Hyundai Veloster 2012 : Un autre grand coup!

Décidément, les Coréens ne cessent de nous épater! Depuis quelque temps, ils introduisent des véhicules forts réussis, surtout au chapitre du style. Alors que Kia nous a surpris récemment avec l’introduction de l’Optima, voilà que Hyundai en remet avec le lancement de la Veloster 2012, un véhicule qui détonne dans le paysage automobile. Qui aurait imaginé autant d’audace — et de réussites! — de la part de constructeurs qui, il y a quelques années, n’étaient réputés que pour le bon rapport prix/équipement de leurs véhicules.

Comme c’est le cas avec les nouvelles Sonata, Elantra et Accent, la Veloster contribuera certainement à changer la perception des gens face à Hyundai. Fini le temps où la concurrence pouvait les regarder de haut. Cette fois, les rivaux devront suivre la parade.

Tout un style

Basée sur une plate-forme légèrement modifiée de l’Accent, la Veloster se présente comme un véhicule mariant le style d’une hatchback à celui d’un coupé sport. Elle se destine à plaire principalement à une plus jeune clientèle. Sa recette? Son style, ses gadgets technologiques et surtout, son prix abordable. Offerte à un prix de base de 17 999$, elle est certainement à la portée de plusieurs. Il y a belle lurette qu’on ne nous avait pas présenté une voiture aussi inspirante et accessible.

Dès qu’on la voit, difficile de ne pas être emballé par les lignes sportives et inusitées du modèle. Voilà un véhicule avec lequel on ne passe pas inaperçu et qui se démarque fortement de ce que l’on retrouve sur les routes. Et c’est tant mieux! La Veloster se présente sous les traits d’un coupé trois portes. Étrangement, la troisième porte n’est pas le hayon, mais bien celle située à l’arrière du côté droit, qui s’ouvre dans le même sens que la portière du passager et qui facilite l’accès aux sièges arrière. Cet élément assez unique en fait une voiture asymétrique côté design, mais il faut réellement porter attention pour le remarquer. Les designers ont littéralement réussi à faire disparaître cette porte dans les lignes de la voiture, à tel point qu’on se demande pourquoi ils n’en ont pas simplement ajouté une quatrième du côté conducteur.

Du reste, la voiture ressemble à un petit bolide prêt à bondir. Ses ailes fortement évasées, la ligne du toit plongeante à l’arrière et ses lignes sculptées au couteau lui confèrent beaucoup de dynamisme. Sans compter que la Veloster dispose d’une panoplie d’éléments esthétiques rehaussant son style. Du lot, on remarque à l’avant ses phares imitant les yeux d’un aigle et sa grille hexagonale. Ce traitement visuel se poursuit sur les flancs avec, pour certaines versions, la présence de jantes de 18 pouces dont l’intérieur des rayons est peint de la même couleur que la carrosserie. L’arrière est sans doute la partie la plus réussie, avec le hayon vitré intégrant un béquet et l’échappement double situé au centre de la voiture. Bref, il est impressionnant de voir une voiture aussi abordable dotée d’autant de caractère.

Une nouvelle transmission à double embrayage
Côté mécanique, la Veloster hérite du même moteur que l’Accent, soit un quatre cylindre à injection directe de 1,6 litre, ce dernier développant une puissance de 138 chevaux à 6 300 tr/min pour un couple de 123 lb-pi développé à 4 850 tr/min. Ce moteur transmet sa puissance aux roues avant par le biais d’une boîte manuelle à six rapports de série, alors que pour un déboursé supplémentaire de 1 400$, vous pourrez l’équiper de la toute première boîte séquentielle à double embrayage proposée chez Hyundai. Dans le cas de la Veloster, cette nouvelle transmission trouve sa justification dans la consommation de carburant réduite qu'elle apporte, beaucoup plus que dans ses performances supérieures. Avec ses 138 chevaux, la Veloster n’a rien pour faire vibrer côté puissance, mais le constructeur veut avant tout en faire un modèle d’économie. À ce chapitre, c’est assez réussi, puisque la Veloster annonce des chiffres de consommation de 4,9 L/100 km sur l’autoroute. On parle ici d’une consommation similaire à celle de plusieurs véhicules hybrides.

À l’intérieur, la Veloster surprend par sa qualité d’assemblage. Peu importe où l’on pose les yeux, on apprécie le traitement visuel, notamment les appliqués titanes et le pédalier métallisé. Le hayon arrière qui s’avance sur l’habitacle et qui se combine au large toit panoramique donne l’impression d’un toit entièrement vitré, le tout rehaussant aussi l’aspect extérieur. Bref, on n’a pas l’impression d’être à bord d’un véhicule bon marché. À cause de son design particulier, la visibilité vers l’arrière semble limitée, mais heureusement, ce n’est pas le cas. On voit bien, notamment parce que le champ de vision se retrouve directement au centre du hayon vitré. Seule la visibilité au ¾ est exécrable.

Histoire d’attirer une clientèle branchée, Hyundai n’a pas lésiné sur les gadgets technologiques. L’écran tactile de 7 pouces, le système de reconnaissance vocale, la prise USB et le système Bluetooth sont tous offerts de série alors que les plus mordus pourront rehausser le tout avec, notamment, un système de navigation, une chaîne audio plus performante et une caméra de recul. Il ne manque qu’un climatiseur automatique pour faire notre parfait bonheur.

À un moteur de la voiture parfaite

À bord, on trouve rapidement une bonne position de conduite grâce aux nombreux réglages des sièges et à la colonne de direction télescopique. Les sièges, qui se sont avérés confortables, offrent un bon support latéral. Tout de la Veloster nous donne le sentiment d’être au volant d’une voiture dynamique et relativement performante. Sa direction nous permet de diriger la voiture du bout des doigts, sa suspension favorise la tenue de route et assure un bel aplomb en virage, alors que son large empattement et sa hauteur réduite la campent sur le bitume tel un kart. De plus, les 138 chevaux du moteur de 1,6 litre ne vont pas de pair avec l’aura de la voiture. Le constructeur a visiblement misé sur l’abordabilité et sur l’économie de carburant, ce qui nous laisse sur notre appétit.

Lors de notre essai, nous avons circulé en région montagneuse et il nous fallait bien souvent rétrograder du sixième au quatrième rapport afin d’extirper la puissance du moteur et éviter de nous faire talonner au derrière par les véhicules qui nous suivaient. Heureusement, même si le constructeur ne veut rien confirmer pour le moment, une version plus performante, à moteur suralimenté, devrait être offerte, ce qui donnera un peu plus de sens à la version actuelle. Les gens en quête de l’économie seront ainsi comblés, alors que ceux qui voudront un moteur à la hauteur des aspirations de la Veloster verront leur souhait exaucé.

Nous avons été fortement impressionnés par les qualités générales de la Hyundai Veloster. Elle est dotée d’un style à couper le souffle, elle propose tout ce que l’on peut désirer comme équipement, et son prix en fait une véritable aubaine. Un autre grand coup de Hyundai.