Internet : parler de pornographie à ses enfants

Quand on a des enfants, on va y être confronté un jour ou l’autre. Impossible de passer à côté. Sur Internet, on est à un ou deux clics de contenus pornographiques explicites. Mettons qu’avec l’omniprésence d’ordinateurs, tablettes électroniques et autres téléphones intelligents, les enfants, délibérément ou pas, vont inévitablement finir par aboutir sur des sites xxx. 

Ce n’est jamais simple d’avoir des discussions sur la sexualité avec nos enfants mais quand il s’agit de pornographie et que les enfants n’ont que 6-7 ans, le défi est encore plus grand. À cet âge, ils sont nombreux à ne pas comprendre encore la mécanique du sexe. 
 
Les parents de 2012 font donc face à un dilemme pas évident : mettre ses enfants à l’abri de contenus pornographiques ou accepter que ce soit à peu près impossible à faire et aborder la question de front avec ses rejetons.
 
Avec des enfants un peu plus vieux, plusieurs parents interviewés par le New York Times ont choisi l’ouverture d’esprit. Tenant pour acquis que leurs enfants iraient à la recherche de contenus pornos, ils ont décidé de leur apprendre à être des consommateurs responsables : comment être discret, effacer l’historique navigation, éviter les malwares, etc. Et surtout, ne jamais partager de photos explicites avec leurs amis et particulièrement des plus jeunes qu’eux. Wow! Bienvenue au XXIe siècle. 
 
Avec les plus jeunes (mais les autres aussi), les éducateurs sexuels suggèrent que ce ne sont pas autant les mots utilisés que le climat d’ouverture qui compte. Plutôt que de faire une colère, il est plus indiqué d’attendre un moment tranquille avec votre enfant et avoir une discussion informelle. Mettre l’emphase sur le fait que les images pornographiques ne reflètent en rien une relation réelle entre deux personnes, et surtout de ne pas hésiter à en parler s’ils ont des questions sur ce qu’ils ont vu sur Internet. 
 
La grande majorité des experts s’entendent pour dire qu’il faut engager la discussion sur le sujet avant d’y obligé par un incident précis. 
 
Source : nytimes.com
Photo : Bombardier