme les liquides lentement, en gémissant. Il demande un deuxième café. Je lui donne. Il en veut un troisième, mais je refuse. Le café est un diurétique, comme l’alcool. S’il continue, il va se dessécher sur place.
 
11 h 05
 
Assis dans le salon, il finit par avouer à sa sœur qu’il a été malade. Sourire en coin, j’écoute ma blonde servir un sermon à mon invité blanc comme un drap. Après ses reproches habituels (« arrête de boire, trouve une fille, sois sérieux », etc.), elle retourne à la cuisine pour préparer un bon bouillon de poulet… Bonne idée, le sel et le potassium perdus la veille seront remplacés dans nos organismes.
 
13 h 01
 
Après un long appel téléphonique, ma blonde revient dans le salon. Elle affiche un étrange sourire et tient, à la main, un smoothie à la banane. « Tiens mon cochon, voici encore un peu de potassium pour enlever ton mal de tête. » Elle nous informe que la serveuse est une amie d’université. Elle vient de lui raconter qu’un gars « pas mal parti » a tenté de la séduire hier. 
 
13 h 45
 
On a bien tenté d’en savoir plus, peine perdue. Ma blonde change de sujet et  affirme que l’exercice physique stimule la production d’endorphines. Ces analgésiques naturels aident à diminuer les symptômes de la gueule de bois. Je force mon beauf à s’habiller. Objectif : une marche de 90 minutes, même s’il fait froid. 
 
Au retour, il a repris des couleurs. Mais une surprise l’attend : dans le salon, la serveuse de la veille est en grande conversation avec ma douce. On apprend que le grand blond, c’était son frère. Coup de foudre en retard! Les voilà qui partent tous les deux, après avoir partagé un repas léger : gueule de bois oblige.

Catégories